Alaska #6 : rouler en Alaska

Le Code de la route revisité

Le permis de conduire européen est généralement accepté aux États-Unis, mais pas dans tous les états. Quand on a l’habitude de circuler sur les routes européennes, il y a quelques surprises que l’on rencontre régulièrement au volant.

Photographer: Ed Gregory Feb 21, 2015

Les feux rouges qu’on peut légalement brûler

Aux carrefours équipés de signaux lumineux, il est autorisé de tourner à droite même si le feu est rouge (si la circulation le permet, évidemment). Comme les rues sont le plus souvent orientées par rapport aux points cardinaux, les itinéraires où l’on tourne à droite sont à privilégier, il font gagner un peu de temps aux intersections.

Dépasser par la droite

Les premières fois, ça surprend! Surtout si c’est un énorme semi-remorque! Mais on s’habitue vite, même si au début j’oubliais parfois d’utiliser cette option pour effectuer mes dépassements.

Très peu de ronds-points

En Europe, les ronds-points servent à fluidifier la circulation, en supprimant les feux tricolores. Ici, la circulation est fluide. Les longues lignes droites permettent de synchroniser les feux et d’éviter les arrêts. Les séquences feu rouge/feu vert sont très longues, parfois près de 2 minutes, ce qui permet le passage de nombreux véhicules et assure qu’une fois qu’on redémarre, les prochains feux seront tous verts.

Les demis-tours

Les axes principaux étant tous équipés de bernes centrales, on ne peut pas accéder en voiture à ce qui se trouve de l’autre côté de la chaussée. Les demi-tours se font donc aux carrefours, généralement équipés de signaux lumineux. Et je pense que le risque d’accident est diminué, vu que le croisement de la chaussée se fait lorsque les autres véhicules sont à l’arrêt.

Les carrefours sans feux

Le premier arrive au carrefour est le premier à s’y engager. Marquer un arrêt est obligatoire, mais il n’y a pas de priorité de droite. Alors parfois, on s’arrête, on se regarde, on hésite, mais pour finir ça se passe bien.

Conduite passive

On m’a plusieurs fois fait la remarque que je m’arrête assez proche du véhicule qui me précède lors d’un arrêt à un carrefour, par exemple. C’est clairement une habitude européenne, pour “compresser” la circulation. Ici, il y a la place. J’ai vu des voitures s’arrêter à plusieurs mètres de la signalisation, et en général, il y a 2 à 3 mètres de distance entre les véhicules. Je me suis fait la même réflexion dans les zones de stationnement : 2 véhicules peuvent parfois ouvrir leurs portières en même temps!

Drifter

Les routes sont généralement bien dégagées. Mais même sans neige, les brouillards givrants créent une fine couche de glace qui rend les surfaces glissantes. Après quelques semaines à rouler ici, je me surprends à utiliser la glissade activement, comme tout le monde ici.

Les élans

Avant tout, il faut s’imaginer l’animal. Un mâle pèse 700 kg, dépasse généralement 2 m à l’épaule, ses bois font plus de 1,60 m d’envergure. C’est un animal qui inspire le respect par sa taille, au point que même les ours et les loups réfléchissent à deux fois avant d’en attaquer un. Mais l’élan est bien élevé! À chaque fois que j’en ai vu un traverser la route, il attend tranquille qu’une voiture décide de s’arrêter. Il traverse doucement jusqu’à la travée centrale, où il s’arrête pour attendre que les voitures venant en sens inverse s’arrêtent à leur tour, le tout avec une nonchalance remarquable!

La police bloque une route

Plusieurs fois par semaine, des tronçons de route sont bloqués par des véhicules de la police, la plupart du temps pour un accrochage ou une plaque de glace dangereuse. Chez nous, une route non accessible peut entrainer des kilomètres de détour et des embouteillages sans fin. Mais ici, le quadrillage des routes permet de retrouver très rapidement l’axe principal : gauche-droite-droite-gauche ou droite-gauche-gauche-droite, c’est au choix.

La neige

Quand la neige est tombée toute la nuit, il faut deviner la route : il n’y a plus de différence entre la chaussée et le trottoir. De nouvelles bandes de circulations se créent d’après l’usage, et sont souvent décalées par rapport au marquage, qui apparaît petit a petit sous le passage répété des véhicules. Heureusement, les services de déneigement sont très efficaces. En milieu de matinée, la ville est entièrement dégagée.

Il y a 2 sortes de véhicules : les énormes box graders gérés par la municipalité, et les indépendants, qui équipent simplement leur Pickup d’une pelle. On en croise à tous les coins de rue.

Et chez vous?

Comment ça se passe en Belgique pour l’instant?

Like what you read? Give Alex a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.