L’inquiétant déni du social

Au milieu d’une époque déjà marquée par la montée d’extrémismes divers, de dénis scientifiques en tout sens, et de tensions généralisées, une petite musique lancinante se fait de plus en plus entendre : la petite mélodie (ou l’orchestre de cirque) du déni du social, qui se contente dans sa forme la plus grossière d’insultes aux “usines à chômeurs” que certains (en dépit des faits) continuent à voir dans les formations en sciences sociales, mais se retrouve également dans des formes plus subtiles, par des tentatives de dissimuler une attaque idéologique contre la compréhension du monde social. Un déni de toute forme d’explication sociale du monde qui prend depuis peu des formes plus officielles : après les menaces et tentatives de censure des sciences sociales en Hongrie, au Japon, et au Brésil, c’est désormais également aux Etats-Unis que certains, qui poussent le vice jusqu’à prétendre vouloir défendre les libertés académiques, en appellent tout bonnement à la censure de champs de recherche qui ont le mauvais goût de leur déplaire idéologiquement.

Il est intéressant de constater que, de façon parfaitement hypocrite, ces appels à la censure se présentent souvent comme des défenses de la science (à condition bien entendu qu’ils aient le droit de choisir de façon purement idéologique ce qui est ou non de la science, et que celle-ci soit en accord avec ce qu’ils pensaient dès le départ). Depuis peu, le blog Quillette, organisé par des militants anti-sciences sociales états-uniens, a été l’un des espaces les plus virulents d’attaques contre l’existence même des sciences humaines et sociales, prétendant vouloir les remplacer par de “vraies sciences” (comprendre : des sciences qui n’auraient pas la mauvaise idée de faire croire aux gens que l’injustice peut exister). Cette attaque est par exemple récemment passée par des plaidoyers pour les “sciences raciales” (plaidoyers ignorant complètement le contenu réel de la recherche sur le sujet) ou par des appels à fermer les départements de sciences sociales pour les remplacer par des centres de recherches entièrement privés, ou à tout le moins de les “purger” de leurs éléments les plus dérangeants (idéologiquement parlant), allant jusqu’à proposer l’idée très peu scientifique d’y embaucher les enseignants non pas sur la base de la qualité de leurs travaux, mais de leur alignement politique. On a également vu il y a peu Jordan Peterson, le chantre de la lutte contre le “politiquement correct” et la “censure”, poser aux anges avec Viktor Orban, et applaudir sa décision de censurer des travaux scientifiques “déviants”. En France, Le Point s’est également empressé de relayer de tels discours, faisant notamment circuler une pétition dans laquelle des intellectuels demandaient à l’Etat de fermer les portes de l’Université à des chercheurs et des chercheuses qui ont la mauvaise idée de “mal penser”. Le sénateur MacCarthy, qui savait bien ce qu’impliquait de telles idées, avait au moins la décence de dissimuler ses ambitions en prétextant d’un complot contre les Etats-Unis : les nouveaux censeurs, eux, se contentent de dévoyer l’idée de science pour en faire une attaque contre des travaux scientifiques, en s’appuyant généralement sur des mensonges purs et simples.

Tout ceci n’a rien de nouveau et il n’est pas besoin de lire Umberto Eco ou Pierre Bourdieu pour savoir que depuis longtemps les pratiquants des sciences humaines et sociales se sont interrogés sur l’étrange lien qui semble exister entre montée de l’extrême-droite et haine de toute pensée critique et scientifique se proposant d’analyser le monde social. Il est après tout normal, si le devoir des sociologues (comme de tous scientifiques) est d’énoncer des vérités qu’ils observent empiriquement par des travaux de terrain mobilisant des méthodes d’observation, de décompte, de comparaison, et de remise sur le temps long de phénomènes complexes, vérités qui peuvent souvent aller à rebrousse-poil du sens commun, que les idéologies les plus intéressées au maintien de “l’ordre des choses” se dressent contre ce qu’ils ont à dire et, quand elles se sentent le courage d’assumer les appels à la censure, contre leur existence même. On se rappellera de la façon dont les auteurs de textes comme Le déni des cultures ou Les Territoires Perdus de la République ont par le passé en France prétexté d’une soi-disant “censure” ou d’une soi-disant “interdiction” de travailler sur certains sujets pour ne pas avoir à répondre à des critiques ne portant pas sur le fait de prendre une certaine approche théorique, mais sur le fait que les travaux défendus étaient purement et simplement bâclés, et indignes des critères de rigueur scientifique auxquels sont censés se plier les chercheurs. Dans le même état d’esprit, une bande de spécialistes du Moyen-Orient, dont certains qui y ont passé une partie conséquente de leur vie, ont eu la mauvaise idée en 2016 d’oser critiquer une tribune d’écrivain sur un fait divers à Cologne, ce qui leur a valu d’être voués au gémonies, à tel point qu’on s’est demandé publiquement s’il ne serait pas plus simple de leur retirer purement et simplement le droit de parler en public, plutôt que d’empêcher d’aligner les perles en rond. Il faut ainsi bien insister que non, les sociologues n’ont jamais “ignoré” la notion de culture, et se contentent de ne pas penser comme Hugues Lagrange qu’une “civilisation sub-saharienne” existerait et conditionnerait tout comportement de chacun de ses membres à travers le temps et l’espace, que non, personne n’interdit de parler de difficultés sociales et de violence en proche banlieue parisienne, mais que le sérieux implique simplement de les voir partout où elles sont, et que non, les violences sexuelles ne sont pas le monopole des hommes musulmans. Les historiens, qui vivent régulièrement des polémiques similaires, sont d’ailleurs également accusés du crimepensée ultime de “bien-pensance” ou de “politiquement correct” dès qu’ils prétendent appliquer un minimum de rigueur scientifique à des brûlots dogmatiques mal fagotés. Les attaques hypocrites ou de mauvaise foi contre les universitaires sont d’ailleurs une façon bien aisée d’agiter un peu le Landerneau médiatique quand on ne sait que faire de ses samedis.

Tout ceci s’appuie sur une idéologie plus large, qui ne se résume pas à des polémiques peu intéressantes : une idéologie du refus de la moindre explication sociale des phénomènes sociaux. Il s’agit à terme d’interdire de parler du monde social d’une manière autre qu’en disant aux pauvres qu’ils méritent d’être où ils sont, aux victimes de racisme qu’ils l’ont bien cherché, et aux femmes que leur féminisme était bien amusant mais qu’il est temps d’y mettre un terme et de revenir en arrière. Et il ne faut pas s’y tromper : si ces attaques se portent principalement vers les personnes travaillant sur le genre ou le racisme, ce n’est que parce que ces sujets, souvent vus comme plus nouveaux et plus marginaux que le reste des disciplines (ils ont en réalité toujours été à leur fondement), sont aussi plus faciles à attaquer de façon impunie. Derrière la volonté de censurer les termes “genre” et “racisme”, se profile déjà la volonté de bannir le terme de “classe”, “inégalité”, ou “reproduction sociale”, pour ne garder que le jargon idéologique du culte des grands hommes, de l’Etat, et des entrepreneurs. Ce qui est nouveau, c’est que cela se fait, soi-disant, au nom de la science. Mais pas d’une science sérieusement menée, ouverte au dialogue et à la réflexion critique. Ce qu’on cherche à nous vendre en lieu de “science”, c’est un vague maquillage sur de vieux préjugés. A ce titre le déni du social est à terme un déni de toute pensée et de toute méthode scientifique, et devrait inquiéter tout le monde, à commencer par les scientifiques que les nouveaux censeurs voudraient embarquer dans leurs croisades : ils viendront pour vous après.

EDIT : Après avoir publié cette note de blog j’ai appris que le blog Quillette dont je parle un peu ici avait une longue histoire à travers notamment sa fondatrice de correspondance avec l’extrême-droite. Comme ce papier ne met pas en avant cette dimension je souhaitais corriger ce point, qui n’apparaît pas ici uniquement par manque de recherche de ma part : il n’est pas secret que Claire Lehmann a été l’une des contributrices de The Rebel, blog d’extrême-droite où se croisaient entre autres Gavin McIness, Faith Goldy, Tommy Robinson, Lauren Southern, Jack Posobiec, et Laura Loomer, comme le raconte ce thread. Je tenais à m’excuser de ne pas avoir creusé ce point.