Heetch : un modèle utile et complémentaire des autres moyens de transport

Du 9 au 24 juillet 2015, 6t, bureau d’étude indépendant a réalisé une enquête quantitative auprès d’un échantillon de 4 839 usagers franciliens de Heetch.
Les résultats montrent la complémentarité du service Heetch avec les autres offres de transports (transports en commun, voiture personnelle, offres professionnelles type VTC et taxis, etc.) et confirment la création de mobilité induite par cette offre.

Adapter l’offre et la demande

Un des problèmes majeurs de l’offre de transport à la demande est qu’elle fait face à une demande très variable :

  • En semaine, en journée, la demande est assez faible et les principaux clients sont des hommes d’affaires, des touristes et des déplacements vers les aéroports.
  • A l’inverse, les soirs de week-end, la demande explose car énormément de franciliens ont besoin de se déplacer et l’offre de transport en commun est insuffisante.

Le schéma suivant résume assez bien la situation :

Problème d’un marché à offre constante et demande variable

« Il n’est pas possible d’avoir assez de taxis en heures de pointe — soit 4 heures sur 24 ! –, sinon ils feraient tous faillite aux heures creuses. » — M. Rousselet, Président du Groupe G7, lors d’une interview parue le 8 février 2014 sur Le Monde.

Une solution pour régler ce problème est d’avoir une offre variable, qui s’adapte naturellement aux pics de demande.
C’est ce que propose Heetch : La plateforme est ouverte tous les soirs, de 20h à 6h, lorsqu’il y a un manque d’offre. Ayant une activité par ailleurs (salarié ou étudiant), nos conducteurs se connectent principalement les soirs de week-end et participent à améliorer l’offre de mobilité nocturne, puisque nous réalisons 75% de nos trajets le jeudi, vendredi et samedi soir.

Développer la mobilité en banlieue

Principe du chauffeur professionnel : On ne peut trouver des chauffeurs professionnels qu’aux aéroports ou dans Paris intramuros.

C’est un phénomène physique couramment observé que nous allons tenter de démontrer :
i. Un chauffeur professionnel conduit tous les jours.
ii. La semaine, lorsque la clientèle est professionnelle, les demandes sont majoritairement situées aux gares, aéroports et dans Paris intramuros.
iii. Il prend donc l’habitude de conduire sur ces zones et y reste le weekend.

A l’inverse, sur Heetch, les drivers sont des particuliers.
Le vendredi soir, ils vont allumer l’application Heetch depuis chez eux, principalement en banlieue. Il n’y aurait pas assez de demandes pour un chauffeur professionnel, mais le driver Heetch s’en fout, il est dans son salon et ne conduit pas pour gagner sa vie. Finalement, 2–3 voisins vont avoir besoin de lui ce soir-là, il va conduire 1 ou 2 heures pendant le pic puis arrêter.

L’économie du partage est un modèle extrêmement flexible qui crée de la mobilité, notamment sur les zones moins denses.

Sur Heetch, la proportion des trajets faisant intervenir la banlieue ne cesse de grimper. Aujourd’hui, 70% de nos trajets font intervenir la banlieue, et notre croissance la plus forte est sur les trajets banlieue à banlieue.

Evolution de la répartition des trajets sur Heetch entre Paris et sa banlieue

Young and Proud !

80% de nos passagers n’utilisent jamais le taxi. Pourquoi ?

  • La clientèle des taxis est composée majoritairement de touristes et d’hommes d’affaires. 42% des clients des taxis ou VTC ont plus de 50 ans, contre 0,9% des passagers Heetch.
  • Nos passagers sont plutôt des habitués des transports en commun. 65 % d’entre eux déclarent les utiliser « tous les jours ou presque »
  • Ils sont en grande majorité étudiants et très jeunes, puisque 80% d’entre eux ont moins de 25 ans.

A l’heure où les accidents de la route sont la 1ère cause de décès chez les 18–24 ans, il convient quand même de se poser la question suivante : Pourquoi maintient-on artificiellement le prix du transport à la demande si élevé ?
Pour être VTC, il est obligatoire d’avoir une berline de plus de 4,5 mètres et 110 chevaux. En plus d’être complètement anti-écologique, cela limite le marché des chauffeurs professionnels à une clientèle aisée.

Le message est limpide : pour sauver les taxis, tuons la jeunesse. Comme si les deux ne pouvaient coexister.
Le manque d’offre de mobilité nocturne pour les jeunes est en effet un problème majeur qui induit des comportements dangereux qu’il faut combattre : alcool au volant, violences dans la rue en attendant l’ouverture du métro, etc.

Heetch propose au contraire une solution sécurisante et adaptée aux attentes des jeunes lors de leurs retours de soirée.

Heetch permet de créer de la mobilité

Nous avons posé la question suivante à nos passagers : “Lors de votre dernier trajet réalisé, comment vous seriez-vous déplacé si Heetch n’existait pas ?”

Une personne sur deux a répondu qu’elle ne se serait pas déplacée car elle ne dispose d’aucune autre alternative !

Parmi les alternatives figurent la voiture personnelle, les transports en commun, la marche à pied, le vélo ou, pour une faible minorité, les solutions de transport à la demande type taxi ou VTC.

Heetch est un modèle complémentaire de l’offre professionnelle qui permet de créer de la mobilité chez les jeunes, les soirs de week-end, en banlieue.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Teddy Pellerin’s story.