Lettre à mes amis insoumis

J’ai eu beaucoup de respect pour la campagne menée par JLM même si je ne partageais pas tous les éléments du programme : certains me paraissaient irrationnels, d’autres infinançables, pour ne pas citer ce qui me semblait lunaire (ALBA). Je reconnais le talent et la sincérité du candidat et de ses militants.
Je comprends que les militants de JLM voulaient renverser la table, cela s’entend. Macron, à sa façon, l’a renversée. MLP veut la salir puis ensuite la fracasser, et enfin la bruler.

le NI NI qui semble se répandre est sémantiquement déséquilibré : il y a un “ni” qui déplait aux insoumis parce qu’ils ne sont pas en accord mais qui reste républicain, démocrate et, c’est mon avis, très humaniste. L’autre “ni” est très différent : il s’attaque à tout ce que nous avons bâti ensemble depuis la révolution, il est déshonorant pour notre pays.

Un ni ni est une demi voix pour MLP.

Le 7 mai, lorsque je verrai 40 % pour le FN, je pleurerai et je ne serai pas le seul. D’autres auront du mal à regarder leurs enfants dans les yeux. Imaginons 45, 50 %. Euh, non, je ne peux imaginer. Imaginons 50 50 en 2022. La non mobilisation de toute la gauche lui donnerait un chèque en blanc dans sa dédiabolisation et dans l’acquisition d’une légitimité.

Je ne fais pas de pub pour Macron, j’aurais écrit la même chose pour un Mélenchon ou un Fillon au second tour.

Alors, mes amis insoumis, j’en appelle à votre conscience.