L’enfer est pavé de burkinis
Rubin Sfadj
306

“à la plage en burkini, en maillot deux pièces ou une pièce, tout habillé ou même en combinaison de ski, je m’en fous complètement, et vous devriez aussi”: Ah, désolé, Rubin, c’est trop facile de décréter de quoi les gens “devraient se foutre”, juste parce que “vous”, vous vous en foutez! Votre article néglige une dimension importante: celle de l’interaction sociale, qui fait que même à la plage les gens ne sont pas de monades isolées qui feraient “comme ils veulent”. Si par exemple “vous” vous foutez que des gens se baignent tous nus sur une plage publique, d’autre ne s’en foutront pas, & trouveront scandaleux & obscène ce naturisme peut-être bien innocent. Le rapprochement tout nu/burkini n’est pas si idiot que cela, parce que dans les deux cas c’est un rapport au corps, à la sexualité aussi, qui est revendiqué, ce qui n’est pas indifférent dans un lieu public (en privé ou tout seul, c’est autre chose): la société, normante & normative, ne manquera pas de dire son mot, que vous le vouliez ou pas! Enfin vous négligez le fait que le vêtement, même de bain, est d’abord un Signe culturel, voire politique, important ou négligeable, mais Signe quand même. Il ne “dit” pas rien, il véhicule de l’imaginaire, des significations, du social, de la politique. Ce n’est pas “le burkini” qui est mal supporté (sans quoi en effet il “passerait” comme simple combinaison de plongée), mais bien ce qu’il “dit” (et qu’une combinaison de plongée ne “dit” pas). Rubin, faites ici un effort: que “dit” le burkini (sachant qu’il peut dire plusieurs choses, selon les points de vue &les sujets)?? Ce que “disent”, en partie, ceux qui y réagissent mal est plus aisé à “dire” — mais dites nous au juste, à quoi ceux qui réagissent… réagissent, et pourquoi le font-ils donc, au lieu de “s’en foutre”? Je vous mets sur la piste en vous soufflant des termes, du moins valide au plus plausible selon moi: condition féminine, disjonction interculturelle, endogamie/exogamie… Que nous “dit” sur la plage le bikini? Que nous “dit” le burkini? Pourquoi, dans le contexte occidental, l’un indigna, excita… pour devenir norme admise de présentation de soi “sexy”, sur le marché libidinal et narcissique; et l’autre, aux signification bien peu opaques… énerve, rebute, et s’avère obscène — à force de signifier ce qu’un système culturel (exotique pour nous) appellera “pudeur”, terme valorisé, & qu’un autre (le notre) perçoit comme clôture, repli, honte supposée de soi, & (ce qui importe le plus ici) rejet de l’autre (notion dévalorisée, pour le moins, en contexte moderne)? Cela aurait il donc quelque rapport avec la notion anthropologique d’”accès” et d’”échange des femmes” (cf Marcel Mauss), donc avec la façon ou les façons dont on “fait société”? Mais bon, j’oubliais…: vous vous en foutez. Cela se voit à votre article, continuez comme ça, à vous en foutre; mais je crains que vous soyez un peu le seul, à vous croire ainsi tout seul…

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.