L’HOMME AUX BRAS LEVÉS

Une pièce écrite par Christian Schmitt

adaptée et jouée par Théophile Choquet

Hommage aux vitraux de Jean Cocteau

Artiste de la métamorphose, de la lumière, des osmoses, du mouvement et du rythme, Jean Cocteau réalise au cours des deux dernières années de sa vie (1962–1963) pour l’église Saint-Maximin de Metz des vitraux d’une exceptionnelle qualité. Ce sont quatorze baies vitrées représentant vingt-quatre fenêtres, toutes imprégnées d’une rare intensité poétique, et qui témoignent d’une vision prophétique hallucinante en matière artistique.

L’Homme aux bras levés fait voyager les spectateurs à travers l’histoire extraordinaire des vitraux de l’église St Maximin de Metz, dernier chef-d’œuvre de Jean Cocteau. Pour l’artiste, ces vitraux associent la mythologie grecque, romaine ainsi que des figures païennes et animales, pour former un lien entre le monde des vivants et le monde des morts.

Invoquant par le théâtre, la musique, la danse et les actions physiques les forces de la nature et de l’esprit, la représentation amène directement les spectateurs dans le monde mystique de Cocteau. Un univers onirique où se mêlent le sacré et le profane, qui ne cherche pas à résoudre le mystère du monde, mais bien à nous le faire vivre pleinement.

La mise en scène, spécialement conçue pour l’église St Maximin de Metz, permet aux spectateurs de se déplacer au cours de la représentation pour contempler les vitraux de Jean Cocteau

L’Homme aux bras levés est la première manifestation publique consacrée aux vitraux de l’église St Maximin, créés au début des années 1960 par Jean Cocteau. Méconnus jusqu’à ce jour, la pièce de Christian Schmitt entend à la fois réparer une injustice et faire mieux connaître ce chef d’œuvre du XXème siècle.

Première représentation le 17/09/2016

Reprises les 25 et 26 août 2017 à 20h30

www.theophilechoquet.com
One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.