6 mois autour du Monde en vélo — Les 10 leçons les plus importantes que j’en ai tirées.

Et quand je dis autour du Monde, je dis surtout en Europe, car je n’ai pas encore atteint l’Asie. Que je compte bien traverser également. Juste avant les Etats-Unis.

Comme certains le savent, je suis parti il y a 6 mois avec pour projet de faire le tour du Monde à vélo, à la rencontre de startups des différents pays et continents, pour observer, échanger et partager avec elles sur les différentes pratiques.

Retrouvez toutes les infos sur le projet ici.

Que s’est-il passé pendant 6 mois ? Comment se passe la vie sur un vélo ? Combien de startups est-ce que j’ai rencontré ? Est-ce que je prends une douche tous les soirs ?

Je ne répondrai pas à toutes ces questions dans cet article, mais j’ai regroupé ci-dessous les 10 leçons les plus importantes que j’ai apprises depuis le début.

1 — Coût d’hébergement = 0€

Quand on part sur la route avec 400€ sur son compte en banque, la première des dépenses qu’on essaye d’éviter, c’est l’hébergement. Et c’est bien plus facile que ce à quoi je m’attendais.

La plupart du temps, je dors dans ma tente quand je suis sur la route (ou dans mon hamac quand il fait bon).

Et quand j’arrive dans les villes, si je ne connais personne sur place, si personne qui suit le projet ne m’a proposé de m’héberger et si je n’ai aucune idée d’où aller, alors j’utilise CouchSurfing (déjà super connu de tous les voyageurs) ou encore WarmShowers (=CouchSurfing pour les cyclistes).

Les rencontres sont bien plus riches quand on dort dans la nature ou qu’on reste avec des locaux.

Quelques endroits insolites dans lesquels j’ai dormi :
- dans un ancien abattoir dans le sud de la France,
- sur une botte de foin dans une ferme Allemande,
- dans une cabane abandonnée au milieu des bois en Finlande,
- dans un restaurant perdu dans les montagnes en Espagne,
- sur un rooftop en plein coeur de Londres.

2 — Recevoir ≠ Demander

Il y a une autre règle de base qui vient après celle de ne pas dépenser d’argent dans l’hébergement :

“On ne mendie pas !” — Chris-Alexandre Gionchetta, AllSchool Project.

Je ne demande rien aux personnes que je rencontre sur la route, à part de l’eau ou la permission de planter ma tente dans un champ à côté de chez eux.

Et ce qui m’a impressionné, c’est à quel point les gens peuvent être généreux d’eux-mêmes, simplement après que je leur aie raconté mon histoire et mon projet de voyage.

Au début, ma première réaction était de décliner poliment.

Mais je me suis rendu compte qu’il était finalement plus simple de dire merci que “non merci”.

Les personnes qui m’aident spontanément le font avec le coeur, et c’est les blesser que de refuser.

Parmi tout ce qu’on a pu m’offrir sur la route, voilà ce qui revient le plus souvent :
- Un endroit où passer la nuit
- De l’argent (il m’est même arrivé qu’une voiture m’arrête sur la route et que son conducteur sorte en me donnant 10€)
- De la nourriture (quand je m’arrête devant un supermarché pour profiter du wifi le plus souvent)
- Des bons moments (conversation, philo de comptoir, conseils, échanges..)

3 — Suivre son instinct

J’ai l’impression qu’on m’a donné ce conseil depuis que je suis né, mais je n’ai jamais vraiment compris ce que c’était que l’instinct. Ca fait surtout conseil tout prêt qu’on peut donner à n’importe qui pour faire bien : “Vas-y mec, suis ton instinct !”

Mais sur la route, j’ai vraiment réalisé que l’instinct, c’est surtout ton meilleur compagnon.

C’est lui qui te dit de tourner à droite sans raison.
C’est lui qui te dit de parler à telle personne, juste pour voir.
C’est lui qui te dit de ne pas planter ta tente à cet endroit.

En fait, l’instinct, c’est juste une voix intérieure qui apparaît quand tu commences à te rencontrer toi-même et à t’écouter, puis qui te guide quand tu en as besoin, sans avoir besoin de le demander.

Suivre son instinct, je pense que c’est finalement arriver à s’écouter soi-même au niveau le plus simple et essentiel.

4 — Le plus grand danger..

Mais t’as pas peur de te faire agresser ? Et si un animal vient t’attaquer ? Tu fais comment si quelqu’un vole ton vélo ?

La question du danger est celle qui revient systématiquement quand je raconte mon voyage. Et c’est légitime. C’est une question que je me posais beaucoup au début (avant de décider que je préférais prendre des risques en réalisant mon rêve qu’en traversant la route en face de chez moi).

Finalement, le principal danger que j’ai rencontré, celui auquel je fais encore plus attention au bout de 6 mois qu’au tout début, c’est… les voitures (et les camions) !

C’est vraiment le plus gros risque quand on voyage à vélo. On passe ses journées sur la route, et les voitures en ont souvent rien à carrer.

Il y a des cyclo-voyageurs qui meurent chaque année, et c’est rarement à cause d’un ours qui les a attaqué ou d’un meurtrier qui est venu les agresser dans leur tente.. Mais bien à cause d’un accident de la route.

5 — Essentialisme

Je suis parti avec bien trop d’affaires. Et tout était bien trop mal organisé. Je m’y attendais, surtout avec aussi peu de préparation (4 mois entre l’idée et le départ).

Je me rappelle encore de mes premiers jours, avec un sac cabas à l’arrière du vélo contenant toute la bouffe, avec toutes mes affaires en vrac dans les sacoches, avec 6 livres différents, avec 3x trop de fringues…

Aujourd’hui, je souris. Quand je suis parti, j’avais l’impression de n’avoir que l’essentiel. J’ai renvoyé 7kg d’affaires après seulement 2 semaines de voyage.

Une de mes activités préférées, c’est quand je me pose une heure pour défaire tous mes sacs et regarder ce que je n’ai pas utilisé les 2 derniers mois, afin de m’en séparer.

Moins j’ai d’affaires, et mieux je me sens. J’aime quand j’ouvre un sac et que je me rends compte que j’utilise 100% de ce qu’il contient régulièrement.

Et c’est pas juste une lubie. Je me sens vraiment bien de me rapprocher de l’essentiel.

6 — Ton voyage ≠ Voyage des autres

Quand tu commences à parler de ton voyage, t’as toujours des réactions surprenantes dans leur diversité autant que dans la frustrations qu’elles peuvent générer de prime abord. Voilà mes trois préférées.

1. J’ai vu que t’arrives dans TEL PAYS, il faut ABSOLUMENT que t’ailles voir X, Y et Z. Si tu visites TEL PAYS, sans voir ça, ça sert à rien d’y aller.

J’ai mis du temps à formaliser ça dans ma tête. Mais je ne voyage pas pour faire le tour des monuments les plus stylés. Ni pour voir forcément toutes les places à voir.

Les meilleurs moments de voyage sont ceux qui sont arrivés quand je me suis perdu, quand un mec étrange m’a parlé, quand j’ai planté ma tente dans un endroit interdit, quand j’ai appris quelque chose d’inattendu, quand j’ai rencontré des personnes de façon aléatoires.

Et j’aime aussi voir les beaux paysages, les belles places et les beaux monuments.

Ce que je ne supporte pas c’est quand je me sens obligé de faire une photo d’un monument ultra connu juste parce que je me dis “putin c’est trop connu, faut que je le photographie, jvais partager ça”. Alors que j’ai rien ressenti d’autre en le voyant que l’impression de cocher une case sur une liste de trucs à voir.

Heureusement, j’ai identifié et résolu le problème depuis un moment.

2. Comment ça se fait que t’as encore besoin de donations pour voyager ? Avec un projet comme le tiens, tu devrais déjà avoir au moins 10,000€ par mois de revenu passif et des dizaines de sponsors !

J’ai décidé de voyager, puis de bloguer. Et pas le contraire. Le seul revenu passif que j’ai aujourd’hui est celui que me verse un sponsor que j’ai rencontré en Allemagne (un Creative Studio dédié aux startups) et qui correspond à mes dépenses de base (7€/jour).

Les autres sponsors m’ont aidé à acquérir l’équipement avant de partir et à avoir un peu d’argent les premiers mois. Et c’est tout.

Cependant, la prochaine étape est de supprimer la page de donation de mon site pour m’obliger à être plus créatif et à trouver d’autres moyens de générer un income régulier. Par moi-même.

Pistes explorées en ce moment :
- consulting (business development) pour des startups
- création de Startup House Budapest
- création du Postcard Fund
- création de site web, copywriting, etc.

Même si je veux continuer de vivre avec des dépenses minimales, l’idée est de réussir à mettre de l’argent de côté tout en voyageant, et en investir une partie dans d’autres projets qui ont besoin de fonds pour se lancer.

3. Profite bien ! Et évite d’être trop connecté, tu vas passer à côté de plein de choses, ça serait dommage !

On peut être organisé. Séparer les moments de partage en ligne des moments qu’on vit sur la route. Et j’ai pas l’impression que c’est en m’isolant du monde que le voyage m’apportera plus.

Je m’épanouis quand je fais ce que j’ai envie de faire au moment où j’ai envie de le faire. Quand je prends des décisions. Et quand j’agis en cohérence avec ces décisions. C’est tout.

Si je veux me retrouver seul, je le fais. Et j’aime aussi l’idée que je peux échanger et partager sur ce que je vis même en étant à plusieurs milliers de kilomètres.

On peut aussi vivre en ermite, complètement déconnecté et isolé du reste du Monde.

C’est une affaire de choix.

7 — Il n’y a pas de bon choix

Il y a les choix qu’on fait. Et ceux qu’on ne fait pas.

Un choix n’est ni bon, ni mauvais. La seule chose qui l’est c’est la façon dont on interprète la conséquence liée à ce choix.

On passe toute notre vie à se masturber sur les choix qu’on pourrait faire, sur les décisions qu’on pourrait prendre. Pour finir par ne faire que les choix qu’on est forcé à faire. Et non pas ceux qu’on a décidé de faire.

J’ai pris des tas de décisions depuis que je suis sur la route. Et c’est ça la clé. Peu importe que les conséquences soient bonnes ou mauvaises. La plupart du temps je n’ai pas pris plus de 2 minutes pour me décider. Un simple filtre de “bon sens” (j’insiste sur le “simple”) suffit pour limiter la casse.

Partir autour du Monde sans vraiment être prêt,
Ecrire tout mon site en anglais malgré mon niveau,
Commencer le voyage avec seulement 400€ d’économies,
Faire un “petit” détour en Scandinavie (+1500km),
Planter ma tente dans la cour du palais du Roi de Suède…

Evidemment que certaines décisions sont risquées. Evidemment que certains choix ont l’air inconscient. Mais de quoi est-ce que je vais me rappeler dans 50 ans ? De toutes les choses très raisonnables, ou de tous les trucs complètement fou que j’ai tenté de réaliser ?

Je n’aspire pas à une vie raisonnable.
Je n’aspire pas à des “j’aurai pu”.

8 — Gratitude > Remerciement

Le remerciement est quelque chose de social. C’est de la politesse. On dit plus souvent merci qu’on va pisser dans une même journée. On dit merci pour tout et pour rien.

Mais la gratitude, c’est différent. C’est quelque chose qu’on ressent, et qui est bien plus difficile à exprimer qu’un simple “merci”.

Et elle ne s’exprime pas forcément envers quelqu’un, mais envers ce qui nous arrive. Et sans tomber dans la “gratitudite chronique” de certains nazis du développement personnel, je trouve important de savoir être reconnaissant pour ce qu’on vit, pour les personnes qu’on rencontre, pour ce qu’on nous offre, etc.

En gros, je sais dire merci depuis que je sais parler. Mais j’ai appris à exprimer/ressentir de la gratitude seulement depuis que j’ai commencé à voyager.

9 — Tu comptes voyager combien de temps ?

C’est la deuxième question la plus récurrente qu’on me pose depuis que je suis parti (la première c’est “mais POURQUOI tu fais ça ?!”).

Et c’est aussi celle à laquelle j’ai le plus de mal à répondre. Tout simplement parce que j’en ai pas la moindre idée !

Au début, je voulais partir un an. Et comme j’ai fini par prendre mon temps sur la route pour apprécier chaque lieu sans me mettre la pression de “putin, faut que je continue, j’ai un tour du Monde à finir”, je me dis que ça pourrait aussi bien durer deux ans. Ou trois.

Etant donné que j’ai quitté tout ce qui me retenait à Bordeaux. Je peux théoriquement voyager autant que je le veux.

Je ne pense jamais à la destination finale (San Francisco). Et puis je ne sais même pas si je vais m’arrêter à San Francisco, en fait.

J’ai finit par construire un style de vie et un état d’esprit sur du long terme, au lieu de me concentrer sur la fin et de me dépêcher pour l’atteindre. C’est un peu comme si au lieu de décider de survivre autour du Monde, j’ai décidé de vivre autour du Monde.

Le voyage aura une fin. Parce que j’ai envie de terminer la boucle. Un jour.

10 — Raconter mon histoire

Je me prenais beaucoup la tête au début pour savoir comment j’allais raconter ce que je vivais aux personnes qui suivent le projet. Je réfléchissais à différents formats, articles, newsletter, etc.

Puis finalement, j’ai décider d’écrire simplement ce que je ressentais quand j‘en ressentais l’envie.

Et puis j’ai décidé d’envoyer mes pensées, histoires, rencontres, etc. directement sous forme de lettre, quelques fois par mois.

C’est un peu comme si j’écrivais dans mon journal intime, sauf que c’est les abonnés qui reçoivent le contenu directement.

Ca me permet de m’adresser directement de façon personnelle à des personnes qui sont intéressées par ce que je vis au quotidien au lieu d’écrire des articles impersonnels.

> Cliquez ici pour y accéder <

Vous avez aimé l’article ? Alors cliquez sur le petit coeur en bas pour le recommander :)

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.