Je suis Charlie… Et après ?

Comme des millions de personnes à travers le monde, j’ai été autant choqué par la violence des actes du 7 Janvier que surpris par la vague de solidarité qui a succédé à ce tragique événement.

“12 morts, 66 millions de blessés”
“Ils ont voulu tuer Charlie, ils l’ont rendu immortel !”
“Vous pouvez attaquer nos symboles, mais vous ne tuerez pas nos valeurs”

Oui, définitivement, moi aussi je suis Charlie ! J’ai condamné les caricatures de Mahomet à l’époque car je les trouvais déplacées. Mais n’est-ce pas ça aussi, la liberté ? La liberté de ne pas être d’accord, la liberté d’avoir des opinions différentes… Sans pour autant régler ses comptes à coup de kalashnikov !

En perpétrant cet attentat, ces trois nazis qaedistes ont violé notre liberté, et je comprends que le peuple français soit debout. Qu’on adhère ou pas aux valeurs de Charlie Hebdo, aujourd’hui, nous sommes tous Charlie !

Je suis également profondément scandalisé par les représailles de certains extrémistes racistes contre les mosquées de différentes villes en France… Arrêtons les amalgames. Nous n’avons aucune excuse aujourd’hui pour ne pas faire la différente entre un musulman et un islamiste.
A quoi cela nous sert-il de vivre dans un monde ultra-connecté ou l’information est accessible par tous, si c’est pour patauger en permanence dans l’ignorance ?

Ce sont les amalgames qui créent les croix gammées. Répondre à la haine par la haine est un réel manque de respect aux victimes et à leurs familles, dont les seules armes étaient l’écriture et l’humour. Au lieu de brûler des mosquées, publiez donc des croquis de terroristes avec des flingues à la place de la bite… Voilà de quoi rendre hommage.

Je suis Charlie… Et après ?

Aujourd’hui, la France pleure, la France à peur, la France se lève, la France s’unit. Et demain ?

La meilleure façon de rendre hommage à un drame pareil, c’est qu’il nous serve de leçon et nous aide à nous rendre plus forts.

Demain, j’aimerai que chacun puisse garder en tête tout ce qu’implique cet événement et agisse chaque jour pour progresser et avancer, en prenant en compte toutes ces leçons qui nous sont enseignées aujourd’hui dans la violence et dans le sang.

  1. La sécurité est un leurre. Il est vain de lui courir après. Même dans un des pays les plus civilisés du monde, il a suffit de 3 hommes encagoulés pour faire souffrir des millions de français.
  2. La vie est courte, et elle pourrait s’arrêter demain. Wolinski, Charb, Cabu… laissent derrière eux une belle carrière, des valeurs fortes et un peuple unit. Que laisserions-nous derrière nous si nous mourrions demain ?
  3. Il faut se battre, encore et encore, pour défendre nos libertés. Nous pensons à tort qu’elles sont acquises de façon définitive. Aujourd’hui nous avons la preuve qu’elles sont en fait menacées.
  4. Vivre pour ce en quoi nous croyons vraiment. Pour ses objectifs, pour ses idées, pour ses rêves. Nous devons vivre chaque jour pleinement et garder en tête ce que l’on souhaite accomplir de tout coeur. C’est ce qu’on fait nos défunts dessinateurs, et nous devrions nous en inspirer.
  5. Rien ne sert d’avoir peur. La peur paralyse, la peur engendre la haine, la peur enferme, la peur aveugle. Avoir peur, c’est donner raison à ces pseudo-guerriers barbares amateurs. La seule façon de vaincre la peur, c’est de passer à l’action. Et ça commence maintenant !

“Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux.” — Benjamin Franklin

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Thomas Despin’s story.