Storyshop l’expérience d’une narration

La présentation de Romance.

Mercredi 1 octobre, on nous a présenté un livre, Romance d’Albin Michel Jeunesse, qui nous raconte une histoire destinée à un public jeune. La particularité de ce livre réside dans son écriture et ses illustrations.
Pour chaque chapitre, l’auteur reprend quelques mots soigneusement sélectionnés pour en réaliser leur représentation. Ces mots sont ensuite répétés dans le chapitre qui suit mais une représentation y sera à nouveau réalisée entre chaques mots du chapitre précédent. Je m’explique; si nous avons les mots “Le jardin, la route, la mer.” dans le premier chapitre, on viendra y inclure par exemple les mots “la voiture, le bateau”. Ce qui nous donne “Le jardin, la voiture, la route, le bateau, la mer.” pour construire l’histoire et les différentes illustrations de manière logique. Enfin, chaque image des mots sera représentée de la même manière (un élément récurrent) mais avec des modifications dans l’illustration qui nous montre l’évolution du récit.

Le briefing

Pour ce travail, nous avons été plongé dans un monde qui est le Workshop, c’est-à-dire que pendant 2 semaines nous avions à réaliser un travail en groupe. Nous étions quatre : Tao Delefortrie, Thomas Vallez, Jules Wauthier et Jonathan Antoine.
Il nous a été confié de réaliser notre propre histoire, dans le même genre que le livre Romance d’Albin Michel Jeunesse. Avec des contraintes similaires au niveau du placement des mots, de leurs répétitions, de leur placement, ainsi que leur reproduction en illustration.

Un ensemble

Pour la constitution du groupe, nous nous connaissions déjà Tao, Jules et moi même (Thomas). Jonathan est venu nous rejoindre un peu par hasard, cependant il a su très rapidement se créer une place au sein de notre groupe. Nous avons des styles différents, des personnalités propres à chacun mais nous avons tous su y mettre nos idées pour construire notre travail final.
Nous sommes donc devenu un groupe qui a su planifier et organiser une suite d’idées communes afin de réaliser au mieux le projet final.

Premiers échanges

Il fût très difficile de trouver une première piste pour créer une histoire ensemble. Nous nous sommes en premier lieu dirigés dans une direction plutôt humoristique, avec un viking qui s’était fait voler son smartphone. Nous avons passés plusieurs heures là dessus, ce qui a eu pour résultat une réflexion beaucoup trop compliquée pour un simple récit qui aurait dû nous prendre seulement quelques minutes de réflexion. La cohérence n’était plus réellement de mise entre les mots choisis pour construire l’histoire.
Nous en avons tirer des leçons pour la suite.

Deuxième fois

Nous avons eu énormement de mal à trouver une histoire qui tienne la route, autant au niveau du choix des mots, que de son sens et de la manière de la réprésenter. L’équipe a perdu peu à peu de son enthousiasme à force de tourner en rond et de ne jamais aboutir à un moindre début de piste sur lequel se lancer.
Les heures passaient et la journée aussi, sans conclure sur quelques chose de positif.

Un point de départ

Après des jours de réflexion, nous avons trouvé enfin une direction dans laquelle se lancer. Nous cherchions tous de manière trop approfondies dans nos histoires et nos recherches, alors que nous pouvions parler de quelque chose qui n’était pas forcément extraordinaire puisque nous allions au final nous inspirer de notre propre quotidien.

Ce phénomène d’ennui, de monotonie et de routine qui pouvait nous entrainer dans une dépression mélancolique. Jusqu’à nous en faire perdre la tête et nous amener par rapport dans des états proche de la folie .

Recherche graphique

La question était de savoir comment réaliser les illustrations des mots que nous avions choisi. Quelle ligne graphique aurait un impact sur les futurs lecteurs ?
Nous avons donc réalisé différentes recherches au niveau d’un style d’illustration plus minimaliste. Nous sommes partis dans un univers encore jamais explorer pour nous, l’isométrie, qui est une représentation 3D d’un dessin sur un support 2D. Nous devions donc travailler sur une grille de type hexagonal qui représentait des cubes collés les un les autres.

C’est là que nous avons commencé à concevoir des sketchs pour notre histoire.

Mais, il y a un mais

Pendant que nous nous attelions à la tâche de créer les représentations de nos mots et que nous peaufinions notre histoire dans son sens profond, on nous fit remarquer que nos représentations touchaient plus au domaine de l’illustration qu’à la représentation minimaliste qu’il nous avait été demandé.
Il nous a donc fallu tout repenser depuis le début pour représenter toute l’histoire de manière minimaliste, voir même abstraite par moment.

Nouveau départ

Lancement dans une nouvelle ligne graphique en pattern. Comme pour le papier peint, nous avons fait le choix de nous diriger vers de petites illustrations répétitives dans le format de travail. Cela collait parfaitement à notre histoire, au sens que nous voulions lui donner dans la vision du personnage principal.
Nous étions lancés dans de nouvelles réalisations.

L’étape suivante

Après la réalisation au propre de nos illustrations, nous sommes passés à une recherche typographique qui collerait au mieux à notre histoire. Comme le récit est raconté grâce à la description d’éléments décrits que l’on ne vie pas forcément, un peu comme une personne qui raconte ce qu’elle voit autour d’elle, nous avons opté pour une font de type manuscrite (à la main).

Une fois les mots élaborés, il ne nous restait plus qu’à scanner chacunes de nos illustrations avec le mot en dessous, de la convertir dans un mode d’impression adéquat, pour le cas présent en CMJN. Puis d’importer tout cela dans une structure de mise en page, pour enfin aller chez l’imprimeur afin d’ assembler notre travail et de le rendre physique.

Travail final

Nous sommes maintenant fiers de présenter notre travail, qui est l’aboutissement de longues heures de recherche et de discussion de groupe. La patience était de rigueur afin de ne pas s’énerver, surtout au commencement du projet.


Lien vers l’histoire en PDF de Lypémanie :
https://www.dropbox.com/s/uiz22ma7nuyhcie/Lyp%C3%A9manie.pdf?dl=0

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.