Hold-up à la lyonnaise !

En ouverture de cette 35ème journée de Ligue 1, l’Olympique Lyonnais se déplaçait sur la pelouse du SCO d’Angers. Un match qui s’annonçait compliqué pour les Gones vu les récentes performances des angevins. Et après la rencontre, on imagine que les joueurs lyonnais ont appelé leur femme pour savoir ce qu’elle faisait… Explications.

Le « Lion » se fait manger mais rugit quand même

Cette première période rime avec malchance et maladresse pour le SCO. Dès la 11ème minute de jeu, Thomas Mangani s’infiltre dans la surface de réparation et se retrouve nez à nez avec le gardien lyonnais. Son manque de spontanéité profite à Jallet qui vient le contrer au dernier moment. Première chaude alerte pour les joueurs de Bruno Genesio. Quelques instants plus tard, c’est Santamaria qui s’essaie de loin mais qui bute sur Anthony Lopes. Dans la foulée, Lyon est à l’attaque et sur un centre puissant de Gonalons, le portier angevin repousse le cuir directement sur la cuisse de Valbuena. L’ancien marseillais, auteur de son 8ème but de la saison en championnat, est tout heureux de voir ce ballon finir au fond des filets sur ce coup de billard. S’en suit une multitude de situations et d’occasions angevines. Lopes repousse une frappe de Diedhiou avant de voir Morel détourner une superbe tête de Bamba qui aurait pu mettre en danger le portugais. La défense centrale des Gones paraît très fébrile à l’image d’un N’koulou en manque de rythme. Et pourtant, c’est bien son jeune compère Diakhaby qui va jouer avec les nerfs de son coach et de son président. Il passe d’abord tout près d’offrir un pénalty à Angers sur ce tacle non maîtrisé sur Toko-Ekambi, puis loupe sa passe en retrait vers son gardien qui profite à Ndoye. Le géant sénégalais bute une nouvelle fois sur Lopes et oublie au passage ses partenaires qui attendaient la balle dans l’axe. De nombreuses occasions ratées que les joueurs de Stéphane Moulin vont vite regretter. En effet, Nabil Fekir vient alourdir le score sur un coup-franc assez anodin où le pauvre Letellier se troue complètement. A la mi-temps, les pensionnaires du Stade Raymond Kopa peuvent avoir des regrets…

Angers revient, Lyon réagit

Le deuxième acte démarre sur les mêmes bases que la fin de la première période. Jérémy Morel, qui a réalisé une énorme prestation, est encore là pour détourner en corner une belle frappe de Toko-Ekambi. Et sur ce coup de pied arrêté, Cheikh Ndoye s’impose une fois de plus dans les airs et redonne espoir à son équipe. Oui mais voilà, les lyonnais se réveillent petit à petit et sur ce corner tiré par Valbuena, le capitaine de l’OL voit sa tête repoussée sur la ligne par un défenseur angevin. Malgré une meilleure maîtrise au milieu de terrain, les lyonnais ont toujours autant de mal dans les duels et concèdent deux nouvelles occasions coup sur coup. Une belle tentative de Bamba qui passe de peu au dessus des buts de Lopes, puis une tête de Toko-Ekambi qui s’écrase sur la barre transversale suite à une merveilleuse ouverture de Thomas Mangani. Malheureusement pour les joueurs du SCO, cette énième occasion sera la dernière. Pire encore, ils finiront le match à 10 suite à l’expulsion de Pavlović qui tacle violemment Tolisso. Le néo-international sortira sur civière. Le match se termine avec une certaine tension. Une dernière occasion se présente tout de même à la 94ème minute. Rachid Ghezzal reprend un centre en retrait mais voit son tir détourné par la main de Cissokho. Forcément, l’arbitre ne voit rien et la rencontre peut se terminer sur ce score de 2 buts à 1 pour Lyon. Un résultat plus qu’immérité pour des lyonnais totalement dépassés ce soir, mais qui ont su faire le dos rond aux bons moments. D’ailleurs, une statistique assez incroyable vient justifier le mauvais match des Gones. Anthony Lopes a touché plus de ballons que Fekir, Valbuena ou encore Cornet. Inquiétant avant le match contre l’Ajax mercredi ?

Après Monaco et le Paris SG, le SCO perd encore après avoir effectué une partie d’un très bon niveau. Beaucoup de frustration donc dans les rangs angevins après le coup de sifflet final. Le président va même jusqu’à applaudir de façon ironique les arbitres à leur sortie du terrain. Un arbitrage également pointé du doigt par l’attaquant angevin Toko-Ekambi, qui déclare après le match que « l’on ne peut pas parler aux arbitres, une seule équipe le peut ». L’arbitrage devient un problème récurrent en Ligue 1… Vivement la vidéo non ?

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.