Pourquoi les t-shirts d’entreprise valent de l’or.


Et pourquoi ils sont sans doute l’avenir de la communication.


Oui, tiens, pourquoi ?

Plusieurs raisons. D’abord parce qu’en réduisant la parole d’une entreprise à son logotype thermocollé sur du coton de qualité moyenne, ils ligotent les artifices de communication. Le coton a beau être parfois synthétique, le t-shirt corporate n’en est pas moins un objet de communication remarquablement authentique. Il a beau être moche et souvent plouc, il incarne pourtant la véritable élégance en communication.

Dans le concert mondial du branding (lire bouending), beaucoup jouent du pipeau, en playback, sur écran géant, avec pyrotechnie et danseuses en slibard. Dans le bistro d’en face, le t-shirt d’entreprise fait un choix radical, courageux et éminemment respectable : il commence par rhabiller les danseuses en string et sort dans la rue. En pleine rue, au milieu des gens. Non pas pour jouer du pipeau ou du youkoulélé, mais pour claquer un audacieux beatbox. Acapella, donc. Pas sur une scène ou une estrade bien éclairée, mais en pleine rue, à hauteur d’homme. En face à face avec les gens. En prise réelle, son direct. Sans after effect ni director’s cut. Quiconque s’est déjà risqué à poser un freestyle en pleine rue sait qu’il faut être bon, fin, drôle, grave, pertinent et qu’à un moment donné, on ne peut pas tricher ou raconter n’importe quoi sous peine d’être pris immédiatement pour un énormissime tocard. Autrement dit, faire le choix du t-shirt d’entreprise comme objet de communication, c’est avoir le courage de ne compter que sur son talent pur tout en s’exposant au jugement frontal des gens. Et tout ça sans la ramener, sans storyteller (lire storyTV).


Le t-shirt d’entreprise pose une exigence salvatrice dans le monde trop souvent artificiel du branding.

La street cred sinon rien.


Ouhlala mais il confond tout là le monsieur! Entreprise, logo, marque, corporate, bouending… ce sont des choses différentes, dissociées, tout ça n’a rien à voir! Eh bien le t-shirt d’entreprise fait que tout ça a justement à voir. Enfin! En (ré)associant brutalement la marque à sa forme essentielle, le logo, et à son fond essentiel, l’entreprise, il synchronise avec humilité promesses et preuves, marques et entreprises, bouending et cowpowate, b2b et b2c…

En gros, le t-shirt d’entreprise bien repassé,
c’est la forme plate de la plateforme de marque.

Autrement dit, c’est l’objet communicant sur lequel on a aplati l’entreprise et la marque, au même endroit. La version flat d’un jus de bouending cowpowate qu’on aurait fait réduire à feu doux, en ayant pris soin d’enlever pulpe, grumeaux et autres cristaux parasites.

Encore plus cool que le flat design,

le flat branding?

Alors certes, le t-shirt d’entreprise ne dit pas tout, bien sûr. En fait, il ne dit d’ailleurs rien en soi, ni sur l’entreprise, ni sur la marque, ni sur ses produits, ni sur ses services. Mais il en dit déjà beaucoup sur l’audace, la confiance en soi et l’élégance d’une entreprise qui joue le jeu d’un dialogue spontané et non agressif avec les gens, qui se présente à eux sans gueuler ni bomber le torse (les gens le font à sa place grâce au t-shirt), mais en adoptant un ton poli et rafraîchissant :

…Bonjour Messieurs Dames, je suis telle entreprise, voici mon blaze pour me (re)connaître. Je suis moins importante que Dany, qui a l’amabilité de porter mon t-shirt que son frère Martial, qui bosse chez nous, lui a donné. Je ne vous embête pas plus, nous pouvons même ne pas parler de moi et plutôt nous concentrer sur Dany et la cuisson de sa côte de porc. Dans l’éventualité où vous voudriez en savoir plus sur moi, n’hésitez pas à demander à google ce que le monde pense de moi. Et maintenant que nous nous sommes presque serrés la main, les yeux dans les yeux, peut-être porterez-vous une attention particulière à nos produits, nos métiers, nos services, nos locaux, nos forces vives… Et surtout, ne vous inquiétez pas, TOUT ça est à portée de main dans votre poche (lire : votre iPhone, ou dedans y a google qui sait absolument tout mieux que tout le monde en vrai).
Le flat branding c’est prendre de la hauteur, mais en se mettant au niveau des gens. Et c’est gagner en profondeur en assumant que la profondeur c’est bien l’affaire du digital.

Mais plus fort encore, le t-shirt d’entreprise incarne en même temps l’ultime kpi corporate.

Ainsi, la “wearability” n’est pas du tout une histoire d’objets connectés qui se portent comme des vêtements etc... Non, rien à voir. La wearability c’est un indicateur limpide de la performance et de la réputation d’une entreprise. Soit les gens aiment bien porter votre t-shirt d’entreprise à un barbeuk le dimanche avec les potes du foot en ayant donc votre logo collé à leur poitrine (leur coeur), soit les gens trouvent que ce serait un peu fort de café de porter votre t-shirt sachant toute la merde que vous fabriquez à longueur de journée, et qu’en plus vous en êtes fiers. Le flat branding impose un principe de réalité imparable en aplatissant aussi la mesure de la réputation au même endroit que la marque et l’entreprise. Ce principe :

Vous êtes wearable ou vous ne l’êtes pas.

La valeur du t-shirt d’entreprise et la vérité du flat branding se trouvent ici.

Est-ce que Dany et Martial vous trouvent suffisamment wearable pour vous autoriser à poser avec eux dans ce moment d’intimité ?

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.