Monologue d’une personne qui parle avec une grenouille imaginaire dans la prison

A : J’ai vous donné le reste de mon repas hier. Qu’est-ce que vous voulez aujourd’hui ? Mon morceau de fromage ? Ma réponse est non !

A : C’est ne pas ma faute si beacoup de gens ont affamé, vivent dans la rue, sont pauvres. En outre, vous êtes une grenouille, n’est pas ? Vous savez plus bien que je sais que vous êtes imaginaire, sans vergonhe ! Laissez-moi !

La personne s’énerve avec la grenouille. Elle pense qui l’animal parle avec elle. La grenouille marche lentement et arrete prés de la personne. La personne est très en colère. Pour arreter la situation, la personne fait une performance. Elle preténd donner un petit morceau de fromage à la grenouille fictive. La grenouille imaginaire sourit tendrement a fin de recevoir quelque chose. La personne s’approache de la grenouille, sourit, pend la créature et la suffoque pendant quelques secondes. La personne continue la accion just’ que à la grenouille perdre sa vie imaginaire.

A : J’ai vous expliqué: ne me regarde pas comme ça, jamais!

La personne regarde firmement la grenouille qui est morte et crie.

A : Il n’y a paz de discussion ici ! Vous êtes bete et vous aimez me rendre foule! Vous pouvez me enchaîner! Vous pouvez fermer ma bouche. Vous pouvez me tuer si vous voulez! Mais jamais, jamais vous pourrez voler ma raison !

La personne sourit au public et les rideaux se fermment.

Like what you read? Give Dionisio Pimenta a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.