Extraterrestres : retour sur 18 mois extraordinaires

9 octobre 2050- A la veille d’un débat décisif à l’Assemblée générale des Nations unies, la situation des migrants est toujours irrésolue, plus d’un an après leur arrivée.

Assemblée générale des Nations unies - New York. Crédits photo : F. de la Mure / MAEE

Les sièges sont vides, les couloirs déserts, les alentours silencieux. Personne ne pourrait soupçonner que d’ici 24 heures, les dirigeants les plus puissants de la planète se réuniront pour un débat qui s’annonce déjà historique. A la clé ? La possibilité d’intégrer les extraterrestres au sein des sociétés humaines, prouesse encore jamais réalisée dans l’histoire de l’humanité. Demain, l’Homme a donné rendez-vous à son destin. Cet événement très attendu à travers le monde est une occasion de revenir sur les faits marquants qui ont suivi l’arrivée des extraterrestres sur Terre…

Un an et demi plus tôt.

ATTENTION VAISSEAU EN APPROCHE !

8 mai 2049- Une foule de journalistes se rue vers la scène. L’image est à peine croyable. Au beau milieu d’une vaste plaine de la Creuse, dans le centre de la France, un imposant vaisseau de plus de quarante mètres de long jonche les champs. La fiction hollywoodienne aurait-elle été rattrapée par la réalité ? Aussi surprenant que cela puisse paraître, la réponse est affirmative. La presse s’est déplacée du monde entier pour assister à cette “chose”, comme on peut l’entendre ici et là. “Ils nous avaient prévenu !” s’insurge un journaliste de La Repubblica. En effet, des scientifiques canadiens ont averti six mois auparavant qu’un vaisseau spatial était en approche. Ne voulant pas accorder d’importance à cette mise en garde, ni les politiques, ni les médias n’ont relayé cette information avec vigueur. Durant cette période de tergiversation, le vaisseau a atterri dans la campagne française. Désormais les chefs d’États sont dans l’obligation d’étudier de près ce dossier sans pouvoir se défiler à nouveau. Mais qu’en est-il réellement ?

TROIS MOIS ET HUIT VAISSEAUX PLUS TARD…

18 août 2049- Ils sont à présent près de 300 000 extraterrestres à avoir posé le pied sur Terre. Fuyant un régime instable, en proie à des dictatures, ces migrants de l’espace espèrent que l’Homme est en capacité de leur offrir une hospitalité de qualité. Illusion de courte durée… sans prendre le temps de dialoguer avec les nouveaux arrivants, les humains les chargent dans des camions pour les amener dans des centres de contrôle. Ce processus de « sécurité » est utilisé par tous les pays qui reçoivent les extraterrestres.

« Je doublerai la hauteur du mur s’il le faut ! » Président des États-Unis d’Amérique

Rapidement déstabilisées par cet afflux de migrants, les sociétés du monde entier se replient sur elles-mêmes, craignant cet inconnu. Afin de rassurer sa population, hostile à l’accueil des extraterrestres, le Président des États-Unis est le premier sur la scène mondiale à soumettre un décret migratoire visant à exclure les migrants du territoire national. Déterminé à empêcher l’entrée des extraterrestres sur le sol américain, il affirme être prêt à envisager toutes les solutions pour y parvenir. « Je ne laisserai pas le peuple américain vivre dans l’insécurité. S’il faut se couper du monde, alors soit. Je doublerai la hauteur du mur (à la frontière du Mexique) s’il le faut ! ». Le décret est finalement adopté deux semaines plus tard par le Congrès, sans le moindre amendement, et mis en application le 1er janvier 2050.

Cette décision a l’effet d’un tremblement de terre à l’échelle internationale. Effectivement, les États se sont refusés jusque-là à franchir cette « borderline » dans un souci de respect des droits universels. Mais ce revirement de situation outre-Atlantique remet totalement en question cette tolérance. En effet l’Union Européenne décrète trois mois plus tard l’interdiction pour les extraterrestres de circuler librement à l’intérieur de la zone. Cette seconde mesure internationale adoptée par les 27 déclenche cette fois un mouvement de contestation à travers le monde, le MPE. Est-il en capacité de peser sur les décisions internationales ?

… LA SOCIÉTÉ CIVILE SE RÉVEILLE ENFIN !

Manifestation du Mouvement Pro-Extraterrestres (MPE) à Rennes. Crédits photo : fx noname

A la suite du vote du Parlement européen, une organisation défendant les droits des migrants émerge : le Mouvement Pro-Extraterrestres (MPE). En opposition avec les politiques de répression menées contre ces minorités, ce mouvement défile le lendemain de la prise de décision de Bruxelles. Symbole de l’injustice faite à l’encontre des migrants, le Parlement européen est encerclé par une foule de 30 000 personnes selon le MPE. Le Mouvement Pro-Extraterrestres maintient une pression constante sur la gouvernance européenne, même si celle-ci ne cède pas. Le MPE, ainsi que des associations, fournissent aux migrants les mois suivants de quoi boire, manger, s’abriter. Ces derniers ne bénéficient d’aucune aide publique. “Les gouvernements du monde entier ne veulent pas attribuer de prestations économiques, ni même sociales car cela inciterait leur venue sur les territoires nationaux” précise le ministre de l’intérieur suisse.

L’opinion publique est partagée. Au moment où le MPE réclame davantage de droits et d’aides accordés aux extraterrestres, une autre organisation aux antipodes de celle-ci voit le jour : le Mouvement Anti-Extraterrestres (MAE). Ces derniers revendiquent l’exclusion de tous les migrants venus de l’espace sur le sol terrestre. Les attentes exprimées par les citoyens sont radicalement contraires.

Les sociétés se divisent.

En effet, une rupture idéologique profonde sépare les mouvements pro et anti-extraterrestres. Les politiciens jouant le rôle des pyromanes. Effectivement, dans l’incapacité de s’exprimer d’une voix claire et unilatérale, ils attisent l’incendie en alimentant les tensions entre les citoyens. Dans ce contexte particulièrement houleux, les manifestations auparavant pacifiques laissent place à des émeutes quotidiennes. La plus célèbre est celle intervenue à Péronne, dans la Somme, le 4 août 2050. Pour la première fois, les pro et anti-extraterrestres se font face, sous le regard impuissant des habitants. Les forces de l’ordre interviennent pour éviter tout débordement. Au terme de cette journée, trente-huit manifestants sont interpelés. Cet épisode sombre contraint le Président de la République française à interdire les marches protestataires suivantes, au détriment de la démocratie.

L’HUMANITÉ A UN CARREFOUR DE SON HISTOIRE

Programme d’une journée historique

C’est dans ce contexte délicat que se déroulera demain la réunion à l’Assemblée générale des Nations unies, à New York. En convalescence suite aux mouvements sociaux, les États doivent impérativement trouver des solutions à cette problématique, qui divise une à une les sociétés du monde. A l’aube d’une décision qui va changer le cours de l’Histoire, les hypothèses les plus extrêmes sont envisagées. Ces spéculations autour du débat accentuent l’incertitude de trouver un accord international. Dix-huit mois après l’arrivée des extraterrestres, les dirigeants internationaux ne peuvent plus reculer.

Accepteront-ils d’enclencher le processus d’intégration visant à accueillir les migrants au sein de leurs sociétés dans l’espoir qu’ils s’y adaptent ? Ou refuseront-ils de les prendre en charge pour éviter un éclatement des communautés ? Quelque soit la décision prise, l’existence des humains se verra à jamais bouleverser. Jamais, dans l’histoire de l’humanité, l’Homme s’est vu confronté à prendre une décision si complexe : vivre “avec” ou “sans” les extraterrestres.

Voir ci-dessous une frise retraçant les principaux événements depuis l’arrivée des extraterrestres sur Terre.

Like what you read? Give Tom Galeron a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.