Le succès en 2017 | Ma vision Ep.1

Si j’ai bien compris une chose dans la vie, c’est l’importance de se fixer des objectifs. Pour ma part, je fais partie de cette catégorie de personnes qui se fixe des objectifs si ridiculement ambitieux qu’il est à peine possible d’en discuter avec son entourage.

Combien de fois avons nous entendu : «tu n’y arriveras pas, c’est impossible, tu ferais mieux d’abandonner» ?

« Impossible «, «abandonner»… Tout ceci n’est rien de plus que le reflet des insécurités de ces personnes qui disent vouloir te voir réussir mais qui, loin de ressentir une quelconque tristesse ou empathie, se réjouirons secrètement de tes échecs. Ainsi, se reposer sur ce que les autres pensent, c’est foncer dans le mur, car peu t’accompagnerons dans ta quête du succès. En revanche, nombreux seront la pour tenter de te faire trébucher.

La gangrène de notre génération, ma génération, c’est cette recherche constante de l’approbation des autres dans nos projets, nos décisions, la recherche de ce hochement de tête, de ce regard rassurant qui veux dire « oui tu peux le faire, fonce », ou bien «oui, tu en es capable».

Comme votre définition du succès vous est propre, son achèvement ou son échec ne tient qu’à vous.

Pour moi, le succès c’est avoir l’ambition de devenir chaque jour une meilleure version de soi-même, et le désir de travailler dur pour cela. Se relever une fois de plus que l’on est tombé, la ou la majorité aura abandonné.

“Le succès, c’est tomber 7 fois, et se relever 8.”

Un exemple simple, je m’entraîne 6 fois par jour à la salle de sport. Je mange 6 repas par jours. Depuis maintenant plusieurs années, tous les soirs après l’université ou après le travail selon la période, tous les weekends, les vacances, je les ai passés à essayer de devenir une meilleure version de moi-même à travers le bodybuilding. «Day in, Day out». Lorsque la motivation n’est pas au rendez-vous, c’est tout simplement la discipline qui l’emporte. Réaliser ses objectifs c’est avant tout un choix quotidien. La peur de l’échec ou la pression du regard de l’autre à tendance annihiler nos rêves. Nous sommes capable de tout. Il suffit de le décider et d’agir en conséquence. L’alignement rêves-actions est primordial dans ce combat contre nous même.

« Tu as une bonne génétique », « Tu as de la chance ». Une bonne génétique ? De la chance ? Ce n’est pas la génétique qui m’a permis de me réveiller à 5h du matin pour aller m’entraîner, alors qu’eux dormaient comme des bébés. Pas non plus la chance qui a fait que pendant qu’ils sortaient avec leurs amis, moi, je m’entraînais.

Il n’y a pas de succès instantané. Il n’y a pas de chance. Que du travail, de la sueur, des larmes et du sang.

“There is no overnight success.”

À vous de vous poser la question… Avez-vous envie d’être sur Terre pour n’être rien de plus qu’une ombre de plus noyée dans la masse ? — Tom