Avant, je n’avais pas Twitter. C’était avant.

Avant, je ne vous connaissais pas. C’était avant.

Avant, je travaillais autrement. Je n’avais pas Twitter et je ne vous connaissais pas. C’était avant.

Avant, je n’étais pas triste si vous partiez ou menaciez de le faire. Mais ça, c’était avant. Je ne vous connaissais pas. Je n’avais pas Twitter. Je travaillais autrement.

Sans Twitter, mes journées de mercredi ou de jeudi n’existeraient pas.

Sans Twitter, je n’aurais pas découvert la plus belle des aires d’autoroute, sur la route des vacances, près de Rouen.

Sans Twitter, je n’aurais pas eu de blog, ni de smartphone.

Je ne connaîtrais pas l’emi ni les twittclasses.

Alors, s’il te plaît, ne me laisse pas retourner comme avant.

Le présent et l’avenir me manqueraient.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.