Vivre ou mourir

Simon est skieur, il a l’habitude de partir dans des régions montagneuses où personne ne s’aventure. 
Il est marié avec deux enfants, une grande fille et un petit garçon. 
Une maison assez grande, payé grâce à ses différents sponsors.

Pour Simon tout vas bien.
En tout cas, il ne se plaint jamais.
Il faut dire qu’entre ses enfants qui ont toujours un problème et sa femme qui n’est jamais satisfaite de rien, il n’a pas vraiment la place pour se plaindre.

Ce jour-là comme souvent, il partit en montagne sur un sommet qu’il connaît par coeur pour s’entraîner.
Ce jour-là comme d’habitude, il resta un long moment seul là-haut à se rappeler la beauté du monde qui l’entoure, de la vie formidable qu’il a, la famille qu’il aime et qui l’aime en retour.
Mais ce jour-là, lorsqu’il pris son départ, il avait d’autres choses en tête.
Des choses qui ne sont pas bonne, des choses qui ne lui donnaient pas envie de vivre.

Le matin même, il avait eu les résultats de ses examens médicaux.
Pas de ceux vitale, mais de ceux risqué, ceux qui te laisse des chances de vivre mais sans en être certain.
Il ne savait pas comment en parler à ses proches, il ne savait pas s’il voulait se battre ou mourir.
Il ne savait pas, il ne savait plus.

Ce jour-là contrairement aux autres, il n’est pas rentré le soir.
Il n’a pas pu, la montagne avait été pour une fois plus forte que lui.
Ce soir-là, sa famille avait peur, mais elle voulait garder l’espoir.

Et est-ce cet espoir là, la chance ou l’envie de vivre, mais Simon fut retrouvé 2 jours plus tard dans une crevasse.
En mauvais état, mais vivant et voulant vivre.

Lorsqu’il repris ses esprits, il parla de tout à sa femme et ses enfants.
Leurs dis qu’il les aimait, qu’il était malade, mais qu’il ne voulait pas les laisser seul, qu’il allait se battre pour eux, pour lui.
Que la vie ne méritait d’être vécus que pour ce battre pour les choses que l’on aime.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.