Je, d’un accident ou d’amour — Loïc Demey

Faites lui une place avant la rentrée littéraire. C’est un vrai petit bijou…

Aujourd’hui je vais te parler d’un immense coup de cœur. De ceux qui à la première phrase te désarçonne un peu, mais qui ensuite te laisse sans voix, à relire dix fois de suite la même page… Désarçonnant, parce que dans ce court texte, il n’y a pas de verbe. Aucun. Alors forcément, les premières phrases sont un peu étranges.

Mais c’est que Hadrien, en couple depuis plus de 30 ans, vient de rencontrer Adèle. « Depuis ma pensée se confusion et mon langage se désordre. En cause d’Adèle? A raison du choc? J’ignorance l’exact comment du pourquoi. Je me perdition des mots, et je m’égarement des phrases. Mes idées en déréglage et expression d’incohésion. » Et dans ces cinquante pages et quelques, c’est une rencontre qui va se jouer, le délitement d’un couple aussi. C’est un condensé d’une tranche de vie raconté sur quatre jours.

Bien sûr la rencontre amoureuse est un sujet presque banal en littérature. Mais ici, ce qui se joue, c’est au niveau de cette langue, l’absence des verbes entraînant un rythme bien particulier. Une fois les deux premières phrases apprivoisées, il te prend aux tripes et t’emmène loin dans la petite musique de ce texte.

La page que j’ai relue dix fois de suite (et que je viens bien de relire 5–6 fois pour cette chronique)? La voilà. Une pure merveille…

Originally published at www.tulisquoi.net on August 17, 2015.