Pourquoi cela va devenir LE problème des startups en France

Chaque jour des milliers de personnes vivent startup, réfléchissent startup, dorment startup… dont moi. Seulement, en réfléchissant, j’ai trouvé ce qui va devenir, d’après moi, le plus gros problème pour le startups.

Dans cet article, je vous explique un phénomène nouveau et qui va vous toucher très rapidement.

La mode startup

Si j’ai bien réalisé une chose, c’est qu’on nous cache souvent la vérité sur l’entrepreneuriat. On nous vante trop souvent les qualités d’une telle aventure et tout le monde dit que c’est génial, et en revanche omet que ce n’est pas facile et qu’il y a des choses très complexes à affronter. J’ai longuement réfléchi à ce sujet et j’en ai déduit qu’il y avait une réelle mode autour des startups — ainsi qu’une mode de l’entrepreneur.

Cette tendance est un phénomène dangereux. Et elle l’est essentiellement sur deux points :

  • Elle fait grimper de façon exponentielle le nombre de startups en France.
  • Elle laisse beaucoup de personnes non aptes rêver de se lancer, rêver d’être fondateur pour ensuite voir leur projet ne jamais débuter.

Je vous laisse réfléchir quelques minutes afin de vous faire une idée de pourquoi ces deux points sont problématiques puis je m’explique.


Elle fait grimper de façon exponentielle le nombre de startup en France.

Le premier phénomène que cause cette mode, c’est forcément une augmentation très rapide du nombre de startups créé en France. Et c’est un problème. Premièrement, les bonnes startups seront confondues dans une masse de moins bonnes startups, et il faudra très souvent perdre du temps pour faire comprendre aux investisseurs. Toutes les startups en province qui ne sont pas dans de gros fonds d’investissement peuvent en témoigner. Les VC mettent généralement la même somme, pour le même %, pour le même pacte pour toutes les startups d’une région.

Elle laisse beaucoup de personnes non aptes rêver de se lancer, rêver d’être fondatrices pour ensuite voir leur projet ne jamais débuter.

C’est peut-être brutal que de tenir de tel propos, mais c’est pourtant une vérité — et j’en profiterais pour faire la transition sur la seconde partie. Mais cette mode est responsable de nombreux échecs. Bien que cela soit normal lorsque l’on côtoie le domaine des startups, ces échecs doivent et peuvent être évités. Il suffit de comprendre ce que j’explique dans cet article et d’appliquer le modèle du Lean Startup à soi même. J’appellerais ce phénomène la mode de l’entrepreneur — à bien différencier de la mode des startups.

La mode de l’entrepreneur

La personne typiquement prise dans la mode de l’entrepreneur est une personne disposant d’une fausse ambition. Laissez-moi vous raconter une histoire — que vous avez probablement déjà entendu.

Lorsqu’un journaliste à demandé à je ne sais plus quel président en fin de mandat :

Comment faut-il faire pour être président de la République ?

Ce dernier a répondu :

Il suffit de le vouloir.

La réponse paraît assez arrogante. Mais je pense que c’est vrai — seulement la réalité est plus complexe. Cela ne veut pas dire que personne ne veut être président de la République. Cela ne veut pas dire que personne ne se dit « Je veux être président », mais signifie seulement que peu de personnes ont suffisamment d’énergie et d’ambition pour le vouloir. Le nombre de personnes ayant réellement l’envie de faire tous les sacrifices nécessaires à cela est minime.

Et c’est exactement ce qu’il se passe en ce moment dans le domaine de l’entrepreneuriat. Mais à l’inverse. Beaucoup trop de personnes se disent « Je veux être entrepreneur », en imaginant que c’est être CEO, riche, passer ses journées à des salons, des repas organisés par la FrenchTech… restant aveuglés par toutes ces choses qui brisent bon nombre de projets.

Trop peu de personnes acceptent de faire tous les sacrifices nécessaires à la réussite entrepreneuriale. Trop de personnes manquent d’ambition en France. Et c’est la mode de l’entrepreneur. En plus, celle-ci prend de l’ampleur.

Un grand merci,et, ayez une grande l’ambition — une vraie.

Me concernant, chez Fetch, j’ai découvert que j’étais un vrai entrepreneur puisque toutes les choses difficiles, les challenges, les défis, n’ont fait que booster mon envie de créer, à mon tour, une entreprise fleurissante.

Vous avez aimé mon article?Cliquez gentillement sur le ❤ ci-dessous :) Ou recevez mes articles avant tout le monde avec ma newsletter!

Like what you read? Give Théo Voglimacci a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.