Utopie

Ce texte à été écrit pour être lu, et présenté à voix haute devant une classe entière de jeunes lycéens. Veuillez excuser certaines tournures de phrases en français “parlé”. Sur ce Bonne Lecture.

Lorsque j’ai vu le sujet pour la première fois, il y a eu un laps de temps où il n’y avait dans mon esprit plus qu’une grande bannière clignotante avec ALERTE ROUGE en capital.

Mais merveilleuse personne que je suis, j’ai rapidement repris mon sang froid, et me suis rendu compte que le sujet de nos chers professeurs sonnait plus comme une totale carte blanche aux fantasmes un peu tordus de mon imagination, qu’à autre chose.

Alors je vais essayer, modestement, de donner les réponses que mon cœur souhaiterait entendre aux questions que mon esprits se pose.

J’ai essayé de jouer avec ce que je connaissait, parce qu’il est toujours agréable de faire émergé quelques choses de sa zone de confort, et parce que les dessins et les mots c’est mon dada, comme on dit.

Je me suis alors refusé de créer une utopie où chaque ville aurait sa statue en or massif de Moi même sur trois mètre de haut, et où l’on viendrait y déposer des offrandes. Non j’ai essayé d’être un peu plus raisonnable que ça… Je n’ai pas la prétention de proposer des solutions à tout, je vais juste vous exposez ce qui me rendrait fière de mon monde…. Puis pour ce qui est de mettre tout ça en place, je laisserais les plus motivé s’y attelé !


Organisation économique

J’ai réécrit environ quinze fois cette partie.

J’ai commencé par imaginer, un monde comme le jardin d’Eden, où ce genre de questions d’économie ne se posent même pas. Où le mot économie ne rime avec rien.

Ou bien l’Eldorado, où avoir une organisation n’aurait aucun sens, car l’abondance résout tout.

J’ai finalement imaginé un monde avec l’évolution des monnaies autrement, la fin du chômage, ou encore un monde où les entreprises se baseraient sur l’intelligence collective… Puis je me suis rappelé que je n’était définitivement pas assez calée sur le sujet. Je préfère donc m’abstenir pour vous éviter une organisation économique qui tournerait au désastre.

Néanmoins, je réclamerais pour mon utopie, que chacun puisse recevoir certaines aides financières, pour pouvoir vivre d’une manière écologique et saine. Les impôts, bien que diminués permettraient directement l’accès à tout soins médicaux, à des voitures électrique pour les familles nombreuses ou à des vélos bien équipés pour favoriser les éco-déplacements, ou encore à des écoles, pour permettre plus de voyage scolaires, ou de matériels, pour aborder la vie de manières plus concrètes, que les étudiants puissent achetés bio sans avoir besoin d’un prêt.. etc

Bref un monde où les Hommes Politiques seraient des Robins des Bois.


Education

Elle se baserait sur des principes simples, qui sont pour ma part plus connectés à l’essentiel. Je baserais alors celle ci sur quelques mots seulement :

  • Confiance, l’enfant qui ne prend pas confiance en grandissant, crée un adulte qui n’est pas sûr lui… Le devoir des professeurs sera donc de mettre leurs élèves en situation de réussite, ou de leurs apprendre à échouer sans avoir peur… Ainsi des cours de théâtre, de chant, de lecture collective, de débat ou autre feront partis des cours les plus importants.
  • Sciences, pour nourrir notre esprit à soif de savoir, mais sans rien forcer, des conférences d’experts, de célébrités (oui l’éducation serait prise très au sérieux !), auraient lieux chaque semaine dans les écoles. Tout sujets seraient abordés sans se limiter aux 10 matières que l’on retrouve de nos jours nos lycées…
  • Langue, comme je l’ai expliqué dans la partie précédente, le budget des voyages scolaires permettrait beaucoup plus. Ce qui aiderait à briser les frontières de langue, et la peur de l’étranger ! Et comme à chaque langue, sa culture, c’est encore plus de facettes du monde à découvrir !
  • Et la musique… car c’est un très bon moyen pour se réunir et partager de bons moments ! Langage universelle, la science des mélodies seraient donc aussi abordée !

J’ai testé dans ma tendre enfance de différentes écoles, Montessori, Steiner et pleins d’autres méthodes d’éducation alternative, pour en suite revenir dans le privé, et aujourd’hui avec vous dans le public. Bref ces longues années d’études maintenant derrière moi, m’ont prouvé que chaque système marche différemment sur les enfants/adolescents selon leurs personnalités et leurs besoins… ainsi un parcours scolaire serait ouvert à tous : petits, et grands, fada de mathématique ou flippé de l’histoire géo, pour suivre à son rythme ce par quoi il est intéresse.

Il est prouvé scientifiquement, que la logique des math ne peut être parfaitement comprise par le cerveau avant ses douze ans. L’éducation se basera alors aussi sur l’écoute du corps et de ses besoins, afin de ne pas brutaliser notre petit être mais de cultiver sa soif du savoir qui elle, fait partie de l’humain tant que nous la respectons. De plus l’activité sportive, sera beaucoup plus présentes (plus que quelques pauvres petites heures par semaines).

Créer un lieu où l’expression «l’école de la vie» n’aurait jamais eu autant de sens.


Vie familiale et sociale

Une vie familiale où l’enfant serait l’égal de l’adulte, voilà ce que je vous propose mes amis !

Les décisions seraient prises ensemble… (si tel ou tel à le droit de sortir, si l’on déménage ou non, si l’on part en vacances etc). Ainsi, les relations où l’adulte est positionné comme supérieur à l’enfant n’existeraient plus.

Néanmoins, ce dernier est responsable et majeur, donc s’il en vient à prendre une décision contre l’avis de son fiston, il lui devra une explications claire et justifiée.

Ce n’est pas le pouvoir au enfant! Mais plus d’ouverture à la discussion, ne ferait pas de mal à certaines familles..


Rapport à la nature

Question nature et relation planto-humaine, je vois un monde plus ou moins comme cela …

… où les gens «swag» seraient ceux qui vivent dans les belles prairies cachés au fond de la foret en harmonie avec la nature et les animaux. D’ailleurs le mot swag n’existerait pas.

Rester cloué à son téléphone ou tout autre écran noir à longueur de temps, seraient considéré comme ringard…. Voir malade à vrai dire… ainsi de joli séjour en centre de désintoxication non violente seraient offert à toute personne que l’on estime dans le besoin … moi la première ;)

Il serait commun d’avoir des plantes chez soi, de les connaître et les aimer !


Pouvoir politique

Pour le plan politique et tout ça, je me suis d’abord dit que mon utopie serait parfaite avec comme pour cerise sur le gâteau, Uma en Reine Absolue du monde Entier. Parce que ça sonnait bien.

Je me suis alors rappeler que mes tendances flemmardes ne me le permettraient pas, et je préfère donc imaginé un monde où l’être Humain n’aurait pas besoin d’une force plus grande que lui pour agir, autre que sa conscience bien évidement. Alors, allez y appelé ça comme vous le souhaitez, anarchie, sociocratie.

J’ai vécu toute ma vie avec, accrochée dans mes toilettes, la fable si dessous. Vous imaginez bien qu’élevée avec ce petit oiseau bleu comme héro, je ne peux pas m’empêcher de penser que si chacun fait sa part, le monde serait plus beau. Je n’ai pas de réel programme politique. Je vous propose donc innocemment de cesser de nous mettre quelqu’un au dessus de la tête mais de simplement se porter volontaire chacun à notre tour pour répondre au besoin de chacun. Ah mais que de belles paroles… Supprimons la peur du manque, l’avarice, la peur du voisin d’en face parce qu’il a « pas l’air très très net cet arabe »… Si chacun prends sa propre responsabilité à cœur, nous n’aurions pas besoin de subir un choix d’organisation économique et politique qui ne serait pas le notre.


En conclusion, si je devais présenter mon utopie en 2022, mon discours éléctoral se serait finit pas une petite liste toute propre de toutes ces petites choses qui sont en bannies…

  • La violence sous toute ses formes
  • les vols
  • La peine de mort
  • La discrimination
  • Les gens qui coupent la parole
  • Les viols
  • la pédophilie
  • les injustices
  • le chômage
  • le septième continent
  • Le masculin qui l’emporte sur le féminin en grammaire
  • la malnutrition
  • la sous nutrition
  • les enfants de 11 ans qui travaillent
  • les femmes en période de menstruations qui travaillent
  • l’inaccessibilité à certaines opérations ou soins médicaux
  • les guerres
  • les stylos qui bavent
  • Jul
  • et avoir classe jusqu’à 18h en fin de semaine ;)