Le Sahel, parole aux jeunes.

Une nouvelle année débute, porteuse d’espoir, de bonheur, et de prospérité pour la jeunesse du Sahel, l’une des régions les plus jeunes du monde. En effet, 64,5% de la population a moins de 25 ans.

La région fait face actuellement à d’énormes défis. Pourtant, un Sahel stable, avec une population de plus 300 millions d’âmes et une tendance à l’urbanisation croissante, offre d’immenses opportunités. Les jeunes, tout comme les femmes, constituent les publics prioritaires du Plan de soutien de l’ONU au Sahel.

Quelles perspectives pour les jeunes au Sahel? Des étudiants issus de divers pays se sont prêtés au jeu des questions-réponses et livrent à cœur ouvert leur perception de leur région et leurs rêves d’avenir.

Quelle image évoque pour vous le Sahel?

« La première image quand je pense au Sahel? Des arbres épineux… Mais c’est aussi pour moi un ensemble de pays qui ont des ressemblances climatiques, qui sont confrontés à des problèmes d’insécurité grandissante, à l’avancée du désert et aux migrations » Lassana, Mali
“ Quand je pense à ma région je vois les éleveurs derrière leurs troupeaux, je vois des immensités désertiques, les puits et les enfants nomades qui vont à l’école… Le Sahel, c’est aussi une vaste étendue regroupant des pays qui partagent une même réalité”. Aliou, Niger

Quels sont les potentiels du Sahel ?

“Notre région est riche de ressources naturelles comme l’or, le phosphate, ou l’uranium qui est exploité au Niger par des compagnies étrangères. Ce que beaucoup ne savent pas c’est que le Sahel dispose d’énormes potentialités en eau. Mais est-ce que nos pays ont les moyens d’exploiter cette eau pour la mettre au service de l’agriculture et de la population? C’est là la grande question”. Tidiane, Sénégal
“ Il fait excessivement chaud au Sahel: cette chaleur peut être transformée en énergie renouvelable au bénéfice des populations, à l’instar de ce qui se fait au Maroc avec les projets Noor I, II, III et IV. Le vent peut également être converti en énergie éolienne pour produire de l’électricité. Pourquoi pas de tels projets chez nous ? ». Amy, Mali


Quelle place pour les jeunes au Sahel?

“ Il est nécessaire que nous les jeunes nous montions nos propres projets. Nous ne devons pas attendre de l’Etat qu’il fasse de nous des patrons. Nous pouvons nous battre, réfléchir à travers des stratégies et soumettre des projets à des bailleurs qui pourront nous épauler en partie. Nous avons beaucoup d’atouts dans le Sahel, certaines zones du monde nous envient!” Amadou, Guinée


“ On peut faire plus pour nous les jeunes. Nous octroyer de la confiance et dresser des politiques de formation et d’emploi pour nous favoriser sur le marché du travail. Les pouvoirs publics peuvent faire davantage pour notre insertion dans la société afin que les jeunes ne soient pas tentés par l’aventure ailleurs”. Elimane, Sénégal

L’agriculture, un secteur porteur pour les jeunes?

“Pour moi l’agriculture tisse l’avenir de l’Afrique. C’est le secteur qu’il faudrait pousser pour offrir aux jeunes de l’emploi. Quand on ne trouve pas de job après avoir obtenu un diplôme, l’agriculture peut à la fois fournir de l’emploi et nourrir la population. Moi-même j’ai déjà un projet horticole prêt à être lancé après mes études. Je voudrais mettre en place une structure de production et transformation de fruits dans ma région à Thiès où l’on récolte les mangues deux fois par année”

Dieynaba, Sénégal

“ Je suis issu d’une famille paysanne et je serai fier de m’investir un jour pour l’expoloitation de ces terres. L’agriculture est un secteur très porteur pour la jeunesse. Le Sahel est par essence agro-pastoral. Il est traversé par des lacs et des fleuves où l’on peut développer des activités qui contribueront à l’économie locale. Avec des techniques plus modernes, il serait possible de cultiver des produits comme le mil ou le sorgho sur de larges surfaces en créant des emplois et en luttant contre la migration clandestine. L’agriculture est certainement un levier pour booster l’économie en faveur de la jeunesse!». Badé, Sénégal


Quelles sont vos ambitions pour le développement de la région?

“Pour ma région, je mise sur l’éco-féminisme. Je voudrais m’activer pour intégrer le rôle des femmes dans la gestion de l’environnement durable. Au Sénégal, les femmes sont souvent exclues du secteur de l’environnement et la cause féministe n’est pas encore comprise. Or les femmes devraient avoir un rôle de premier plan en tant qu’actrices de développement. Le rôle des associations féminines est clé car les femmes entre elles peuvent extérioriser leurs idées et participer davantage aux projets de développement”. Fatou, Sénégalaise

IBRAHIM THIAW, Conseiller Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour le Sahel: « Nous devons donner de l’espoir et des opportunités aux jeunes pour promouvoir le développement dans le Sahel »

— — —

Le plan de soutien de l’ONU pour le Sahel, couvrant la période 2018–2030, aidera à mettre en œuvre 6 priorités dont l’autonomisation des femmes et des jeunes pour atteindre l’Agenda 2030 du développement durable et l’Agenda 2063 de l’Union Africaine. Il s’agira notamment de s’attaquer aux phénomènes qui empêchent les jeunes de réaliser leur plein potentiel.

Pour en savoir plus, consulter le Plan de soutien de l’ONU au Sahel


Un reportage réalisé en partenariat avec le Centre d’Études des Sciences et Techniques de l’Information (CESTI), établissement panafricain établi à Dakar.

Textes, infographies et video: Equipe du Bureau du Conseiller Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour le Sahel (OSAS)

Crédits photos: ©OSAS & ©UNHCR