Non, François Hollande ne veut pas faire payer aux propriétaires un loyer à vie

Dénoncée par certains blogs nationalistes, l’idée a simplement été évoquée par un jeune groupe de réflexion à l’occasion des cent premiers jours du quinquennat de François Hollande, en 2012.

« Hollande veut faire payer un ‘‘vrai loyer fictif’’ à tous les propriétaires sans emprunt », démarre, la touche majuscule du clavier bien enfoncée, une publication du blog nationaliste Riposte Laïque, en date du 17 août 2012. Et de continuer « Hollande veut que chaque français propriétaire de son logement paye un loyer à l’État PS, si l’emprunt de son logement est remboursé ». Surprenante, révoltante, ahurissante. Cette nouvelle a de quoi faire bondir les propriétaires dont le remboursement de leur logement est arrivé à échéance. Cependant, ni le Président de la République, ni même son gouvernement, n’a un jour évoqué une telle mesure. L’idée vient d’un collectif citoyen.

À l’occasion des cent premiers jours du quinquennat de François Hollande, le 12 août 2012, le quotidien national Libération publie les cent propositions d’un jeune think tank français, composé d’une cinquantaine de contributeurs âgés entre 20 et 35 ans. Carte sur tables, le groupe de réflexion en question, a élaboré tout un tas d’idées afin d’améliorer la vie quotidienne des Français.

Pas à l’ordre du jour

Des idées parfois nouvelles, parfois passées aux oubliettes, que ses membres assurent « ancrées dans le réel et compréhensibles par tous les Français ». Parmi elles : la proposition d’imposer à ceux qui ont déjà remboursé leur prêt immobilier de payer une taxe supplémentaire le restant de leur vie. Autrement dit, soumettre à l’impôt sur le revenu les « revenus fictifs » que constituent l’absence de loyer pour les millions de propriétaires ayant remboursé leur emprunt.

Cartes sur tables estime que cette mesure pourrait rapporter 5,5 milliards d’euros par an à l’État. Relayée par Riposte Laïque et d’autres plateformes similaires, cette proposition n’a jusqu’alors pas fait l’objet de mesure concrète. Au mois de mai 2016, Christian Eckert, actuel Secrétaire d’État chargé du Budget et des comptes publics, a rappelé qu’il s’agissait là d’une « folle rumeur ».

Valentin Etancelin

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Valentin Etancelin’s story.