Coronavirus : comment traverser la phase du choc ?

Valeurs & Valeur
Mar 20 · 4 min read

Dans cette période, nous avons eu l’idée de vous accompagner, à notre manière, pour vous aider à traverser, phase par phase, la courbe du changement de Kubler-Ross. L’idée est de vous amener à vous sentir bien en avançant le plus efficacement possible.

Là, vous êtes probablement encore dans la première phase, celle du choc, du déni.

Concrètement, que se passe t-il ?

On ne peut pas croire ce qui arrive. On est sous le choc, abasourdi. A ce stade, les personnes sont paralysées par leurs émotions et sont incapables de réfléchir. Elles tournent en rond, répètent les mêmes choses, refusent de voir la réalité. Elles ont besoin d’évacuer leurs pensées, de parler et de partager leurs états d’âme. C’est le moment de trouver et/ou d’être une oreille attentive pour faire part des chocs vécus. D’autres vont avoir le sentiment d’une tête pleine, fourmillante, ressentir le besoin de s’isoler, d’avoir du temps pour souffler

Identifiez vos chocs

Nous traversons une période inattendue, que personne n’a jamais vécue. Cela génère alors des chocs. Lorsque quelque chose de la sorte nous arrive, nous vivons plusieurs chocs en même temps qui résonnent personnellement et donc différemment chez chacun d’entre nous.

On vous propose alors d’identifier les chocs que vous subissez : quels sont les micro chocs ou gros chocs que vous vivez ? Voici quelques exemples :

  • « comment vais-je gérer mes enfants 5 semaines ? »
  • « comment je vais faire : je ne suis jamais restée à la maison sans travailler ? »
  • « je ne vais pas être payée, comment ça va se passer ? »
  • « le système mondial s’écroule »
  • « tous mes clients m’annulent »

Chez Valeurs&Valeur, nous avons fait l’exercice et dressé la liste des chocs que nous avons eus. On vous les partage en toute authenticité :

  • “Je dois protéger les miens (être tous ensemble à la maison, nous 4)”
  • “Immersion pour ma part pendant ma première semaine dans mon nouveau job puis confrontation à un contexte chaotique : qu’est-ce qui va se passer ?”
  • “Comment puis-je avoir une valeur ajouté auprès de mon équipe avec si peu de recul, d’ancienneté pour passer ce cap ?”
  • “Dans un schéma classique, l’imprégnation, l’intégration puis le rapport d’étonnement apportent une valeur ajouté précise. Dans ce contexte atypique: quel point d’appui pour délivrer rapidement ?”
  • “Mon mari doit bosser et moi aussi, comment on s’organise avec les enfants ?”
  • “Comment je fais pour être dispo pour l’équipe en horaires décalés ? Est ce que j’aurai le courage de m’y mettre le soir ?”
  • “Ca m’angoisse cette actualité, je suis inquiète pour mes proches. Dur dur de penser boulot, comment me rendre utile ?”
  • “Je culpabilise de ne pas être dispo pour l’équipe et nos clients, comment garder ce lien qui nous anime ?”
  • “J’ai un choc de la manière dont chacun gère ses chocs”
  • “Première crise avec risque létal pour l’entreprise. Comment cibler les bons sujets ? Comment prendre les bonnes décisions alors que tout change tout le temps ?”
  • “Choc sociétal : comment a t-on fait pour en arriver là ? Quelle sera la suite?”
  • “Gérer tout en même temps : enfants, travail, gestion du quotidien. Comment bien prioriser ?”

Evitez le « saut de tarzan »

Ce qu’il faut avoir en tête, c’est que vous allez vivre la courbe du changement sur chacun des chocs que vous avez listés. Et c’est tout à fait normal. Il y en a sur lesquels vous allez avancer vite ; d’autres sur lesquels vous allez avancer moins vite. Et là encore, c’est tout à fait normal.

Prenez soin de vous, acceptez que toutes les étapes sont importantes pour éviter de faire un saut de tarzan. Kezako ? Le saut de tarzan, c’est le fait de passer de la phase 1 à la phase 5, en sautant les autres étapes. Et chez certaines personnes, cela revient à nier le choc. Or, c’est impossible de ne pas le vivre. Si vous estimez qu’il n’y a pas eu de choc… c’est que vous ne voulez peut-être pas le voir. Il est possiblement ressenti de façon moins forte que chez votre collègue ou votre conjoint, mais il existe. On subit tous des chocs d’intensité différente : certains nous cassent une jambe, d’autres nous infligent une coupure, d’autres encore ne nous laissent qu’un petit bleu. On encaisse des micro chocs et à force de se dire que l’on n’a jamais mal on finit par se construire une grosse carapace. C’est finalement un déni du choc qui nous fait passer à autre chose sans prendre en compte la douleur (aussi faible soit elle) qu’il a forcément généré.

Etes-vous tête ou cœur ?

Un autre point à considérer : votre fonctionnement, votre caractère. Selon vous, êtes vous plutôt « tête » ou « cœur » ? Faites-vous des choix en suivant une logique, en intellectualisant toutes les données ? Ou réagissez-vous plutôt en fonction de votre cœur ?

Notre conseil :

Si vous êtes « tête » : veillez à dresser la liste des chocs que vous subissez pour prendre le temps de les voir et de vivre vos courbes de changement.

Si vous êtes « cœur » : acceptez que vous êtes dans un état de choc, que vous êtes dans le « brouillard ». Observez-vous et regardez ce que vous faites (répéter sans cesse la même chose, tourner en rond, impossibilité de vous concentrer…) ou ne faites pas. Et réagissez en fonction.

Si vous avez besoin d’aide sur le sujet, on reste à votre disposition. Contactez Marie-Aude par mail : marie-aude.tran(arobase)valeursetvaleur.com ou au 07 82 11 20 70.

Valeurs & Valeur

Written by

Valeurs & Valeur est une start-up qui crée des pédagogies innovantes pour atteindre la performance ET l’épanouissement en entreprise.

More From Medium

Top on Medium

Top on Medium

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade