Vevo envisage de lancer une formule payante

Qui ne connaît pas Vevo ? La plateforme créée en 2009 et détenue conjointement par les maisons de disques Universal et Sony est quasiment devenue la norme en ce qui concerne les clips musicaux. La grande majorité des artistes occidentaux sont aujourd’hui diffusés sur YouTube ou sur des plateformes tierces par l’intermédiaire de Vevo et le service d’hébergement et de diffusion de clips rencontre un succès incontestable puisque chaque mois, ses vidéos sont regardées près de 17 milliards de fois.

Néanmoins, cela ne semble pas suffisant puisque lors d’un entretien à Code/Media le chef exécutif de Vevo, Erik Huggers, a annoncé que l’entreprise pourrait introduire une version payante de son service d’ici quelques mois. L’objectif serait de proposer plus de contenus originaux en adéquation avec les attentes des fans. Dans la veine de ce qui a été fait l’année dernière avec le documentaire “Amy” qui retraçait l’ascension fulgurante puis la longue descente aux enfers de la chanteuse Amy Whinehouse.

D‘autre part, ça serait également un moyen pour le service de diversifier ses sources de revenus — et ceux des artistes, aujourd’hui presque basés uniquement sur les publicités affichées avant les vidéos.

« Nous croyons à un flot de revenus double entre publicité et abonnés payants. […] Nous ne pensons pas qu’un modèle uniquement publicitaire est tenable à long terme »

Le seul point d’interrogation c’est comment Vevo arrivera-t-il à distinguer son offre de celle de YouTube Red qui commence déjà à proposer des contenus premiums et de l’accès à de la musique à travers YouTube et Google Play …

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.