Es-tu un hacker ?

Aujourd’hui, tout le monde veut entrer dans la communauté des hackers. Ils ont l’air cool, ils déchiffrent le code, ils programment et ils trouvent des choses intéressantes au cours de leurs vies.

J’essaie ici de mettre en lumière les caractéristiques et l’état d’esprit qui animent les hackers afin de se débarrasser de certains préjugés mais aussi quelques clés pour que vous puissiez éventuellement en devenir un.

Le public semble n’avoir toujours pas compris le sens réel de ce mot. Au cours des dernières années, le journalisme et le cinéma ont détruit ce mot en l’utilisant pour désigner les criminels avec des intentions malveillantes. Après des années et des années d’utilisation du mot hacker dans le mauvais sens, la croyance générale est que ce sont des pirates, des gens dangereux et peu fréquentables et avec qui que vous ne voulez surtout pas être amis.

À l’origine, le terme « hacker » nous vient des premiers jours du MIT (Massachusetts Institute of Technology), alors que les individus inventaient ce qui allait devenir la science informatique. Richard Stallman, l’initiateur du mouvement du logiciel libre, a été, et est un hacker. Il a partagé nombreuses de ses découvertes et a considérablement innové dans le domaine de la programmation.

Être un hacker est plus un état d’esprit qu’une question de compétences.

Au début des années 50, les hackers étaient ceux qui innovaient en construisant de nouveaux ordinateurs, qui inventaient de nouveaux langages de programmation et qui mettaient en place les fondations pour une révolution du logiciel. Le stéréotype d’un hacker était un individu avec de grands intérêts pour la technologie et de bonnes compétences analytiques, ce qui alimentait sa curiosité pour découvrir de nouvelles choses.

Eric Raymond, un des pères fondateurs de l’open source et un des premiers employés à la Free Software Foundation, donne une définition extensive de ce que les hackers sont dans ce qu’il appelle son Jargon File, sorte de glossaire spécialisé dans l’argot des programmeurs :

« Il y a une communauté, une culture partagée de programmeurs experts et de magiciens de réseau qui retrace son histoire sur plusieurs décennies jusqu’aux premiers mini-ordinateurs et les premières expériences ARPAnet. Les membres de cette culture ont inventé le terme «hacker». Les hackers ont construit Internet, ils ont fait du système d’exploitation Unix ce qu’il est aujourd’hui et ils font le World Wide web fonctionner. Si vous faites partie de cette culture, si vous y avez contribué et que d’autres personnes partageant cette culture savent qui vous êtes et vous considère comme un hacker, alors vous êtes un hacker ».

L’état d’esprit du hacker ne se limite pas à la sphère des logiciels. Il y a des gens qui appliquent l’attitude des hacker à d’autres domaines, comme l’électronique, l’art ou la musique. En fait, vous pouvez le trouver au plus haut niveau de toute science ou de tout art. Les hackers venant du monde des logiciels reconnaissent leurs semblables d’esprit venant d’ailleurs et peuvent les appeler « hackers » aussi. Certains prétendent que la nature de hacker est vraiment indépendante du milieu dans lequel la personne évolue.

Il y a un autre groupe de personnes qui se disent bruyamment hackers, mais ils n’en sont pas. Ce sont des personnes (principalement des adolescents de sexe masculin) qui jubilent de s’introduire malicieusement dans les ordinateurs et piratent des systèmes informatiques. Les vrais hackers appellent ces personnes des «crackers» et ne veulent rien à voir avec eux. Les vrais hackers pensent la plupart du temps que ces gens sont paresseux, irresponsables, et pas très brillants. De même que le fait d’être en mesure de briser la sécurité ne fait pas de plus de vous vous un hacker tout comme le fait d’être en mesure de voler une voiture ne fait pas de vous un ingénieur automobile. Malheureusement, de nombreux journalistes et écrivains ont été dupé en utilisant le mot « hacker » pour décrire les crackers, ce qui irrite les vrais hackers.

La différence fondamentale est la suivante: les hackers construisent des choses, les crackers les brisent.

Les criminels sont des crackers, et non pas des hackers. Si quelqu’un pénètre par effraction dans votre ordinateur afin de voler quelque chose, c’est un criminel, pas un hacker.

La seule façon de devenir un hacker est de faire ce que vous aimez, il n’y a pas de livre, de jargon ou de règle générale. Les hackers sont des gens qui aiment ce qu’ils font et ils le font juste pour le plaisir de le faire. Si vous essayez de vous définir comme un hacker, juste parce que vous connaissez dix langages de programmation différents et que vous avez beaucoup de compétences, vous avez tort. C’est la communauté qui décide si quelqu’un est un vrai hacker ou non.

Si vous ne savez pas par où commencer, mais vous voulez entrer dans cette “culture”, ou entrebâiller sa porte historique à savoir le monde de l’informatique, il y a quelques étapes par lesquelles vous devriez passer :

Tout d’abord, apprendre à programmer.

Ecrire du code n’est pas obligatoire ni essentiel, cependant cette culture a inventé des langages de programmation modernes, de sorte que son appréhension devient de plus en plus une commodité. Des cartes comme celle de la Fondation Raspberry servent admirablement pour l’apprentissage et l’utilisation concrète du code.

Commencer à utiliser l’une des dizaines de distributions Linux que vous pouvez trouver en ligne.

Windows et Mac OS sont des systèmes d’exploitation provenant d’entreprises et ils ont été construits pour tout le monde tandis que les distributions GNU / Linux ont été construites juste pour le plaisir de le faire. Des milliers de hackers ont participé à la programmation et à la construction de systèmes d’exploitation simplement parce qu’ils aimaient le faire. Voilà pourquoi vous ne les trouverez pas toujours « orientée vers le client » et voilà pourquoi vous devriez commencer à les utiliser.

Trouver certains canaux IRC et plongez dans une phase d’apprentissage.

IRC (Internet Relay Chat) permet à des gens intéressants de s’aider les uns les autres sur des sujets différents, trouvez-les et commencez à apprendre.

Rappelez-vous, être un hacker s’articule autour des notions de partage des choses et des connaissances. Il ne s’agit pad d’écrire un logiciel propriétaire, de trouver des failles informatiques et de les garder afin de les utiliser à des fins malveillantes ou d’essayer de voler.

Il existe une relation étroite entre la définition de l’entrepreneur et du hacker. Ils n’y sont pas pour l’argent, ils aiment ce qu’ils font et ils essaient d’obtenir plus de gens impliqués dans leurs propres projets.

Si vous trouvez ce type geeky avec de très bonnes compétences en programmation, qui code pour ses propres besoins, il est le gars dont vous devriez vous rapprocher.

Pour aller plus loin sur l’état d’esprit et ce qui peut animer un hacker, n’hesitez pas à consulter ce très bel ouvrage L’Éthique des hackers de Steven Levy.

A single golf clap? Or a long standing ovation?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.