Les films qu’on aime ado

Esther Khan : yes she can !

Il y a des films qui semblent être faits pour être éprouvés à l’adolescence. Quand on l’impression qu’on ne va pas passer la journée car le mec avec qui on partage son goûter ne nous a pas regardé de tout le cours de maths. Ils ont quelque chose d’extrême qui ne passe plus si bien une fois revus à l’âge adulte. Certains dialogues sonnent entre le grotesque et le sublime. On les adore autant qu’ils nous tapent sur le système. On les reconnaît à leurs brunes qui ont mal à la vie et à l’hystérie des dialogues sur fond de bande son souvent démente.

Romane, toujours très romanesque

Parmi eux, la palme va à Esther Kahn, Les Amants du Pont Neuf, Mina Tannenbaum, Camille Claudel, Adele H, La vie rêvée des anges, Les 4 filles du Docteur March, Ms 45 l’ange de la vengeance, Une Vie volée, Scarlet Diva, Buffalo 66, Le Syndrome de Stendhal, Stealing Beauty, Christiane F, Aux Frontières de l’Aube, The Addiction, Heathers, Doom Generation, Dangereuse Alliance, Noces Blanches, Tess, Les Ailes du Désir, N’oublie pas que tu vas mourir, Les Nuits Fauves, Comment je me suis disputée, ma vie sexuelle, l’Effrontée, Merci la Vie.

En gros, ça crie beaucoup, ça pleure pas mal, ça aime sans retour et ça touche au cœur, sans détour…A l’image de l’adolescence, ce pas dont on ne revient pas toujours.

Winona, anti-Barbie dans Heathers (Girls don’t want fun)