Music to my ears

Depuis mon blog : Minus453F

De temps en temps je m’éloigne de la routine quotidienne pour réfléchir de toute et de n’importe quoi. C’est une exercice très difficile dans les temps modernes, quand on est connecté à l’internet (Facebook, Twitter, RSS etc.) occupé par le quotidien, la maison, le travail, les enfants. Une liste sans fin.

Je fait avec un outil génial, même magique. Un outil capable de me transporter dans un autre monde, dans un autre état d’esprit. Un outil universellement disponible, accessible à tous. Un outil, que pratiquement toute le monde s’en servent à un moment donné dans leur vie. Par fois, complètement inconscient de son implication — la musique.

J’adore la musique. Depuis, pratiquement que j’ai de la mémoire permanent (3/4 ans ?), je me rappel d’être totalement séduite par la musique. Ma mère écouté la radio, « les 8 track » ou des 12” en vinyl. Habitants d’un quartier populaire, des amis divers m’ont fait écouter différents styles de musique. C’était très enrichissant, pratiquement magique, une chance.

Déconnecter

Retour au présent. Pour déconnecter de la quotidienne, j’ai remarqué qu’il faut se battre contre trois obstacles ; la difficulté inhérente de l’exercise (notre attention est attiré en permanence), le sentiment de culpabilité d’avoir désisté des responsabilités quotidiens (la ménage, le jardin etc.), et l’envie de décompresser et relaxer, toute simplement (on n’as pas toujours envie).

La déconnexion est un exercise très difficile à réaliser. C’est parmi les principaux raisons pourquoi ceux qui médite n’arrive pas au bout de leur méditation sans décrocher. La patience, la volonté et du temps doit être à votre disposition pour le faire. Se sont les ressources peu disponibles aujourd’hui.

Par contre, nous avons une arme en notre assistance, très développé et très puissant pour nos aider arriver vers la déconnexion, nos oreilles.

L’Oreille est une merveille technologique, sans parallèle. Mais, comme tous les outils, il faut apprendre comment les utiliser pour mieux apprécier. L’oreille de l’humaine est extraordinairement capable et parfaitement conçue pour écouter la musique.

Le son

Un petit rappel de la matière scientifique — sans rentrer dans trop de détail — est important pour savoir comment l’oreille fonctionne véritablement. Il faut savoir ce que c’est le ‘son’.

La définition de Wikipedia « Le son est une vibration mécanique d’un fluide, qui se propage sous forme d’ondes longitudinales grâce à la déformation élastique de ce fluide ».

En simplifiant, le son se manifest par les ondes qui vibre dans l’air. Au vibrations plus vite, le son deviens plus aiguille et l’inverse au vibrations moins vite — le son est plus bas. On appel les différentes vitesses de vibration, la fréquence. Nous avons formulé les measurements pour simplifier l’utilisation dans le domaine de comprehension et utilisation ; on l’à appelé Hertz (notation Hz), après Heinrich Rudolf Hertz. Pour référence, un vibration par second égal 1Hz, un son très bas qu’aucune humaine est capable d’entendre.

En gros et ce qu’il faut retenir c’est que, l’oreille est capable d’entendre des fréquences relativement bas — au tour de 30Hz — et très haute — environ 19KHz (K = milliers). Pour référence, un très bas grave dans un morceaux sera autour de 40Hz. Dans les conditions de laboratoire, certains sont capables d’entendre jusqu’à 12Hz à 28KHz ! Nous possédons pratiquement tous les informations nécessaires à mieux écouter la musique.

Petite parenthèse intéressant, dans l’espace il n’y a pas de son. On entend rien. C’est du vide, un vacuum, et du coup, il n’y a pas de l’air à vibrer pour produire le son.

La musique se compose de plusieurs éléments à des fréquences différentes qui rendre le son intéressant à nos oreilles. Ce n’est pas n’importe quel mélange de fréquences qui marche, par contre. Certains combinaisons de fréquences sont très désagréable à entendre. Quand les fréquences ne sont pas alignés ou les combinaisons sont bizarres on interprète le son un peu comme un mauvais goût. C’est étrange, c’est dérangeant.

Ecouter

Pour être capable à déconnecter, il faut apprendre écouter la musique. Vraiment écouter, pas entendre!

Il ya des techniques très simple qui peut transformer votre appreciation de la musique. Pas besoin d’être audiophile, ni dépenser la somme d’une maison sur l’hi-fi — c’est possible. Certes, il faut quand même un minimum. Au moins un pair d’écouteurs ou casque de qualité raisonnable. Quelque chose autours d’un centaine d’euros suffira largement. L’investissement, meme à ce niveau, donnent un résultat très intéressant.

Ce que j’aime avec les casques, est la connexion direct avec cerveau et — subjectivement — le corps entier. Écouter un morceau que j’aime avec un casque de qualité vaut vraiment le coup.

Comment écouter alors ?

Première chose, il vaut mieux être assis confortablement dans une pièce calme, éventuellement sombre en luminosité. Le but est de créer un environnement sans distractions pour que le cerveau puisse concentrer uniquement sur la musique. En suite, choisir bien la musique que vous voulez écoutez — personnellement j’ai créé des playlists. J’utilise Apple Music (et iTunes), mais n’importe quelle service de musique en ligne ou application de bibliothèque musique va faire le nécessaire.

Ecoute

Confortablement installé, avec la musique prête, il est le temps de commencer à écouter.

Fermez vos yeux, appuyer sur “Play”. Écoute d’abord de façon globale la musique. Après quelques seconds essayez d’identifier une instrument ou une voix qui vous touche particulièrement. Le suivre pour plusieurs seconds et focalisez sur un autre pour changer. Continuez comme ça en faisant une rotation entre les instruments et voix pour bien identifiez et distinguez la composition de son présenté à vos oreilles. J’aime imaginer la scene de concert ou le studio d’enregistrement, je place les personnes et leurs instruments physiquement dans l’espace virtuelle que le cerveau a imaginé. Laisse votre cerveau balade dans le groupe, instrument par instrument,

Touché

Comme pour tous les choses, il n’est pas simple le première fois, mais en pratiquant ça devient de plus en plus facile et les bénéfices se manifestent de plus en plus. Après une séance de relaxation par la musique je vois, souvent, les choses plus claires. Ca m’aide à voir mieux les jours qui viennent.

La récompense d’avoir écouté la musique dans ces conditions — la musique vraiment touchante — avec la concentration que ça mérite, c’est incroyable ! Certains morceaux peuvent vous touchez profondément, que vous pleureriez.

Image : FreeImages.com/Matthias Stelzi http://www.freeimages.com/photo/music-2-1258712

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.