Sujet Bonus, n°4 : Les Civic Tech survivront-elles aux élections présidentielles de 2017 ?

Je contribuais ce mois ci à la série d’interview de civictechno.fr sur l’avenir de la CivicTech, j’ai fait le choix de contribuer à la question n°4 portant sur l’écosystème CivicTech, sujet qui me tien à coeur et fait l’occasion de nombreux débat. Notre écosystème doit se structurer et les projets les moins avancés sur leur business model doivent rapidement évoluer.

Retrouvez ma contribution ainsi que les autres sur http://civictechno.fr/2016/12/22/les-civic-tech-survivront-elles-aux-elections-presidentielles-de-2017/

n°4 : Les Civic Tech survivront-elles aux élections présidentielles de 2017 ?

L’industrie des CivicTech n’est pas née avec la présidentielle française de 2017, cette échéance contribue d’ailleurs à la notoriété et à l’adoption des CivicTech sans lui nuire, donc les CivicTech survivront aux élections présidentielles 2017.
 
Si certaines CivicTech voient la fin des élections présidentielles comme une date butoir ou la fin de leur projet c’est qu’elles ont structurellement un problème, une absence de business model, une carence dans leur offre produit ou service.
 
 C’est le point faible de la scène CivicTech française jusqu’à présent, trop de structures n’ont pas encore passé le cap “économique”. Structuré en association, parfois dépourvu de business model, avec parfois une approche purement militant les plaçant sur une audience limitée, ces projets peuvent être rattrapé par la réalité une fois l’élection terminé. 
 
 Sans raison d’être, sans valeur ajoutée pour l’utilisateur une fois l’élection passé, il y a un vrai risque pour ces projets de disparaitre, c’est dramatique pour eux-mêmes, mais c’est aussi dommageable pour la CivicTech tout entière. Ce n’est pas une question d’image que la CivicTech pourrait donner mais une question d’écosystème, la débauche d’énergie nécessaire à la réalisation du projet, les financements engagés, le temps investit ne doivent pas être perdu ! Cela revient à revenir à l’an 0 pour toutes les parties prenantes du projet et cela ralentit la CivicTech Française.
 
 Tous les projets Civic Tech se doivent de s’imposer une réflexion sur leur business model et leur pérennité, se structurer en entreprise, intégrer une vision entrepreneuriale et industrielle pour investir des bénéfices dans la recherche et développement pour continuer de développer les meilleurs produits au meilleur prix.
 
 La santé et les performances de la CivicTech française en dépendent, car oui nous ne sommes pas seuls, la scène CivicTech est globale. Si nous souhaitons que l’écosystème CivicTech français existe, nous devons nous battre à armes égales avec nos concurrents étrangers. Ils sont nombreux, très avancés, très bien structurés et très bien financés, adossés à des fonds d’investissements.
 
 Une fois ce constat fait, aidons-nous les uns les autres et avançons
 
 VM