Investir dans l’éducation pour préparer l’avenir
Nicolas Bernabeu
52

Je te suis depuis le départ de l’aventure, certains sujets sont très bien approfondis. Mais l’éducation reste vaste, il faut vraiment développer le sujet et des questions restent en suspend !

L’objectif éducatif aujourd’hui, est d’étayer l’esprit de coopération pour déstabiliser la culture de l’égo qui s’exprime par la compétition. Difficile de garder son âme d’enfant dans une société empreinte d’égoïsme. Pourtant les dernières études sur la petite enfance démontrent que JJ Rousseau avait raison, la nature humaine est naturellement altruiste!

Alors, il est temps de changer la façon d’enseigner, peut-être, qu’il est temps d’appliquer des outils de maïeutique, l’art de faire accoucher l’esprit selon Socrate, développer l’esprit critique selon la finalité de l’Education Populaire.

Aujourd’hui, on prône la nécessité d’éducation à la citoyenneté, de soutien à la parentalité, mais qu’en est-il dans les faits ? Bien peu de choses, malgré de nombreuses bonnes volontés. Même le domaine de l’Éducation Populaire en est réduit aux loisirs de divertissement. On dénonce les parents comme responsables des déviances de la jeunesse. N’est-il pas un peu tard de considérer le soutien à la parentalité quand aucun programme d’éducation en la matière n’est préalablement prévu ? Il en va de même pour la citoyenneté.

Comment revisiter le fond et la forme de l’Éducation Nationale? Éduquer n’est pas produire un élevage de futurs consommateurs timorés, mais élever la pensée vers la vérité. Et celle-ci ne peut se révéler que par le biais de l’actualisation des connaissances.

En parallèle des connaissances basiques, lire, écrire, compter et d’autres nécessaires pour révéler les motivations individuelles, il serait bien d’intégrer les sciences humaines dans les programmes scolaires tout comme l’accès à la philosophie et surtout pour mettre en place tout cela, il faut revaloriser les DGH (dotations globales horaires)qui est catastrophique aujourd’hui à titre d’ex: en primaire 15 hrs/semaine de français en 1968, 5hrs/semaine de français en 2016 !!!

BREF, bon courage pour la suite ….

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.