“Les députés sont conscients que Wikipédia est le premier résultat qui s’affiche en haut de Google quand on tape leurs noms”

Avec 10 millions de visites par an, les pages Wikipédia des députés sont un puissant terrain d’influence de militants. Une petite armée de contributeurs de l’ombre s’oppose à eux, dans une gigantesque guerre d’édition. Rencontre avec la Générale.

Dans l’épisode 8 de notre obsession “A Data sur la politique” que nous réalisons sur Les Jours, nous nous sommes intéressés aux pages Wikipédia des députés français.

Comme nous le racontons dans l’épisode, nous avons identifié la contributrice la plus active sur ces pages (3 317 modifications en 1 an), qui se cache sous le pseudonyme de Celette. Notre curiosité piquée par ce dévouement, nous avons cherché et fini par contacter cette fameuse Celette, pour en savoir plus sur le fonctionnement des coulisses de l’encyclopédie libre.

Voici ses réponses, légèrement éditées. Cette interview a été réalisée par mail. Nous ne connaissons pas la vraie identité de Celette.

Qui êtes-vous ?

Je resterai lapidaire sur ce point, tenant, comme bon nombre de consoeurs et confrères, à mon anonymat. Je suis une femme de presque 30 ans, bac+5, qui vit dans la région parisienne. Je gère mon entreprise depuis mon domicile, ce qui me donne d’amples plages horaires pour contribuer à Wikipédia, avant, après et souvent pendant mon temps de travail.

Dans tous les cas, je dispose de beaucoup de temps, un privilège rare de nos jours. C’est d’ailleurs un biais invariable du profil sociologique type des contributeurs très réguliers de Wikipédia : en gros souvent des étudiants, des chômeurs ou des retraités. Cela nuit à sa diversité. Même s’il y a plein d’exceptions, fort heureusement.

Comment en êtes-vous arrivée à être l’une des “patrouilleuses” les plus actives des pages des personnalités politiques françaises ?

Par intérêt pour la chose politique, d’abord. Je lis quotidiennement la presse politique, et vais sur Wikipédia depuis mes débuts afin d’avoir de plus amples informations et croiser certaines données, notamment par le biais des articles figurant en notes en bas de page.

De contributrice, je suis devenue patrouilleuse dans la mesure où à chaque modifications, on nous invite à rajouter les articles dans notre “liste de suivi” (LdS), un outil fondamental sur Wikipédia. C’est ce qui permet de voir les dernières modifications sur des articles pré-sélectionnés et de corriger les vandalismes sans avoir à aller directement sur chaque page pour vérifier si elle a été modifiée. La mienne compte des milliers d’articles, pas uniquement politiques (surtout sur l’histoire, le féminisme, l’architecture, les arts, etc.).

Liste des membres de Wikipédia les plus actifs en France. Celette en huitième (capture Wikipédia)
“J’estime donc jouer un rôle de vigie afin d’empêcher la publicité politique”

Si je suis devenue patrouilleuse notamment sur ce sujet là, c’est notamment face au vif agacement que j’ai ressenti face au culot d’un certain nombre de contributeurs d’un jour, parlementaires ou leurs assistants, pour retirer des infos (polémiques, condamnations judiciaires, critiques d’un confrère, vote d’une loi controversée…) et/ou pour lustrer sans vergogne l’article qui leur est consacré (formulations dithyrambiques, sourçage à partir de leur site perso — ce qui est interdit -, présentation sans écueil de leur mandat, etc.).

J’estime donc, à mon petit niveau et entourée de bien d’autres contributeurs, jouer un rôle de vigie afin d’empêcher ces tendances à la publicité politique. Une publicité parfois assez bien déguisée mais on détecte rapidement le truc avec l’expérience. Parfois, c’est totalement assumé et là ça se finit irrémédiablement par une révocation des modifications sans préavis.

Combien de temps y consacrez-vous par mois ? Qu’est-ce qui vous motive ?

Trop. Beaucoup d’heures par jour. Pour être sincère, faire de la patrouille sur ma liste de suivi me gave beaucoup. Prendre du temps à expliquer à un assistant parlementaire que non, rajouter que son député est merveilleux et que supprimer son vote de 2015 sur une loi polémique pourtant sourcée par des médias béton (dans notre jargon “média de référence”, Libé, Le Monde, Le Figaro…) est non avenu, je le considère comme du temps perdu.

Je suis avant tout sur Wikipédia pour créer ou développer des articles sur des féministes du XIXe-XXe siècle et sur l’histoire de Paris, donc c’est ce temps là que je trouve “utile”. En bref , partager des connaissances et en apprendre davantage à travers des recherches bibliographiques.

Liste des catégories d’article de prédilections de Celette (capture Wikipédia)
“Nous sommes des filets qui attrapent les poissons, mais certains passent parfois entre les mailles”

Je reste pourtant motivée car, même si nous sommes un certain nombre à patrouiller, nous ne sommes pas non plus une armée. Ça m’embêterait énormément qu’un sabrage d’article par un assistant parlementaire ou une agence de com’ ne soit pas corrigé rapidement et que je me rende compte un an plus tard, en passant par hasard sur l’historique de l’article, qu’il faut tout reprendre à zéro et supprimer ce qui avait échappé aux autres patrouilleurs.

Il faut bien l’avoir en tête : nous sommes des filets qui attrapent les poissons, mais certains passent parfois entre les mailles et il arrive ainsi inévitablement que des modifications problématiques restent un certain temps. Dans le cas d’une polémique nationale impliquant un député, comme par exemple la députée LREM Élise Fajgeles en décembre, qui avait reconnu ne pas connaître le montant du SMIC, on voit en revanche débarquer sur l’article beaucoup de contributeurs. Donc le mal est contenu et il y a une veille vigilante sur l’article.

Le petit jeu de certains journalistes de poster sur Twitter une modification restée en ligne 38 secondes pour critiquer Wikipédia est en revanche moyennement ma tasse de thé et laisse croire que c’est un peu un moulin alors que très généralement les trucs problématiques sont rapidement révoqués. Mais bon ça fait des retweets.

D’après les données récoltées, vous avez édité les pages des députés de tous bords politiques, avec tout de même une légère surreprésentation du parti Les Républicains. Est-ce que cela vous surprend ?

J’essaie de suivre le maximum de députés sur ma liste de suivi, donc cela ne m’étonne pas d’avoir des députés de tous les groupes représentés dans mes contributions. J’essaie d’appliquer mon mantra partout : des sources toujours, pas de pub, éviter de renseigner les micro-polémiques sauf s’il y a des sources bétons pour les accompagner.

Concernant LR, cela tient sans doute au fait que j’ai davantage de pages de députés LR dans ma LdS. Cela s’explique par le fait que j’ai été, à une époque, sympathisante de centre-droit. Je connais donc davantage les personnalités, leurs parcours et leurs ambitions, donc je suis davantage portée à intervenir sur les articles visés par connaissance des arcanes de ce mouvement.

Cela se vérifie de tous les côtés. Je me souviens ainsi d’un contributeur issu du MJS, dont la “solferinologie” était très précieuse pour renseigner les batailles de courants au sein du PS sur beaucoup d’articles, ce que j’aurais été incapable de faire seule.

D’autres contributeurs ont choisi de se concentrer sur les pages d’un seul groupe politique, voire d’un seul député, comme le membre de Wikipédia Thomas Linard, dont 90 % des éditions concernent un député de la France insoumise. Pensez-vous que l’ensemble des contributeurs ont intérêt à adopter une démarche “impartiale” ou faut-il aussi des “spécialistes”, des profils semblables à celui de Thomas Linard ?

Je ne le connais pas vraiment. Je le croise parfois sur ma LdS et en particulier sur les articles de parlementaires La France insoumise. Ce qui fait que je suppose, simple déduction personnelle, qu’il est sympathisant LFI. Mais malgré quelques désaccords il y a un certain temps, ses modifications me semblent de qualité et il fait preuve de neutralité dans ses apports comme dans sa patrouille, ne lissant pas à outrance les articles des membres de ce parti.

Le côté “spécialiste” ne me dérange pas, car on contribue toujours sur ce qu’on connaît le mieux. De la même façon que la totalité des articles des communes rurales sont rédigés par des contributeurs y vivant, qui ont accès aux sources locales, peuvent faire des photos, connaissent intimement l’histoire des rues, etc.

Pour la politique, c’est pareil, on contribue mieux à un sujet qu’on connaît bien. Le tout est de garder une distance nécessaire afin de ne pas se laisser entraîner par nos convictions politiques ou bien notre propension à considérer comme fondamental des détails qu’un contributeur extérieur jugera futiles.

Mais évidemment, on ne peut pas être notre propre frein sur la neutralité, c’est pour ça que la surveillance de nos contributions par d’autres utilisateurs aux opinions politiques différentes conduit généralement à une émulation collective qui nous évite souvent de faire des erreurs et permet de rédiger des articles en privilégiant le consensus.

Etes-vous proche d’un parti politique malgré tout ?

C’est un secret de Polichinelle sur Wikipédia, j’ai été sympathisante de centre-droit/droite au début des années 2010 (sans être encartée), et je l’indiquais à l’époque sur ma page utilisateur , au moyen d’une de ces petites boîtes où on liste nos dadas, ce qu’un certain nombre de contributeurs continuent de faire.

Même si je pensais à l’époque faire preuve d’une immense neutralité, il m’a souvent été reproché une certaine impartialité (parfois à raison), dont j’ai totalement conscience désormais et que j’ai combattu. Ça m’avait conduit à mener des guerres d’éditions stupides dont je ris aujourd’hui avec un recul de vieille vétéran. Après, il faut distinguer deux choses :

  • Le militant politique, payé ou encouragé par un parti, qui va intervenir sur un article pour en lisser l’image et qui ne va jamais contribuer ensuite à Wikipédia sur des pages “light” où il n’y a pas de conflit (monastères hongrois du Moyen Âge, théories mathématiques…). Bref, il effectue une “mission” qui dure généralement peu de temps.
  • Le contributeur régulier, dont les modifications sur les pages politiques sont minoritaires sur sa LdS, qui va tenter malgré tout d’être neutre, selon lui en tout cas, et qui porte sincèrement Wikipédia dans son coeur, comme moi et bien d’autres, ce qui se voit d’ailleurs à l’hétérogénéité de nos sujets de prédilection. Je le redis ici, mais contribuer aux pages politiques et faire de la patrouille est, dans mon histoire wikipédienne, le côté qui me plaît le moins, et je m’en passerai bien s’il y avait assez d’autres patrouilleurs pour prendre le relai.
“Croire que Wikipédia pourrait simplement être le fait de gens sans opinion politique est un mirage”

Mais il ne faut pas se leurrer : nous, contributeurs, sommes tous des citoyens, nous avons nos convictions, ne sommes pas des machines froides désincarnées. Il y a toujours un biais, qu’on peut ou non nous reprocher d’ailleurs. Certains affichent leurs affiliations politiques sur leur page utilisateur, d’autres non, et les premiers ne sont pas forcément les plus militants…

L’intérêt de Wikipédia, c’est que parmi les contributeurs réguliers sur les sujets politiques, il y a des personnes de sensibilité de gauche, d’extrême gauche, du centre, de droite, d’extrême droite, écolo ou pro-nucléaire, etc. La surveillance permanente des contributions des autres, ainsi que le sentiment qu’un truc militant ne passera jamais la barrière des LdS de nos amis patrouilleurs, fait qu’il en sort quelque chose qui tend vers la neutralité. Qui n’est pas neutre à 100% mais qui essaie de l’être.

Croire que Wikipédia pourrait simplement être le fait de gens sans opinion politique est un mirage. Au contraire, nos sensibilités sont la richesse de l’encyclopédie car nous nous améliorons les uns au contact des autres.

Plusieurs articles académiques concernant Wikipédia ont toutefois abordé le point suivant : cette question de la neutralité des “gros contributeurs” de Wikipédia est un faux débat, car nous sommes légion. En revanche, pour une encyclopédie papier, où il n’y a souvent qu’un auteur par notice, une relecture par les pairs qui existe ou non et qui est figée dans le temps et non modifiable ensuite, c’est beaucoup moins neutre.

Alors que sur Wikipédia, n’importe quelle formulation peut être remise en cause si d’autres contributeurs vont dans ce sens. Ce n’est pas parfait, mais c’est à mon humble avis moins hypocrite et plus perfectible. Sur telle personnalité politique, on pourra très bien avoir la contributrice X qui va rajouter une critique négative de son action par un journal d’opposition. Puis un contributeur Y qui va tempérer ce jugement par une analyse d’un média proche du pouvoir .Et enfin un contributeur Z, qui a un avis mitigé et qui va réagencer le tout de manière proportionnelle afin que plusieurs points de vue soient représentés, figurant d’ailleurs la pluralité de la presse et des analyses sur le personnage public en question.

“Politiquement, Wikipédia est une richesse et a participé à me faire évoluer sur un nombre non négligeable d’idées”

Bref, pour ma part, je ne suis affiliée à aucun parti et ne me sens désormais sympathisante d’aucun courant particulier. Je suis même abstentionniste, assez dégoûtée du cirque politique, même si je m’y intéresse toujours beaucoup. On me catalogue pourtant parfois facilement comme “la meuf de droite” à quelques endroits, ce que je peux comprendre vu mon passif. Et dans l’absolu je m’en fous un peu, ce n’est pas encore une marque d’infamie. Mais sur un certain nombre de sujets (notamment le féminisme, la laïcité ou les droits LGBT) je me considère plutôt de gauche, voire d’extrême gauche, donc bon…

Politiquement, Wikipédia est une richesse et a participé à me faire évoluer sur un nombre non négligeable d’idées depuis mon inscription et je trouve fabuleux de pouvoir travailler avec des gens qui ne partagent pas forcément mes positions.

Toutefois, on trouvera facilement sur certains blogs au lectorat groupusculaire, rédigés par des gens haineux bloqués de Wikipédia après avoir fait oeuvre de militantisme (qu’importe le sujet, ça peut aller du sport à la politique en passant par la mode) et/ou insulté leurs contradicteurs, des critiques pour dire qu’il s’agit, selon la posture choisie d’un repère de “staliniens” ou de “fachos”, entre autres. Mais je prends ces remarques aigres comme des honneurs, car la multiplicité de ces attaques et leurs contradictions font que, justement, Wikipédia n’est ni l’un ni l’autre, mais fait évoluer ensemble des contributeurs de diverses sensibilités.

Sans doute aussi certains voudraient expurger les contributeurs trop à gauche ou trop à droite, mais ce serait un non-sens et je ne vois pas qui pourrait décider de mettre le curseur et où. Wikipédia est riche de ses différences et représente la société. Je me fiche de savoir l’affiliation politique d’untelle ou d’untel tant qu’il ou elle respecte nos règles communautaires. Et évidemment les lois de la République, la diffamation ou les insultes racistes terminant bien sûr en blocage.

Avez-vous déjà été contactée par un parti ou un politique ?

Non, jamais. C’est amusant, car il y a quelques jours, je lisais quelque part le commentaire d’un Wikipédien qui m’a dans le nez m’accusant d’être la secrétaire de rédaction d’entreprises ou de partis, persuadé que j’étais salariée d’une boîte de com’ (s’il savait le pauvre…). D’une part, je gagne déjà très bien ma vie et, je le répète, Wikipédia est un hobby.

D’autre part, j’ai en horreur l’idée qu’on puisse vouloir reluire les pages d’une société ou d’un parlementaire. Dans tous les cas, ça se voit très vite, et d’ailleurs, si ça avait été vrai, ça aurait rapidement ruiné ma crédibilité chèrement acquise qui fait que, bon an mal an, je suis une contributrice relativement respectée sur Wikipédia.

“Etre payé par une entreprise ou une personnalité politique se voit très rapidement”

C’est cependant un secret de Polichinelle mais je n’ai pas de preuves concrètes, juste un sentiment : il y a des contributeurs rémunérés. Officiellement, ils doivent se déclarer à partir d’une page spéciale, mais ceux qui ont une grosse “street-credibility” ne le feront évidemment pas. Ils joueront par petites touches sur les articles. Alors que l’entreprise extérieure à Wikipédia qui intervient directement et sur commande va juste faire du gros rouge qui tache et sera vite révoquée. Le contributeur régulier rémunéré en cachette va lui tenter d’orienter les débats en connaissant tous les rouages mais n’insistera pas trop, de peur d’être démasqué.

Bref, contrairement aux idées reçues, être payé par une entreprise ou une personnalité politique se voit très rapidement. Et ceux qui ont Wikipédia à coeur ne pourraient pas s’y risquer. Ceux qui malgré tout seraient tentés par cet argent facile (enfin, de ce que j’en ai lu, ce n’est pas non plus le Pérou) seraient quand même face à un cas de conscience. Et je les plains : chez la totalité des gros contributeurs, nous sommes tous animés par l’esprit de liberté du net, de la diffusion gratuite des connaissances et de la lutte contre les puissants lobbys voulant restreindre nos droits sur la toile. Il y a donc une barrière mentale présente, je pense, presque chez tous mes collègues, afin de ne pas céder à ça. Mais comme dans tout troupeau, je ne doute pas qu’il y ait des brebis galeuses.

Pour conclure, et contrairement aux fantasmes, je ne pense pas qu’un parti se risquerait à contacter un contributeur régulier pour qu’il fasse sa com. Le risque de publicité négative serait à mon sens très grand (message notre forum interne, journalistes mis au courant…). Et le gain sur leurs articles serait quasi-nul. Le consensus communautaire fait que, même payée par un parti, je ne pourrais pas retirer un paragraphe litigieux sans me retrouver coursée par d’autres contributeurs. Il s’agit plutôt d’agences de com’ spécialisées, assez médiocres d’ailleurs, facilement repérables, que les personnalités politiques consultent.

Nous avons trouvé la trace de plusieurs candidatures de votre part pour devenir administratrice de Wikipédia. Quelles responsabilités impliquent ce statut ? Qu’aurait-il changé à votre activité sur Wikipédia ? Pourquoi pensez-vous que votre candidature n’a pas abouti ?

Je me suis présentée deux fois, en 2011 comme en 2015. J’ai échoué les deux fois. Ce que je vois a posteriori comme une bonne chose, puisque j’aurais fait une mauvaise administratrice, en tout cas à l’époque. J’étais beaucoup plus impulsive, impliquée dans un certain nombre de guerres d’éditions. Je m’étais mise des contributeurs à dos, inutilement, ce que je regrette d’ailleurs pas mal. À mon sens, mais d’autres diront le contraire, c’est de bonne guerre, une partie des commentaires sur ces deux pages de candidature sont de bonne foi. D’autres sont bien trop gentils à mon égard, d’autres viscéralement méchants.

Avec du recul, et en reconsultant ces pages pour les besoins de cette interview, j’abonde en revanche surtout sur les votes “Contre, pour ton bien”. Devenue administratrice, je n’aurais pas fait un bon job et l’humilité m’invite à reconnaître que ces candidatures étaient en leur temps un sursaut de vanité.

Ce sont les pages qui apparaissent en première ligne de Google quand on tape mon pseudo. C’est pour ça que vous me posez la question certainement ! Ça me fait pas mal rire, puisque la Celette de 2019 n’a rien à voir avec celle de 2015 décrite dessus et encore moins de 2011. Mais ça me suivra, sans que cela me fasse de peine particulière.

Être administratrice n’est pas un poste de “super-contributeur” comme on le lit parfois. L’admin fait beaucoup de modifications techniques (renommages, purge d’historique en cas d’insultes, etc.). Il n’a aucun pouvoir éditorial particulier, bien que son statut crée inévitablement une certaine aura autour de ses interventions.

“C’est le consensus qui règne, et un administrateur ne peut pas imposer seul dans son coin une décision refusée par ses collègues”

Son rôle “médiatique” intervient surtout dans le règlement des conflits entre contributeurs, sur la fameuse page des “RA” (requêtes aux administrateurs) afin de sanctionner des manquements aux règles (insultes, détournement de source, création de comptes multiples, guerre d’édition, etc.). Cependant, un admin ne peut pas intervenir sur un conflit où il est impliqué, ce qui restreint donc son pouvoir et est gage d’une certaine impartialité.

Après, ne nous leurrons pas, certains administrateurs apprécient certains contributeurs, et ça peut se ressentir dans le traitement de quelques RA. D’autres les ont en grippe et chargeront la barque par animosité. Mais dans l’ensemble, ces cas sont rares.

Toutefois, un certain nombre de gros contributeurs (on m’a déjà fait ce reproche) ont de facto davantage d’influence sur Wikipédia que certains administrateur qui se limitent à des tâches techniques. Quoi qu’il en soit, vu que les décisions sont collégiales, encore une fois c’est le consensus qui règne, et un administrateur ne peut pas imposer seul dans son coin une décision refusée par ses collègues.

Ce n’est pas parfait, ça crée parfois des frictions, certaines décisions me semblent parfois incompréhensibles, mais c’est la règle du jeu de respecter le consensus communautaire et chacun s’y plie bon an mal an.

Quelle part des contributions sur les pages des politiques sont faites, à votre avis, à des fins malveillante ?

Il convient de distinguer deux sortes de comptes :

  • Ceux qui sont enregistrés et qui interviennent sur une multiplicité d’articles et de thèmes. Les quelques centaines de “gros” comptes, les habitués depuis plusieurs années, dont quelques dizaines sont spécialisés sur la politique et qui essaient tant bien que mal d’être neutres, même si des dérapages existent, des conflits, qui se règlent généralement tous en page de discussion avec un consensus à la clef.
  • Ceux qui sont créés pour l’occasion (comptes enregistrés ou seulement une adresse IP) qui ne contribuent qu’à un article Dans notre jargon, ce sont des comptes à objet unique : CAOU. D’expérience, 95% des CAOU ont des intentions malveillantes, soit pour supprimer une polémique qui dérange, soit pour pourrir l’article d’un adversaire politique.

Quand ces modifications malveillantes apparaissent, quels sont les buts recherchés le plus souvent, selon vous ?

Il s’agit donc soit de lustrer l’article dans un sens favorable, soit défavorable. Dans la majorité des cas, c’est du gros rouge qui tache, donc c’est vite supprimé. Très souvent, ça ne respecte d’ailleurs par la syntaxe wiki (mise en forme particulière des références…) ni la neutralité. Je corrigeais l’autre jour l’article d’une députée où il était indiqué qu’elle avait fait une “campagne de terrain”, “engagé le dialogue avec les acteurs locaux”… Bref ça a vite fini à la trappe.

“Une novlangue vantarde absolument imbitable, à coup de blabla managérial”

Le plus agaçant, c’est leur sentiment naïf de croire que leurs modifications resteront, et le jargon qui est souvent utilisé : une novlangue vantarde absolument imbitable, à coup de blabla managérial ou dithyrambique comme sur un site de campagne, qui n’a aucune chance de rester. Si dans le cas où la modification n’était pas relue en LdS et restait en effet sur l’article, une relecture quelques jours plus tard aboutit systématiquement, quel que soit le contributeur chevronné chargé de la purge, à une suppression pure et simple ou a minima à une reformulation.

Exemple de correction de Celette : un internaute anonyme a tenté de supprimer discrètement la référence à une alliance du député Les Républicain Rémi Delatte avec le Front national. Raté.

Les députés sont conscients que Wikipédia est le premier résultat qui s’affiche en haut de Google quand on tape leurs noms. Beaucoup d’ailleurs, après le renouvellement de 2017, n’ont aucune notoriété, donc avoir une belle page Wikipédia est souvent un impératif. La mention d’une polémique peut, à leur sens, entacher la possibilité d’une réélection (ou d’une élection municipale pour 2020), bien que Patrick Balkany prouve tous les 6 ans le contraire. Je comprends donc leur volonté de ne voir figurer que des infos positives, mais la démocratie et le droit d’information, ce n’est pas ça.

Soit dit en passant, si je mets totalement de côté mes opinions c’est bien là : qu’importe la personnalité, voire un truc publicitaire me hérisse et finit supprimé. Je me fiche de savoir si sa fiche Wikipédia va l’aider ou le desservira dans sa future campagne, la seule chose qui compte, à mon humble avis, réside dans une présentation neutre des informations, que des critiques y figurent ou non, car malgré tout, il ne s’agit pas de rajouter des critiques pour le plaisir, il faut des sources de qualité et une certaine médiatisation sur ces dernières.

Quels sont les partis dont les personnalités politiques les plus visés par des dégradations ?

Sans aucun doute, les personnalités médiatiques. Le Pen, Corbière, Ferrand, Bergé, Ciotti, Duflot (à une époque…), Vallaud-Belkacem (à une époque aussi), etc. Ceux qui font la Une, qui sortent des petites phrases chocs, que beaucoup ont envie de détester.

Il faut cependant distinguer les attachés parlementaires ou conseillers qui interviennent de façon commanditée et les militants lambda qui regardent BFM ou lisent Twitter, soit pour tirer à boulets rouges sur telle personnalité, soit pour l’encenser.

“On est sur un triptyque LFI-LREM-RN, en tout cas pour le gros des contributions”

Après, il y a ce qu’on considère de l’ordre du vandalismes cra-cra du genre rajouter “fasciste” sur l’article de Le Pen, des insultes sexistes sur celui d’Aurore Bergé ou des comparaisons grotesques avec Staline sur celui de Mélenchon. C’est supprimé très très vite.

Les évolutions politiques récentes sont cependant intéressantes et sont répercutées sur Wikipédia. Contrairement à ce qu’il se passait il y a quelques années, les articles du PS et de LR et de leurs ténors sont beaucoup moins l’objet de modifications malveillantes, tout simplement car ils n’existent médiatiquement presque plus. On est davantage sur un triptyque LFI-LREM-RN, en tout cas pour le gros des contributions.

Mais je ne doute pas qu’avec les Européennes et les Municipales, on aura droit à une armée de militants prêts à venir faire du ménage sur tous les candidats, ce qui tombe mal pour eux car on s’y prépare déjà.

Selon vous, quels sont les députés dont les pages sont les plus difficiles à maintenir ?

Il n’y a pas de difficulté particulière, car dès qu’on remarque une recrudescence de modifications malveillantes, on peut demander aux admins une protection de l’article (avec des niveaux différents selon le degré de problème). Paradoxalement, plus un article est l’objet de contributions trop bienveillantes ou malveillantes, plus il sera facile de régler le souci vu le “bruit” provoqué.

En revanche, c’est plus embêtant pour des contributions problématiques qui passent en loucedé, plus argumentées et noyées au milieu d’apports de bon sens. Ça c’est le “level 2” du bon patrouilleur : repérer au milieu d’une masse de nouvelles infos rajoutées ce qui a été supprimé. C’est parfois très vicieux et il faut prendre le temps de lire en détail pour, quand même, séparer le bon grain de l’ivraie.

Qui sont selon vous, par ailleurs, les militants qui essayent de la plus de se servir de Wikipédia pour mettre en valeur leur parti ?

En général, chaque élu ou militant qui veut lustrer une page est chiant, qu’il soit d’extrême gauche, du centre ou de droite. Tous, sans exception, emploient les mêmes méthodes, les mêmes arguments, et il faut en retour leur expliquer à tous la même chose.

Chaque mention critique est analysée de leur côté comme de la “diffamation” et ils rechignent à comprendre que, non, indiquer qu’ils ont inauguré une piste de pétanque à Saint-Bidulle-sur-Loire avec un lien Facebook est non avenu.

Cela dit, sans doute de part la culture politique de ces partis, ces tendances sont moins importantes chez les Verts et à la gauche radicale. Il y a certainement une plus grande sensibilité à l’Internet libre qui les conduit à plus de compromis et à une acceptation de ne pas transformer Wikipédia en tract.

“Souvent les députés imaginent qu’ils ont le droit de vie ou de mort sur leur article”

Cela n’est qu’une tendance, car certains militants pro-Mélenchon sont par exemple extrêmement virulents. Parfois autant, sinon pire, que les attachés parlementaires des députés LR ou RN impliqués par des procédures judiciaires, à qui il faut énormément de temps pour comprendre qu’ils n’ont pas de droit de préséance sur leur page Wikipédia.

Ça c’est un vrai problème. Souvent les députés imaginent qu’ils ont le droit de vie ou de mort sur leur article. Alors que non, il y a une horizontalité totale au niveau des contributions, tant que ça reste dans le respect de la loi. Voilà pourquoi, dans la mesure du possible, on attribue les critiques afin de bien montrer au lecteur que c’est une opinion et non un fait. Par exemple “selon Libération, le député Bidule se distingue par la virulence de ses attaques contre le gouvernement”, et non pas “Le député Bidule est virulent”.

Les partis mis à part, le fanatisme religieux est aussi un énorme problème. J’interviens assez régulièrement sur des pages liées à l’islam politique et/ou l’islamisme et je me prends très souvent des insultes extrêmement violentes de part mes contributions (sur le CCIF ou le PIR récemment par exemple). Fin 2018, un individu créait chaque matin un nouveau compte pour m’injurier de propos obscènes et de menaces de mort. “Crève sale juive”, “pute sioniste”, “je veux de trouer d’une balle grosse salope de juive” ayant été les citations les plus marquantes.

Wikipédia est lu par beaucoup de personnes et inévitablement, attire son lot de détraqués. On m’a invitée à porter plainte, je ne l’ai pas fait, j’aurais peut-être du. Quoi qu’il en soit, c’est alarmant.

Pensez-vous qu’il y a assez de contributeurs sur les pages politiques pour assurer la qualité du contenu et leur “neutralit锝 ?

Non. Malheureusement pas assez. Sinon je prendrais davantage de pauses au niveau de mes contributions ! Je sais que si je n’étais pas là, certaines modifications problématiques passeraient, ou resteraient en ligne plus longtemps, vu que les autres contributeurs ne sont pas omniscients et omniprésents.

“Sur plein de pages de députés inconnus, il manque toujours de bras”

Je tiens quand même à vous rassurer sur le fait qu’il y a assez de personnes pour assurer une surveillance globale, mais voir venir davantage de contributeurs serait souhaitable. Tout est une question de timing : si je ne révoque pas telle contribution malveillante à 16h34, il est probable à 99% qu’à 18h00 quelqu’un d’autre l’aura fait. Et si beaucoup de gens vont sur cette page pendant ces 1h30, ça m’embête…

Sur les pages qui “craignent” mais qui sont médiatiquement exposées (à titre d’exemple, celle d’Asselineau, dont les militants sont particulièrement insistants, pour ne pas dire très très relou), il y a beaucoup de monde. Mais sur plein de pages de députés inconnus, il manque toujours de bras.

Globalement, pensez-vous que l’information disponible sur les pages des élus français est de bonne qualité ?

Pour l’essentiel, les pages des députés sont à mon humble avis de qualité médiocre, se résumant à des CV très courts (pour ne pas dire des ébauches de dix lignes). Seuls les députés “médiatiques” ont droit à des articles fouillés et intéressants.

Pour ma part, les articles que j’ai dans ma LdS sont relativement neutres. Mais il manque de petites mains pour les alimenter en infos, notamment à partir de la presse locale, que je n’ai ni le temps, ni l’envie, de consulter (sur le parcours, les votes, les affiliations, les propositions… et ce de façon neutre).

“On écrit avec plus de neutralité un article sur une duchesse du XIIIe siècle que sur un chanteur de 2019”

Cependant, dans la mesure où Wikipédia est une encyclopédie qui ne peut que se parfaire avec le temps, je considère qu’on n’est pas pressés. Les articles évoluent, parfois des mois ou des années après une fin de mandat et sont mieux structurés à partir de bonnes sources sans le poids de l’urgence médiatique.

De la même façon qu’on écrit avec plus de neutralité un article sur une duchesse du XIIIe siècle que sur un chanteur de 2019, il faut aussi être patient et considérer que Wikipédia n’est par définition pas “finie” et reste éternellement perfectible. Je remarque tous les jours avec plaisir des contributeurs désintéressés qui vont travailler en profondeur les pages d’anciens députés, faisant l’effort d’aller aux archives afin de lire la presse de l’époque, fouillant avec objectivité le site de l’Assemblée et livrant in fine une page beaucoup plus intéressante que si elle avait été publiée lors de son mandat.

Wikipédia n’est pas un site d’actu et nous n’avons, comme contributeurs, pas d’échéancier. Il faut faire confiance aux gens pour qu’ils continuent à améliorer ces pages, selon leur disponibilité et de façon désintéressée. N’oubliez pas que nous sommes bénévoles, et que ce temps que nous consacrons à Wikipédia, nous pourrions très bien l’employer à autre chose.