L’Afrique a-t-elle une incroyable imagination ?

Le jury de la compétition “L’Afrique a un incroyable talent”

Hier, j’ai passé une partie de la soirée à regarder le programme “L’Afrique a un incroyable talent” diffusé sur certaines chaines africaines, et j’avoue que j’ai bien ri, tant certain(e)s candidat(e)s semblaient manquer de talent.

A la fin de l’émission pourtant, le rire a laissé place à une certaine déception. Et en parcourant les réseaux sociaux — je le fais toujours quand ce genre de programme passe — je me suis rendu compte que beaucoup de personnes partageaient mon sentiment. Mais au delà des fiasco retentissants, des candidats aux talents douteux et autres ratés, je pense qu’il y a lieu de se demander, mais où est passée l’imagination africaine ?

La plupart des émissions de divertissement ou de télé-réalité que nos chaines de télé nous montrent ne sont que de pâles copies d’émissions à succès occidentales ou américaines. C’est vrai que les copies se font partout ailleurs — bien que ça je justifie pas que nous devons également copier — mais nous avons la particularité en Afrique (je me permets de généraliser) de copier en rajoutant une petite dose de… “bêtise”.

L’épisode de “L’Afrique a un incroyable talent” diffusé hier m’a fait penser à d’autres émissions diffusées sur certaines chaines Camerounaises. Il y a quelques années sur une de ces chaines, on annonçait Ilomba, une émission de télé-réalité calquée sur “Koh Lanta”. Il fallait voir le teaser. Nul à chier.

Teasing spot de l’émission Ilomba

Il y a aussi eu l’émission “Tropic Love” qui se voulait une réplique de “Les Z’amours” et qui jusqu’aujourd’hui continue de faire l’objet des critiques et moqueries de mes compatriotes. Ou encore l’émission “Ladies and Gents” qui reprend le principe de l’émission “Bachelor, le gentleman célibataire”.

Tout porte à croire que nous avons du mal à imiter. Alors, pourquoi ne pas créer nos propres concepts ? Manquons nous d’imagination à ce point en Afrique ?

Ce soir, The Voice Afrique Francophone commence — il paraît. Si j’ai une seconde, j’y jetterai un coup d’oeil, en espérant que ce sera différent de ce qui s’est fait jusqu’ici. Mais, quel qu’en soit le cas, je pense qu’il est grand temps de penser nos propres émissions.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.