Jenny et sa globe story

WorldCraze part aujourd’hui à la découverte d’une serial expat et globe-trotteuse, Jenny a quitté son sud-ouest pour parcourir le monde à sa façon. Cette passionnée de voyages et d’écriture nous partage ses expériences et sa vie à l’étranger à travers son blog : My Globe Story.

- Qu’est-ce qui t’as poussé à voyager si souvent ?

Une envie d’enfance bien enfouie. Puis une opportunité de contrat au Brésil en 2011. Puis j’ai été piquée par le virus du voyage, j’y suis complètement droguée. En revanche, je voyage d’une façon un peu différente de la majorité : je m’installe dans les pays pour une durée de 2 ans en général, le temps de vraiment m’imprégner de la culture locale… À côté, je fais des petits voyages dans les pays voisins autant que possible.

Aujourd’hui, j’ai en plus une phobie de la mort qui s’est greffée là-dessus, et qui fait que ça me pousse à faire tout, tout de suite, maintenant…

- Quelle a été ta destination favorite ?

En pays où j’ai vécu et que j’ai entièrement visité : le Brésil, sans aucun doute. Ça a beau faire 4 ans que j’en suis partie, mon coeur est resté là-bas.

En pays où je n’ai fait que passer en voyage courte durée (1 semaine), le Vanuatu. Il m’a tellement ramené les pieds sur terre…

- Ton meilleur souvenir ?

Le jour où mon mari et moi avons débarqué au Brésil. Dès les premières minutes, j’ai su que ma vie n’allait plus jamais être comme avant.

- Quels sont tes projets pour l’avenir ? Penses-tu revenir en France ?

Pas vraiment de retour en France prévu, même si nous n,excluons pas de façon claire cette possibilité. Disons qu’on ne sait pas de quoi demain est fait, et que si les circonstances nous poussent à revenir, on le fera.

Mais nous avons tant de projets que nous tenons à réaliser : vivre dans un van aménagé pour parcourir le continent américain en entier, et pourquoi pas l’Europe en entier aussi. Vivre sur chacun des continents (il nous reste l’Afrique et l’Asie ;-) ). Monter une maison d’hôtes dans un de nos pays coup de coeur. Vivre sur une île…

- As-tu déjà eu l’occasion d’utiliser un service de l’économie collaborative ?

Jamais encore.

- Quels produits français te manquent terriblement ?

Tu vas peut-être rire : la médecine, le système de santé en général. Je suis du genre à enchaîner les soucis de santé — bénins jusqu’à aujourd’hui. J’ai donc expérimenté les systèmes de santé de chacun des pays où j’ai vécu et y’a pas à dire, on est quand même vachement bien soignés en France. Puis surtout, c’est quand même plus simple d’expliquer ses symptômes dans sa langue natale, même si j’ai un niveau correct dans les langues des pays dans lesquels je vais vivre.

En dehors de ça, la nourriture de qualité à prix abordable :-)

- Un dernier mot ou conseils ?

À ceux qui auraient envie de tout plaquer pour aller vivre leur rêve d’international, que ce soit en toute liberté ou dans le cadre d’une reconversion dans quelque chose, voire même grâce à une mutation, n’attendez pas trop longtemps pour vous décider. Si vous le voulez vraiment, faites, parce que demain n’existera peut-être plus, ou il sera peut-être complètement différent de ce que vous aviez projeté.

La vie de Jenny vous fait rêver ? Suivez ces aventures sur son blog, Facebook et Instagram.
Envie de découvrir plus d’interview de voyageurs ? Rendez-vous ici.
One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.