Le prof échangeur commerçant

Drama queen, mon nouveau job
Drama queen, mon nouveau job

Reproches formulés dans un article de Slate

Pour je ne sais quelle raison, Louise Tourret a pris la décision de donner la parole à un individu (anonyme) et tous deux ont évoqué mon départ de Twitter. J’ignore ce que cela peut bien faire à cet individu qui se présente comme enseignant, mais enfin celui-ci semble avoir un avis sur ma petite personne :

C’est une drama queen ! Il n’est pas là pour échanger mais pour vendre des livres

Je passe sur la “drama queen” et retiens que la seule raison de ma présence sur Twitter serait de “vendre des livres”.

Échanger ou vendre, seule alternative

L’insignifiance du propos est telle qu’on se demande en quoi cela mérite de figurer dans un article de Slate.fr, mais enfin je me demande, si cela était vrai, en quoi ce serait un problème de “vendre des livres”. C’est une injure à peine voilée ? Un reproche de mercantilisme ? Sur Twitter, on ne doit être là que pour “échanger” (échanger quoi ?”) ? Croyant comprendre qui est l’auteur de ces mots, je peux vous assurer que je n’ai pas eu le moins du monde envie d’”échanger”. Et puis j’”échange” avec qui je veux.

Mais l’important n’est pas là. Être un auteur serait sujet à caution ? On ne peut pas être sur Twitter (je n’y suis plus et je continue à “vendre des livres”) sans encourir le risque infamant de n’être qu’un commerçant ?

Vous me direz que le reproche n’est pas bien grave. Oui, mais il est exprimé à peu près tous les deux jours sur Twitter par la même personne. Je voudrais donc expliquer quelque chose.

Licence libre

Je vends principalement trois manuels scolaires. Un est gratuit, les deux autres ont des tarifs qui sont les moins chers de toute l’histoire de l’Éducation nationale. J’ai d’ailleurs expliqué pourquoi des manuels qui ont été gratuits pendant des années sont devenus payants. Si vous êtes enseignant, je vous les donne d’ailleurs gratuitement. J’ai tout mis sur mon compte iTunes U. Vous n’avez qu’à demander. Je les ai même donnés gratuitement à certains collèges pour qu’ils n’aient pas de frais supplémentaires en achat de manuels. Au reste, ces livres sont disponibles gratuitement au format PDF (on perd certes l’interactivité). De toute façon, 95% du contenu des manuels est disponible sur mon site Ralentir travaux. C’est en HTML 5, donc accessible partout ; le site est responsive design ; il est gratuit.

Enfin, tous ces livres sont sous licence CC BY-SA. Comme sur Wikipédia, on peut les partager, les reproduire, les modifier, etc.

Mais en ce cas, où est le problème ?

Like what you read? Give Yann a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.