Pourquoi lire avec Amazon ?

Quand il est question de lecture et qu’on en vient au bon vieux débat livre papier vs livre numérique, d’aucuns ont le sentiment qu’on peut expédier la question en opposant simplement le livre papier au livre numérique, comme si le 2e était une vulgaire réplique du 1er. En moins bien. Ce ne serait qu’un écran forcément nuisible (aux yeux, à la concentration, à l’intelligence) encastré dans un méprisable écrin de plastique. Les tenants du 1er ont le sentiment d’avoir tout dit quand ils déclarent leur amour pour le papier. Et les 2ds sont renvoyés à la froideur de leur appareil d’où serait absent le plaisir de tourner les pages, d’avoir un poids dans la main et puis on ne sait trop quoi d’indéfinissable qui ferait autorité du fond des âges.

Peut-être l’industrie du livre numérique est-elle responsable de cet état de fait ? En popularisant le livre numérique, on a voulu que celui-ci soit une réplique du livre papier. Et en effet, avec certaines applications, on peut tourner des pages, ce qui n’a aucun sens, mais cela rappelle le bon livre papier. Ça réconforte. C’était la mode du skeuomorphisme. Cela dit, il était absolument nécessaire que l’on retrouve ce à quoi on était habitué. De plus, il était inconcevable que le livre numérique ne soit pas en mesure d’apporter du haut de sa superbe technologique tout ce que le papier pouvait apporter.

Il fallait donc que l’on puisse souligner. Cela va de soi. Il fallait aussi que l’on puisse gribouiller quelque chose dans la marge ou même placer un marque-page. Mais le numérique ne pouvait se contenter de singer son illustre prédécesseur. Il fallait qu’il fasse mieux, même pour ce que l’on était accoutumé à faire depuis des années. Le livre numérique se devait d’améliorer significativement l’expérience de la lecture. C’est ce que permet une Kindle.

Définir

Si l’on tapote sur un mot, on peut faire apparaître sa définition grâce au dictionnaire intégré. On n’a pas besoin d’interrompre sa lecture pour prendre un dictionnaire. De plus, le dictionnaire peut être multilingue. Si vous lisez en anglais ou en chinois, votre dictionnaire sera en anglais ou en chinois. On peut même choisir d’enregistrer le vocabulaire recherché dans le dictionnaire. On trouve alors dans sa bibliothèque un nouveau livre contenant les mots ayant fait l’objet d’une recherche. C’est très pratique pour réviser, une fois la lecture terminée.

Deux autres possibilités accompagnent l’irruption du dictionnaire : l’accès à Wikipédia et à la traduction. L’encyclopédie vient idéalement compléter les informations transmises par le dictionnaire et si celui-ci ne vous permet pas de comprendre la définition dans la langue d’origine d’un mot de vocabulaire inconnu, alors le traducteur se chargera de vous y aider.

La Kindle est donc à elle seule une incitation à lire dans une langue étrangère. Par exemple, l’option Word Wise favorise l’apprentissage de la langue dans laquelle vous lisez. Elle permet d’afficher des définitions au-dessus des mots, dans l’interligne, en filigrane en somme.

Ainsi, on ne lit pas vraiment un seul livre à la fois mais plusieurs. En fait, de nombreuses fois, il m’est arrivé d’être étonné par un mot de l’auteur ou de ressentir le besoin de vérifier la validité d’une information et je le faisais en utilisant le navigateur intégré menant à Wikipédia. On peut donc effectuer des recherches assez facilement et rapidement. On n’ira pas surfer sur le web et s’éloigner de sa lecture, le navigateur intégré ne le permettant pas. Il est donc assez facile de rester concentré sur sa liseuse (contrairement aux tablettes).

Chercher

Cette fonction est symbolisée par une petite loupe. C’est un peu l’équivalent du crtl / cmd + f dans une page web ou un document longs comme le bras. Elle permet de trouver instantanément ce que l’on recherche. C’est l’une des fonctions que j’utilise le plus. Grâce à elle, je retrouve quasi instantanément un passage qui m’a plu mais que je n’avais pas noté. Et surtout, cette recherche est toujours couronnée de succès. En cherchant sur un livre papier, vous pouvez passer assez facilement à côté du passage recherché. La machine, non. De ce point de vue, elle est infaillible.

On trouvera, grâce à cette fonction, toutes les occurrences d’un mot à travers le livre. On peut donc le parcourir sous l’angle de tel ou tel mot recherché.

X-Ray

Cette fonction est typiquement de celle qui aurait changé ma vie d’étudiant. Comme l’indique Amazon :

La fonction X-Ray permet d’explorer la structure d’un livre sur le Kindle Touch, ses idées essentielles, les personnages ou les thèmes.

Par exemple, cela vous permet d’accéder à tous les emplacements où le personnage untel apparaît. L’ensemble des personnages peut alors être affiché par ordre alphabétique mais aussi par ordre d’apparition ou encore par ordre de pertinence. De même avec les principaux thèmes du livre, ce qui facilite les révisions en vue d’un examen ou un concours. Malheureusement cette fonction ne se trouve pas dans tous les livres, et de surcroît elle ne se trouve que dans les livres écrits en anglais.

Souligner

Ou surligner ! Nulle hésitation à avoir puisque l’on pourra effacer toute trace de son passage. On peut tout effacer ensuite. On vous propose même d’user de différentes couleurs. L’intérêt ? Vous surlignez tel passage en jaune. Ce sera le vocabulaire. En vert ? Ce sera vos citations préférées. En bleu ? Les passages qu’il vous semble bon de discuter, etc.

La multiplicité des couleurs offre une option intéressante d’exploitation en classe, une fois la tablette ou la liseuse branchée sur un vidéoprojecteur. C’est intéressant de faire apparaître différents champs lexicaux au cours d’une lecture analytique.

On peut aussi accéder aux passages les plus surlignés non par vous mais par les autres lecteurs. Certains n’aiment pas. Pour ma part, je trouve ça assez amusant. Ainsi, au cours de votre lecture, vous voyez que tel passage a été souligné tant de fois. C’est intéressant, car il m’est arrivé de relire deux fois un passage que d’autres avaient souligné. Un passage auquel je n’avais tout d’abord pas prêté attention mais que, constatant que le passage avait été souligné, faisait l’objet d’une relecture. Je me disais que peut-être, je n’avais pas été assez attentif. Et de reprendre le passage en question. Ce passage souligné agit comme un révélateur : Attention ! Passage potentiellement mémorable !

Annoter

Annoter un livre peut avoir un double intérêt. En tant qu’enseignant, je prends des notes en vue d’une réutilisation en classe de tel ou tel passage. J’ai repéré une belle ellipse ou un bel exemple de narration omnisciente, un passage qui mériterait d’être étudié dans le cadre d’une séquence, alors je l’écris dans une note afin de m’en souvenir ultérieurement mais aussi en vue de retrouver plus facilement le passage en question.

Une exploitation scolaire de la note peut être envisagée : l’élève peut répondre aux questions d’un manuel directement sur le livre. Il peut même envoyer ses réponses à l’enseignant, puisque les notes peuvent être partagées. Le livre gagne donc une dimension sociale.

Daily Review et Your Highlights

En ayant la possibilité de souligner, d’annoter un livre ou de convoquer le dictionnaire, on voit que le texte sur une liseuse s’enrichit de fonctions tangibles. Je peux toucher le texte et effectuer certaines actions comme faire apparaître la définition du mot par exemple, mais il y a aussi tout ce qui vient se loger sur des serveurs (en l’occurrence ceux d’Amazon) et qui donne accès à des ressources extraordinaires. Ainsi, en me rendant sur https://kindle.amazon.com, j’accède à deux fonctions dont j’aurais aujourd’hui beaucoup de mal à me passer : Daily Review et Your highlights. La première consiste à vous rappeler une fois par jour les passages que vous avez soulignés ou annotés :

Daily Review is a tool to help you review and remember the most significant ideas from your books. It shows you flashcards with either your highlights and notes or the Popular Highlights from one of your books.
[…]
The periodic review of ideas makes it easier to remember them. This works better if you space the reviews over increasing time intervals, a “Spacing Effect” that was first identified by German psychologist Hermann Ebbinghaus. Depending on how many books you have marked as “read”, you will see a particular book again in the Daily Review in roughly 1 week, 1 month, 3 months, 6 months, and thereafter annually. You’re not limited to reviewing only one book per day; at the bottom of the flashcard you can select “Review another book”.

On voit là qu’il s’agit rien moins que de lutter contre l’oubli. Quand vous lisez un livre, vous en retenez un certain nombre de choses la première semaine, puis un mois après certains détails s’effacent. Trois mois après, vous en avez retenu l’essentiel, mais dans six mois, vous en avez oublié les trois quarts, surtout si vous êtes un grand lecteur (un clou chassant l’autre). Daily Review est un moyen de pallier ce fort naturel problème.

Goodreads

L’entreprise de Seattle a racheté Goodreads en 2013. Le libraire d’aujourd’hui qui, selon les tenants du livre papier, manque tant à Amazon est le réseau social. Il est fréquent d’entendre dire que les algorithmes d’Amazon ne remplaceront jamais les conseils du bon vieux libraire. C’est probablement vrai. On reproche également aux algorithmes de ne nous faire trouver que ce que l’on cherche, et ce n’est pas entièrement faux. Quoi qu’il en soit, réduire le libraire virtuel à une formule informatique est réducteur. C’est oublier un peu vite le rôle des réseaux sociaux et certains sont même spécialisés dans les livres. C’est le cas de Goodreads qui permet de générer des catalogues de livres et donc de créer une véritable petite bibliothèque, des listes de livres que l’on souhaite lire, de partager son avis ou ses annotations de livres lus et même carrément de parcourir des bases de données. On peut aussi évaluer ou voter pour tel ou tel livre, recevoir des newsletters, indiquer l’état de sa lecture sur sa Kindle, etc.

Kindle FreeTime, Send to Kindle, Text-to-speech

Il y a d’autres options que je n’ai jamais essayées comme Kindle FreeTime qui consiste à créer un profil, à ajouter des livres et créer des défis, des objectifs de lecture pour inciter les enfants à lire. D’autres que j’utilise assez peu comme l’option Send to Kindle qui est pourtant vraiment pratique pour envoyer des documents sur sa Kindle en se passant du bon vieux câble USB.

J’utilise aussi assez peu la fonction Text-to-speech, mais c’est probablement parce qu’elle ne s’adresse pas à moi. C’est une fonction qui s’adresse aux personnes dont la vue ne permet pas de bien lire le texte même en agrandissant la police (possibilité que je n’ai pas même évoquée tant nous y sommes dorénavant accoutumés). Évidemment nous pouvons avoir des élèves qui ont ce handicap. On peut aussi être confronté à des élèves rencontrant des difficultés de lecture et qui suivront d’autant mieux la lecture que les mots automatiquement lus sont également surlignés.

À suivre…