Vous êtes créatif, innovateur et vous avez l’impression qu’on ne vous comprend pas ?!

C’est normal !


Vous avez l’impression d’exposer des évidences, de parler un langage que les autres ne comprennent pas… vous êtes frustrés parce que vous ne vous sentez pas plus stupide qu’un autre mais souvent on vous regarde de travers parce que vous pensez différemment. Oui c’est cela ! Vous le savez, vous pensez en dehors des cadres, you think outside the box ! Pire, on vous en veux parce que vous sentez les choses avant les autres…

Pourtant vous ne pensez pas avoir raison tout le temps, mais vous estimez que vos pérégrinations intellectuelles peuvent mener à quelque chose éventuellement. Et le groupe vous regarde comme un mouton noir…

Alors si c’est le cas, je vous dirai la même chose que, John Gaynard, mon professeur de Creativity, Innovation and Change Management lorsque j’achevais mon MBA à l’Open University: “ Vous avez un gros problème !”.

Effectivement. Il avait décelé que je pouvais être un sujet d’étude statistique intéressant et il a accepté de me faire passer le test KAI (Kirton Adaptor Innovator) qui mesure le degré d’une personne à résoudre les problèmes en adaptant des cadres existants (l’Adapteur) ou alors à ne penser qu’on ne peut résoudre un problème nouveau qu’avec des solutions nouvelles et en dehors du cadre… Très gros problème. De mémoire, sur une échelle de 200, j’atteignais 195. La plupart des gens seraient flattés d’être étiquetés “Innovateur Extrême”…Mais, ceux qui le sont vraiment savent à quel point cela peut être un fardeau, combien le regard des autres est inquisiteur, comment les oreilles se bouchent… Oui, beaucoup d’innovateurs, je crois, éprouvent un plaisir extrême à créer quelque chose de nouveau, d’entièrement différent, mais il peut leur arriver de prendre leur nature innovatrice comme une malédiction tant cette tendance crée des barrières entre eux et les autres. Les autres, ce sont les adapteurs, qui paraissent lents, has been, affligeants de manque d’imagination et qui peut-être par un phénomène de jalousie inconsciente et d’agacement palpable tentent toujours d’exclure du troupeau les innovateurs qui leur semblent une menace pour la cohésion du groupe et l’autorité du chef…

Vous savez donc que vous êtes un Innovateur et pas un Adapteur. A quoi vous servirait ce test ? Tout d’abord, comme un principe fondamental de la psychologie, parler ou poser des mots sur un état permet de mieux le vivre…

Voilà maintenant, vous savez pourquoi vous avez ce sentiment de rejet, d’être un cygne noir ou un vilain petit canard qui ne marche pas au pas. Mais cela ne vous suffit pas. Vous ne vous sentez toujours pas mieux.

Alors expliquons comment les Innovateurs et les Adapteurs se comportent les uns envers les autres.

Comment les uns voient les autres ?

Les Adapteurs voient les Innovateurs comme :

  • insensés
  • manquant de sens pratique
  • “abrasifs”, directs, rudes
  • indisciplinés, insensibles et indélicats
  • qui aiment créer la confusion

Les Innovateurs voient les Adapteurs comme:

  • dogmatiques
  • dociles, conformes, bloqués dans des ornières,
  • portant des œillères, timides et inflexibles

Et en bref les Adapteurs résolvent les problèmes “en essayant de faire mieux”, avec les mêmes règles…ah ah ah…(vous me comprenez ?) tandis que les Innovateurs résolvent les problèmes “en essayant de faire autrement”.

Attention, je l’admets, il n’y a pas de supériorité a priori d’un style cognitif sur un autre. Il faut de tout pour faire un monde et ce monde serait invivable pour les Innovateurs si les Adapteurs ne se chargeaient pas de la routine.

Ma conclusion, au contraire serait qu’il faut des styles cognitifs en fonction de la situation. Face aux hordes innovatrices, les légions romaines adaptives de la fin de l’Empire ont été balayées, face au nouveau monde post-crise du pétrole de 73, les problèmes nouveaux tels que la chute constante de la croissance dans le monde occidental ont été gérés de manière adaptive avec des solutions anciennes que l’on a essayé d’améliorer. Jusqu’ici, il n’y a eu aucune disruption en politique occidentale. Peut -être les solutions efficaces à nos problèmes politiques et économiques actuels seraient d’ordre “innovant” en faisant différemment… Peut-être. Mais les disrupteurs ou innovateurs sont classiquement répartis dans la population selon une courbe de répartition de Gauss, c’est à dire qu’ils sont peut nombreux…Par conséquent, la majorité n’embrasse pas d’emblée les solutions différentes…

Cela n’empêche pas les innovateurs de réussir à creuser leur sillon et de transformer le monde à l’instar de Steeve Jobs ou d’Elon Musk. Mais en politique rien de tout cela.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.