GENIUS LOCI

Une vue de Forgefer (World of Warcraft)

Certains lieux sont « spéciaux ». Ils ont une ambiance, une tonalité, une personnalité. Ils sont habités. Les anciens appelaient lieux particuliers « Genius loci ». Ils nous sont essentiels: nous sommes d’ici ou d’ailleurs, mais toujours de quelque part. A l’opposé, avoir le sentiment d’être sans lieu, d’être déraciné, est toujours source de souffrance. L’angoisse de voir ce que l’on a de particulier se dissoudre dans ce que ce que l’on a de commun et de partagé avec les siens peut alors être intense.

La Mecque, le Taj Mahal, le quartier d’Akibhara, un banc dans un espace public, la salle de l’Olympia… Nous fabriquons de nombreux “genius loci” en fonction de nos expériences intimes et collectives dans les espaces tangibles comme dans les espaces numériques.

Il se trouve dans Second Live une Chapelle Sixtine à l’entrée de laquelle les avatars sont immobilisés. La mobilité ne peut être retrouvée qu’après avoir accepté le code de conduite des lieux. Le dispositif technique mime ainsi la stupeur qui frappe le voyageur devant la beauté des peintures du plafond de la chapelle.

Mais ce n’est là qu’un artifice technique. Certains lieux numérique ont véritablement un esprit particulier. La source d’eau chaude dans la région du Berceau de l’Hiver (World of Warcraft) vibre encore du raid effectué par des joueurs pendant une cérémonie. Les Tarides (World of Warcraft) sont pour beaucoup de joueurs le lieu de la première rencontre avec la faction adverse. La puissante et industrieuse Forgefer force l’admiration du voyageur.

Like what you read? Give yann leroux a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.