Pourquoi le site cop22.ma est une mascarade et pourquoi il faut le refaire

J’ai découvert avec stupéfaction, honte et amertume le tant attendu site de la COP22. Sans avoir à analyser ses tenants et aboutissants techniques et ergonomique, UX et UI pour les connaisseurs, la seule page d’accueil reçue en pleine figure était suffisante pour prendre position, voire me révolter !

Peut-on en 2016, exactement 26 ans après le lancement de l’internet grand public, faire des bourdes pareilles ? D’autant plus que c’est le site d’un des plus grands évènements à l’échelle internationale. Pas besoin de faire des tests de performance, une enquête ou un focus groupe, c’est tellement gros que ça crève les yeux : le site est d’une médiocrité à toute épreuve.

Une expérience utilisateur (UX) immature

Pour être factuel, l’amateurisme dans l’UX (Expérience Utilisateur) est prépondérant. Le site représente un mashup de plusieurs pratiques (Multimédia, Menu verbal, Countdown,…). La logique des verbes, dépassée et galvaudée, ne fait pas l’affaire et se trouve ici mal implémentée avec des méga menus n’optimisant pas la navigation. On est à se demander est-ce que le site a été pensé en mobile first ou en desktop car les deux versions sont décousues avec un manque de cohérence et d’utilisabilité donnant trop de possibilités et très peu de satisfaction à l’utilisateur qui bon gré mal gré découdera avec la surcharge.

Des interfaces (UI) surchargées

La surcharge est le mot d’ordre du site et c’est l’ennemi N°1 d’une ergonomie optimisée. La première question que se pose un ergonome Web avant de s’attaquer à une interface est l’utilisabilité. Il ne s’agit ni de faire joli ni de mettre absolument une option parce qu’elle doit être sur l’interface mais de hiérarchiser les éléments selon la loi bien connue des 7+2–2, où l’optimum se situe à 7, 9 c’est trop et 5 c’est bon ! Ce n’est pas pour rien que l’on se retrouve sur les sites actuels, surtout américains, avec des interfaces très aérées, des accroches synthétiques, de gros boutons et des call to action référants à des sections structurées et des landing pages.

Un Web Design digne du Web 1.0

C’est le plus choquant de l’histoire. Si l’UX et l’UI peuvent être le résultats de difficultés en gestion de projet, le design graphique du site n’a aucune excuse et se doit d’être inspiré et à la page. Or que trouve-t-on sur les interfaces du site : un déséquilibre esthétique total entre les blocs et les sections, une charte graphique inexistante, une iconographie non codifiée avec même l’utilisation caricatural d’icônes sorties directement de Google image !!!! Ne parlons pas d’éléments illisibles et pixélisés. Ce ne sont pas des erreurs mais des fautes graves !

C’est pour ces raisons et tant d’autres, je vous épargne le volet technique, que je n’ai pu citer par manque de temps et d’envie (le site ne donnant pas envie de s’y attarder) que j’appelle à le refaire car l’image du Maroc me tient à coeur.

Like what you read? Give Yasser Monkachi a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.