Le jeûne (suite)

Je vous avais promis un article récapitulatif de mon jeûne alors chose promise chose due. Ici, je vais vous partager mes notes de chaque jour pendant mon jeûne puis je publierai un autre article avec mes commentaires et ressentis un peu plus détaillés.

Le jeûne que j’ai fait est un jeûne à l’eau. En clair, pendant 7 jours complets, j’ai avalé de l’eau et rien d’autre. Les premiers jours, je buvais un peu. Ensuite, presque pas (genre une ou deux gorgées par jour) puis le 6e jour, j’avais super soif et le 7e jour sans plus.

NB: j’ai préparé mon jeûne 7 jours avant de le commencer. Je ne vais pas rentrer dans les détails car je ne souhaite pas en faire de quelconque recommandation. À chacun de se renseigner et de procéder selon le type de jeûne et de situation qui lui correspond. En gros, j’ai éliminé certains aliments petit à petit pour commencer à préparer mon organisme plutôt que de jeûner brutalement du jour au lendemain.

Avant de commencer, j’aimerais préciser un détail concernant les circonstances de mon jeûne. Je l’ai effectué chez moi, avec ma famille qui a conservé ses habitudes alimentaires quotidiennes. En d’autres termes, j’étais la seule à ne pas manger tandis que je voyais et sentais des aliments chaque jour. Je le précise parce qu’en règle générale, on dit qu’il est préférable de faire un jeûne avec d’autres personnes qui le font aussi mais finalement, à l’image de mon caractère, je me suis sentie capable de relever ce défi et j’ai réussi. J’en suis fière et je ne m’en cache pas. :-)

Premier jour — Vendredi 24/06

Aucun problème toute la matinée. Légère sensation de faim à l’approche du midi mais sans plus. Je ne voulais pas passer mon temps couchée ou à ne rien faire alors d’entrée, je me suis occupée toute la journée à faire du rangement de papiers divers. La plupart de la journée j’étais donc assise (j’avais quand même du mal à être debout parce que finalement, je pompais mon peu d’énergie dans le haut de mon corps avec tout ce rangement). Je me suis sentie faible en milieu/fin d’après-midi, mes mains tremblaient, j’avais du mal à écrire mais j’ai forcé pour continuer mon rangement (quand j’ai un objectif, j’essaye toujours d’aller jusqu’au bout). Alors, je bougeais lentement et je reposais mes bras de temps en temps.

En fin de journée, j’ai eu des bouffées de chaleur et des aigreurs d’estomac mais pas longtemps.

Ma famille grignotait et mangeait à sa guise, comme à ses habitudes mais ça ne me gênait pas plus que ça en ayant mon objectif en tête. D’ailleurs, je tiens à souligner qu’elle a toujours fait en sorte d’être la plus discrète possible mais je disais à mes parents de ne pas changer leurs habitudes pour moi car il s’agissait de MON choix et qu’il était hors de question que ça les chamboule d’une manière ou d’une autre. Question de respect et de logique.

Niveau humeur, j’étais un peu irritable cette première après-midi mais je me reprenais rapidement pour faire des efforts et rester positive le plus possible. Finalement, ce premier jour s’est très bien passé et je peux dire aujourd’hui que c’était le plus “dur”. (Je mets des guillemets parce que je m’attendais vraiment à pire.)

Deuxième jour — Samedi 25/06

J’ai très bien dormi.

Ce deuxième jour s’est super bien passé ! Le matin, je suis restée une bonne heure sur la terrasse, au soleil et ça m’a fait fait un bien fou. Ensuite, j’ai continué mon rangement entamé la veille. Je me sentais très bien le matin mais faible le restant de la journée (je sais que c’est en partie dû au fait que j’ai fait trop d’efforts dès le matin). Malgré la faiblesse ressentie, je me suis mise debout pour éviter de rester tout le temps assise. C’était fatiguant mais faisable (et je voulais le faire). En revanche, aucun problème d’humeur ni d’estomac.

Le soir, ma douche m’a bien détendue et ma maman m’a massée juste avant que j’aille me coucher. C’était top !!!

Troisième jour — Dimanche 26/06

J’ai encore très bien dormi.

Ce matin là, je me suis réveillée vers 6h40 après une très bonne nuit. Par contre, je n’avais pas envie de faire grand chose !… Alors, j’ai passé ma journée dans le canapé devant la TV (chose que je ne fais JAMAIS en temps normal d’autant plus que je déteste la TV). J’ai fini par m’endormir. Mon papa mangeait un panini qui avait l’air délicieux suivi d’une part de tiramisu que ma maman fait mieux que personne (et dont je raffole). Enfin, aucun risque que je craque puisque je suis archi motivée et assez forte mentalement pour résister.

Cette journée dans le canapé m’a complètement affaiblie (forcément !) alors j’étais un vrai légume. Quand j’ai voulu me lever, j’y suis allée trop vite alors les vertiges n’ont pas tardé à se pointer… Du coup, j’ai pris une petite cuillère de miel sur les coups de 16h15 (finalement, j’aurai carrément pu m’en passer). Tant pis.

En fin de journée et soirée, je me sentais mieux mais j’ai préféré m’isoler dans ma chambre avant l’heure du dîner de ma famille. À 22h et quelques, je me sentais très bien et toujours prête à poursuivre mon jeûne.

On m’avait dit que les trois premiers jours seraient les plus durs mais je m’attendais vraiment à pire, surtout avec le rythme de vie de ma famille en parallèle… Au final, je n’ai pas rencontré de véritable difficulté ou alors, rien d’insurmontable.

Quatrième jour — Lundi 27/06

Encore une très bonne nuit et un réveil à 7h30 (en général, je me lève toujours tôt donc rien de changé). C’était une excellente journée, j’avais plus d’énergie et la différence avec les jours précédents était notable. Je m’apercevais que j’arrivais sans difficulté à supporter ma famille qui mangeait ainsi que les odeurs de nourriture. J’étais super contente de moi !

Cinquième jour — Mardi 28/06

Réveil vers 6h (trop tôt ce coup-ci mais tant pis). Je me sentais bien. Jour après jour, je buvais de moins en moins d’eau car d’après mes recherches, moins on boit d’eau, plus le nettoyage du corps est efficace (selon les individus j’imagine). Bon, par contre, j’avais la bouche pâteuse et une haleine immonde… Je savais que c’était normal et que c’était signe du nettoyage de mon corps mais je me disais: “heureusement que je n’ai pas de mec !” hahaha…

Je n’avais toujours pas faim et c’était vraiment super agréable.

Puisque je n’avais pas eu mon quota de sommeil, je somnolais alors je me suis recouchée vers 10h pour me réveiller en forme 1h après. Ensuite, je suis allée me promener (45 minutes) et ça m’a fait plaisir de mettre le nez dehors pour bouger un peu (je déteste ne rien faire !). J’ai marché lentement et sur la fin de ma promenade, j’ai commencé à avoir légèrement mal à la tête mais rien d’alarmant.

Vers 15h, j’ai ressenti quelques petites courbatures. Quant à mon haleine, elle était vraiment répugnante et me dégoûtait… Ce goût dans ma bouche me faisait grimacer d’écoeurement tellement c’était… Beurk.

Sixième jour — Mercredi 29/06

Après une excellente nuit, je me suis réveillée vers 6h40 en apercevant un ciel bleu et ensoleillé. Quel bonheur ! Je ne savais pas si mon brossage de dents de la veille avait aidé mais mon haleine était un peu plus supportable. J’avais quand même toujours cette pellicule blanche épaisse sur la langue (toujours preuve que mon corps se nettoyait — les poumons visiblement).

Dans la matinée, j’ai pris un bon bain chaud. C’était très agréable et relaxant. En revanche, au moment de laver et de démêler mes cheveux, j’ai senti que j’en demandais trop à mon corps en levant et en agitant mes bras (d’autant plus que le bain juste avant m’avait bien détendue). J’ai commencé à avoir des vertiges et à me sentir très faible alors je me suis assise un instant pour récupérer. Finalement, je me sentais fatiguée alors j’ai terminé de m’occuper de mes cheveux (oui quand même lol) puis je me suis couchée une petite heure. Ça m’a fait du bien mais je sentais que j’étais quand même encore faible et que mes mains tremblaient encore un peu.

Je suis restée calme et posée puis c’est passé petit à petit.

Ensuite, j’avais très envie de boire de l’eau (même TROP envie) alors j’ai bu 3 ou 4 gorgées bien trop vite et mon corps s’est manifesté (j’avais très soif toute la journée)… J’ai ressenti une forte douleur au niveau de l’estomac mais je savais que c’était idiot de boire si vite surtout en ayant l’estomac vide depuis plusieurs jours.

Dans la soirée, j’avais un peu mal à la tête quand je “bougeais” trop (exemple: pour faire mon lit).

Enfin, rien d’alarmant en ce sixième jour.

Septième et dernier jour — Jeudi 30/06

Réveil à 5h55 (voire même avant mais je savais qu’il était tôt alors j’ai gardé mes yeux fermés). À ma grande surprise (attention à l’annonce incroyable qui va suivre), un peu moins d’une heure plus tard, je suis allée à la selle ! Incroyable mais vrai. Je n’ai absolument rien mangé depuis des jours mais comme quoi, devait y’avoir des déchets à évacuer… Ce n’était pas habituel hein, c’était un petit truc de rien du tout mais bon, je ne vais quand même pas vous en faire une description ! :-)

Vers 8h, je toussais un peu mais ça a duré genre 10 minutes.

En début d’après-midi, j’ai dormi un peu alors je me sentais super bien ensuite. J’avais encore envie d’eau mais je prenais soin de boire lentement. Mon haleine s’est grandement améliorée de même que la sensation de bouche pâteuse.

En ce dernier jour de jeûne, j’ai réalisé que c’est passé super vite ! J’ai réalisé aussi que je me suis habituée à ce rythme et que ça me plaisait bien (je ne plaisante pas) — sauf pour les coups de mou, j’ai quand même besoin d’action.

Conclusion de ce jeûne de 7 jours à l’eau

Pour conclure cette expérience, je suis super fière et contente de l’avoir réalisée avec autant de détermination et de rigueur. Il s’agissait de ma toute première fois et pour être honnête, j’aurai pu continuer encore aussi bien en terme de capacité que de volonté. La raison pour laquelle j’ai préféré rompre mon jeûne après ces 7 jours est toute simple: pour une première fois, c’était quand même déjà pas mal !

Je referai cette expérience avec grand plaisir d’autant plus que j’ai vraiment ressenti que ça me faisait du bien.

Un grand merci à ma famille, mon amie Lise et mon cher Florent qui m’ont soutenue, conseillée et encouragée tout au long de cette expérience ! D’ailleurs, ils pourraient témoigner de ma bonne humeur tout au long de mon jeûne ;-) ! Franchement, j’ai aussi de la chance d’avoir une famille si compréhensive qui m’a laissée vivre mon jeûne en toute tranquillité.

Et comme le dit mon amie Lise: “ c’est tout toi ça, il n’y a que toi pour faire ça; quand tu ne voyages pas, il faut que tu trouves un truc pour casser la routine !” J’adore et elle a raison ! ;-)


Découvrez mon blog et mon projet NotMad si vous êtes branchés voyages, aventure et bonne humeur !