Maker, connecteur ou facilitateur, qui es-tu ?

Lorsque j’ai voulu me lancer plus sérieusement dans le mouvement naturel, le yoga, ou toutes autres activités que je pratique régulièrement, j’ai toujours commencé par lire sur le sujet, beaucoup, mais aussi à chercher un mentor, local. Cela demande beaucoup de veille, et souvent, si personne que l’on connait n’a déjà une base de recherche à partager, on part de zéro et trouver un référent de qualité peut être très long !

Je pense sincèrement que la courbe d’apprentissage d’un sujet explose avec le bon mentor, en relation directe. Heureusement, j’ai la plupart du temps réussi à trouver ces bonnes personnes, ces personnes qui Font.

Ma vision, proposer aux curieux qui veulent explorer de nouveaux horizons des expériences en contact direct avec ces maîtres de leur domaine.

FAIRE. CONSTRUIRE. CREER. Se lancer à fond dans un domaine et le maîtriser.

Lorsque l’on devient maître en général, ce qui est beau c’est que l’on a envie de partager. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est eux. Mais une personne qui fait, ne sait pas forcément comment se connecter à d’autres gens pour partager. Alors souvent il y a des humains infiniment riches en expériences dont personne n’entendra parler, tout simplement parce qu’ils sont en train de pratiquer, est n’ont pas le temps, ou la motivation pour parler de ce qu’il font, pour communiquer sur leur discipline. Une telle richesse, une telle diversité, qui se perd pour toutes les personnes curieuses, je trouve ça profondément dommage. Surtout si l’on considère la curiosité et l’expérience comme moteur mettant en mouvement notre vie d’humain.

Et puis, je me rend compte que je ne fais pas partie de cette catégorie de personne. Je suis trop diversifié, m’intéressant à trop de domaines. Alors oui j’explore plus en profondeur certains, mais c’est surtout rencontrer des mentors qui m’anime, et pratiquer avec eux. Mais aussi pousser ces mentors et leur disciplines à d’autres, les connecter à ceux qui veulent “consommer”, apprendre avec ceux qui veulent partager.

Alors vient l’idée qu’il y a peut être plusieurs grandes catégories de personnes. Ceux qui font, et ceux qui connectent. Et pourquoi pas une troisième, ceux qui arrangent, c’est à dire qui vont résoudre les problématiques du quotidien, faire les comptes, gérer des évènements, etc… Alors là, on a la dream team pour monter un projet et le faire connaître.

Les Makers, les Connecteurs et les Facilitateurs, ou donnez le nom que vous voulez. D’ailleurs, vous voyez d’autres profiles ?

Je suis un connecteur, et je cherche toujours des makers qui veulent partager. J’ai aussi besoin de facilitateurs, alors si vous avez envie de faire avancer des projets avec moi, n’hésitez pas à me contacter.

Ceci est une ouverture participative dans le cadre du projet NextDoor.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.