LANCEMENT OFFICIEL D’UN PROJET DE SENSIBILISATION CONTRE LA MIGRATION IRRÉGULIÈRE

On observe depuis plusieurs années un accroissement du flux migratoire vers l’Europe. La majeure partie de ces migrants fuient la guerre, la famine, la pauvreté, le chômage et se dirigent vers l’Europe dans l’espoir d’avoir de meilleures conditions de vie. En effet, la colonisation qui a affaibli de façon significative le continent africain, a laissé d’importantes séquelles. Comparée à la population européenne, les populations africaines vivent dans des conditions de vie qui laissent souvent à désirer. Les pays africains ont une économie moins forte en raison de la dette européenne qui perdure, telle une épée de Damoclès. Conscients de cette disparité, les populations africaines ont tendance à migrer vers l’Europe afin bénéficier de meilleures conditions de vie parfois par des voies et moyens irréguliers. Pays pauvre très endetté depuis 2011, la Côte d’Ivoire ne s’en démarque pas. Face à cela, et dans l’optique de mettre un terme sinon de réduire l’immigration irrégulière, M. Aly Coulibaly et M. Claus Bernard, respectivement ministre de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’extérieur et ambassadeur d’Allemagne en Côte d’Ivoire, ont lancé officiellement un projet de sensibilisation contre la migration irrégulière le 15 juin 2017 à Abidjan.

Ce projet consiste à mener une campagne de dissuasion des migrants potentiels en les sensibilisant sur les dangers d’une migration irrégulière et notamment sur les opportunités qui s’offrent à eux en Côte d’Ivoire. Selon les statistiques, depuis janvier 2017, les débarquements ne cessent d’augmenter soit une hausse de 40%. On compte également plus de 1600 migrants qui ont péri dans les eaux ou sont portés disparus.

Ainsi, sur un financement de l’Allemagne, l’OIM (Organisation Internationale pour les Migrations) a prévu d’apporter un soutien financier à hauteur de 485 000 euros à la Côte d’Ivoire pour mener à bien cette mission de lutte contre l’immigration irrégulière. Cette somme servira à mettre en place des moyens afin de décourager les jeunes ivoiriens de 17 à 35 ans tentés de migrer de façon irrégulière vers l’Europe. Pour l’heure, la campagne de sensibilisation est concentrée sur 4 zones spécifiques : Abidjan, Bouaké, Korhogo et Daloa.

Marie-Noel Koffi

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Chercheurs RED’s story.