John un taximan pas comme les autres

John est un taximan (Chauffeur de taxi) que nous avons rencontré entre deux embouteillages à Libreville et plutôt bavard, il nous a raconté durant près d’une heure, entre deux chauffards et quelques insultes son histoire.

À 65 ans John vient du sud du Cameroun et il a découvert le Gabon grâce à son beau-frère, mais il a été refouler à la frontière faute de carte de séjour, c’est le début de son amour pour le Gabon.

Ceux qui viennent au Gabon on le cœur dans l’argent

De retour à la frontière, il ne rêve que d’une chose revenir à Libreville tenter sa chance et sans ressources ce n’était pas évident. Il croise des Ouest-africains qui cherchent un passeur « jackpot » mais les gardes-frontières les « cueillent » après quelques jours en cellule et une bonne « bastonnade » il est renvoyé à Yaoundé pour trouver un travail honnête, car comme le dit le chef de poste :

« Au Cameroun, il y a aussi l’argent ».

Il passe un jour à la belle étoile et dans la rue, il croise un ami d’enfance qui lui offre l’hospitalité et lui donne un tuyau pour un boulot à la boulangerie du coin. Il se retrouve à la gare routière à vendre du pain chaud, il peut enfin économiser pour réaliser son rêve : le Gabon.

Il trouve un boulot parallèle oui, il a un permis, il devient livreur de boisson en plus de son job à la boulangerie. Il jongle entre les deux, il se réveille à 4h00 pour aller charger les boissons avec le camion et à 05h00, il est à la boulangerie pour récupérer le pain qu’il va vendre avant de débuter ses livraisons à 11h00 quand il a fini de vendre son stock et entre les deux, ils distribuent des boissons au noir pour arrondir les fins du mois ?

Avec assez d’argent de coter quelques années plus tard, il réalise son rêve par voie légale, il prend l’avion avec son visa et s’installe à Libreville avec assez d’argent pour se prendre un taxi et un logement décent et depuis 35 ans, il est taximan et à construit une maison et un commerce chez lui dans son village au Cameroun et paie les études de ses enfants en Europe. Il a définitivement fait le choix de sa nation, il est gabonais.


Originally published at Agence CW.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.