Anthropocene 2050
Published in

Anthropocene 2050

LE PARLEMENT DES EAUX. PARLER / PARTICIPER / PARLEMENTER

Par Adrian Torres-Astaburuaga

Photo by Sean Geraghty on Unsplash

Introduction

Dans Histoire d’un Ruisseau, paru en 1869, le géographe Élisée Reclus décrit les vicissitudes d’un cours d’eau qui épouse la morphologie des environnements qu’il traverse de sa source jusqu’à la mer. Une image métaphorique qui peut être comprise comme une dénonciation de la manière dont l’Anthropocène se caractérise, au contraire, par la volonté de domination des humains sur les milieux naturels.

Les eaux visibles et invisibles

Nous parlons des eaux visibles et invisibles, du glacier à la mer, et dans tous ses états possibles. Les eaux les plus évidentes, comme celles des fleuves et des rivières, représentent un défi majeur, étant donné leur détérioration croissante, liée au processus d’urbanisation, d’industrialisation, d’extraction et de monoculture agrochimique. Mais comme le décrivait Reclus, cette eau émerge également d’une source, d’un glacier, elle coule à travers des ravins et des vallées, elle forme un bassin versant, elle articule un territoire où se trouvent les environnements urbanisés. Dans quelle mesure notre urbanité participe-t-elle à la logique du ruissellement, s’articule-t-elle comme une ville-vallée ?

Le cycle intégral de l’eau dans le milieu urbain

Ce studio a aussi pour but de contribuer à construire une compréhension holistique, circulaire et interdépendante de toutes les eaux décrites. Commencer à comprendre le cycle intégral de l’Eau en milieu urbain nécessite alors une interconnexion vive entre les départements de gestion des différents types d’eau, qui ne s’occupent habituellement que d’une composante du cycle. La complexité de chacun de ces secteurs, requiert en soit une expertise, qui n’est pas négligeable, mais l’appréhension du cycle urbain de l’eau, et l’orientation des actions menées envers ceci, nous rapproche des notions d’écosystème et de métabolisme urbain et de ville-vallée.

Parler / Participer / Parlementer

Une fois énoncées les premières approches du studio de recherche-création dédiée à l’eau, les thèmes exposés peuvent être abordés séparément : eau potable, gestion de l’eau urbaine, etc. ou bien tenter d’articuler des débats, des plateformes participatives, des rencontres, des tables rondes où les thèmes sont reliés et hybridés (Actions, traversées, terrains, témoignages, workshop, présentations, séminaires, journées, analyse prospective de projets urbains, éditorialisation, etc.).

PARLER:

Atelier d’échange pour parler des eaux, développé en n séances. Cet atelier aborde de manière plus poétique et subjective la question des eaux, en utilisant l’écriture, l’écoute, les formes audiovisuelles (documentaire audiovisuel plus ou moins artistique/scientifique),

PARTICIPER

Cette entrée conceptuelle veut expérimenter l’engagement des citoyens dans la participation à la gestion publique (et privée) des eaux conçues comme bien commun. Quels sont les usages de l’eau au quotidien, quelles sont les problématiques et controverses liées à la gestion des eaux. Il s’agit ici de mettre en place un programme d’activités, en collaboration avec le Grand Lyon.

PARLEMENTER

Ce troisième apport thématique ou conceptuel est l’objectif final du processus. Il s’agit d’essayer de mettre en place une assemblée ad hoc, dédiée à débattre des questions relatives aux usages de l’eau, de toutes les eaux, visibles et invisibles, afin de tendre vers une gouvernance participative de ce bien commun urbain.

--

--

Archives: https://medium.com/anthropocene2050/archive

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store
École Urbaine de Lyon

L’École Urbaine de Lyon (EUL) est un programme scientifique « Institut Convergences » créé en juin 2017 dans le cadre du Plan d’Investissement d’Avenir.