Lectures urbaines anthropocènes 2019

berenice gagne
Dec 13, 2019 · 11 min read

Quelques idées cadeaux pour la fin d’année !

AGRICULTURE

Stéphane FOUCART, Et le monde devint silencieux (Seuil, 2019).

Jean-Noël JOUZEL, Pesticides. Comment ignorer ce que l’on sait (Presses de Sciences Po, 2019).

ARTS

Paul ARDENNE, Un art écologique. Création plasticienne et anthropocène (La Muette, éd. Le Bord de l’Eau, 2018).

Samuel BOLLENDORFF, Contaminations (E/P/A, Greenpeace, 2019).

Mario DEL CURTO, Humanité végétale (Actes Sud, 2019).

Antoine HERSCHER, Dernier acte, textes de Baudoin Lebon (Actes Sud, 2019).

Thomas LEMUT, Arbres de guerre (Riveneuve, 2019).

Guillaume LOGE, Renaissance sauvage. L’art de l’anthropocène (PUF, 2019). Un ouvrage politique et philosophique, mais également un livre d’histoire de l’art et d’histoire des sciences qui appelle à une Renaissance sauvage, une nouvelle alliance du vivant, du politique et du cosmique, où l’humain ne domine plus le monde. Cette “perspective symbiotique” rompt avec les illusions progressistes de la géo-ingénierie et du transhumanisme, faux-nez d’un renouveau capitaliste.

Alex MAC LEAN, Impact (La Découverte, 2019).

BD — ROMANS GRAPHIQUES

François BEAUNE, Fabrice TURRIER, Dans ma zup (Nouvel Attila, 2019).

Ugo BIENVENU, Préférence Système (Denoël Graphic, 2019).

Robin COUSIN, Des milliards de miroirs (Flblb, 2019).

Ludovic DEBEURME, Epiphania, Tome 3 (Casterman, 2019). Le 3ème et dernier volet de la BD qui donne corps à l’hypothèse Gaïa : la Terre, menacée par l’espèce humaine, donne naissance à ses propres enfants : les «Epiphanians», mi-humains mi-animaux .

Frédéric DENHEZ et RED!, Alors, ça roule ? Idées reçues sur les transports (éditions Delachaux et Niestlé, 2019).

Bruno ISNARDON, Eva ROUSSEL, Tout va bien (La Relève et La Peste, 2019).

Frederik PEETERS, Saccage (Hors collection, 2019).

Cédric TALING, Thoreau et moi (Rue de l’échiquier, 2019).

ECONOMIE

Michel AGLIETTA (dir), Capitalisme, le temps des ruptures (Odile Jacob, 2019).

Kate ARONOFF, Alyssa BATTISTONI, Daniel ALDANA COHEN, Thea RIOFRANCOS, A Planet to Win: Why We Need a Green New Deal (Verso Books, 2019).

Christian DE PERTHUIS, Le tic-tac de l’horloge climatique (De Boeck supérieur, 2019).

Pierre DOCKES, Le Capitalisme et ses rythmes, quatre siècles en perspective. Tome II : Splendeurs et misère de la croissance (Classiques Garnier, 2019).

Romaric GODIN, La guerre sociale en France, Aux sources économiques de la démocratie autoritaire (La Découverte, 2019).

Naomi KLEIN, Plan B pour la planète. Le New Deal vert (Actes Sud,2019). Une compilation d’écrits qui propose de s’attaquer à la racine des problèmes en reconnaissant le lien inextricable entre le dérèglement climatique et les inégalités sociales et raciales. Naomi Klein défend l’adoption d’un New Deal vert pour éviter le risque d’une «barbarie climatique» : il s’agit d’investir massivement dans les services publics, les énergies renouvelables et la création d’emplois climatiques.

Eloi LAURENT, Sortir de la croissance: Mode d’emploi (Les Liens qui Libèrent, 2019).

Branko MILANOVIC, Capitalism, Alone: The Future of the System That Rules the World (Belknap, 2019).

Thomas PIKETTY, Capital et idéologie (Seuil, 2019).

Ann PETTIFOR, The Case for the Green New Deal (Verso Books, 2019).

Jeremy RIFKIN, Le New Deal vert mondial (Les Liens qui libèrent, 2019).

George SOROS, In Defense of Open Society (PublicAffairs, 2019).

Joseph E. STIGLITZ, Peuple, pouvoir & profits (Les liens qui libèrent, 2019).

Joseph E. STIGLITZ, Jean-Paul FITOUSSI, Martine DURAND, Measuring What Counts: The Global Movement for Well-Being (The New Press, 2019).

ENJEUX POST & DECOLONIAUX

Rokhaya DIALLO, La France tu l’aimes ou tu la fermes ? (Textuel, 2019).

Malcom FERDINAND, Une écologie décoloniale. Penser l’écologie depuis le monde caribéen (Seuil, collection Anthropocène, 2019). Penser l’écologie depuis le monde caribéen, c’est penser à partir d’une région où impérialismes, esclavagismes et destructions de paysages ont écrit l’histoire violente des relations entre Européens, Amérindiens et Africains. Le philosophe invite à construire un « habiter ensemble », pétri de justice et de rencontres entre humains mais aussi avec les non-humains.

Achille MBEMBE, Felwine SARR, Politique des temps. Essai sur les devenirs africains (Philippe Rey, Jimsaan, 2019).

Jalila SBAI, La politique musulmane de la France. Un projet chrétien pour l’islam ? 1911–1954 (CNRS éditions, 2019).

Françoise VERGES, Un féminisme décolonial (La Fabrique éditions, 2019).

Sarah D. WALD, David J. VAZQUEZ, Priscilla SOLIS YBARRA, Sarah JAQUETTE RAY, Latinx Environmentalisms: Place, Justice, and the Decolonial (Temple University Press, 2019).

GEOGRAPHIE

Alexandra ARENES, Axelle GREGOIRE, Frédérique AIT-TOUATI, Terra Forma (B42, 2019).

Sarah DRY, Waters of the World: The Story of the Scientists Who Unravelled the Mysteries of our Seas, Glaciers, and Atmosphere — and Made the Planet Whole (Scribe UK, 2019).

Travis ELBOROUGH and Martin BROWN, Atlas of Vanishing Places (White Lion, 2019).

RELIEFS, N°9 FLEUVES, N°10 LACS (Reliefs éditions, 2019). La revue semestrielle de géographie dédiée à la nature, à l’aventure et à l’exploration a choisi le thème de l’eau pour l’année 2019. Elle invite des auteurs et autrices issu.es de la recherche, de la littérature et de la photographie à nous raconter les mondes d’hier et de demain dans un esprit de curiosité permanent.

GEOPOLITIQUE — POLITIQUE

Isabelle ATTARD, Comment je suis devenue anarchiste (éditions Le Seuil-Reporterre, 2019).

David DJAIZ, Slow Démocratie. Comment maîtriser la mondialisation et reprendre notre destin en main (Allary Éditions, 2019).

François GEMENNE, Aleksandar RANKOVIC et l’Atelier de cartographie de Sciences Po, Atlas de l’anthropocène (Presses de Sciences Po, 2019). Un ouvrage qui multiplie les points de vue et mobilise les sciences sociales et expérimentales pour montrer le caractère systémique des problèmes environnementaux qui surgissent de manière éparse. Il connecte les questions de réchauffement climatique, de chute de la biodiversité ou encore de pollution avec leurs conséquences sociales et politiques.

Duncan KELLY, Politics and the Anthropocene (Polity Press, 2019).

Mikaa MERED, Les Mondes polaires (PUF, 2019).

Laurence MOREL, La question du référendum (Presses de Sciences Po).

Edouard MORENA, Dunja KRAUSE, Dimitris STEVIS (ed.), Just Transitions. Social Justice in the Shift Towards a Low-Carbon World (Pluto Press, 2019).

Jedediah PURDY, This Land Is Our Land: The Struggle for a New Commonwealth (Princeton University Press, 2019).

Guillaume SAINTENY, Le climat qui cache la forêt. Comment la question climatique occulte les problèmes d’environnement (Rue de l’Echiquier, coll. L’écopoche, 2019).

Marin SCHAFFNER, Un sol commun. Lutter, habiter, penser (Éd. Wildproject, 2019).

James C. SCOTT, Homo domesticus. Une histoire profonde des premiers Etats (La Découverte, 2019).

Luc SEMAL, Face à l’effondrement, militer à l’ombre des catastrophes (PUF, 2019).

Vandana SHIVA, 1% Reprendre le pouvoir face à la toute-puissance des riches (Rue de l’échiquier, 2019).

Edwin ZACCAI, Deux degrés: Les sociétés face au changement climatique (Les Presses de Sciences Po, 2019).

HISTOIRE

Philippe ARTIERES, Le dossier sauvage (Verticales, 2019).

Romain BERTRAND (dir), L’Exploration du monde. Une autre histoire des Grandes Découvertes (Seuil, 2019).

Romain Bertrand, Le détail du monde. L’art perdu de la description de la nature (Seuil, 2019). Une enquête à la recherche d’un lexique perdu ou comment parler la langue de la nature. L’ouvrage ravive cet «antique savoir des surfaces» qui mêle pratiques naturalistes, arts et littérature pour dire le paysage, en prêtant une même attention à tout ce qui le compose : humain et non-humain mais aussi végétal et minéral.

Marion FONTAINE, Xavier VIGNA, « La désindustrialisation, une histoire en cours », in 20&21 revue d’histoire, n°144, oct-déc. 2019 (Presses de Sciences Po).

Christian GRATALOUP, Atlas historique mondial (Les Arènes/L’Histoire, 2019).

HUMAIN NON-HUMAIN

Iwan ASNAWI, L’esprit de la jungle (PUF, collection Nouvelles Terres, 2019).

Gaspard D’ALLENS, Main basse sur nos forêts (Éd. Seuil/Reporterre, 2019). Une enquête sur l’industrialisation des forêts en France : la logique productiviste qui a ravagé l’agriculture s’y applique à présent. L’ouvrage rend également compte des initiatives pour inverser la destruction en cours : bûcherons, forestiers, zadistes qui promeuvent une alternative vivante pour réconcilier les humains et les arbres.

Philippe DESCOLA, Une écologie des relations (CNRS éditions, 2019). Un texte didactique qui restitue les grandes étapes du parcours de l’anthropologue Philippe Descola qui, à la lumière de son expérience en Amazonie, déconstruit le clivage occidental entre nature et culture pour recomposer une « écologie des relations » entre humains et non-humains.

Dominique GUILLO, Les Fondements oubliés de la culture. Une approche écologique (Seuil, 2019).

Richard LOUV, Our Wild Calling: How Connecting With Animals Can Transform Our Lives — and Save Theirs (Algonquin Books, 2019).

JEUNESSE

Jérôme LEROY, Lou après tout : La Communauté (Syros, 2019).

Marie LESCROART, Nicolas GOUNY, Je jardine les pieds sur terre (éditions du Ricochet, 2019).

Vincent VILLEMINOT, Nous sommes l’étincelle (Pocket Jeunesse, 2019).

LITTERATURE

Camille AMMOUN, Ougarit (Inculte, 2019).

Margaret ATWOOD, The Testaments (Chatto, 2019, traduction française chez Robert Laffont).

Maylis de Kerangal, Kiruna (La Contre allée, 2019). Une exploration littéraire dans les profondeurs techniques, mythiques et humaines de Kiruna, en Laponie suédoise, où se trouve la plus grande mine de fer du monde. Kiruna, cette ville qui va être entièrement déplacée de quelques kilomètres avec tous ses habitants car elle a commencé à s’effondrer. Un déplacement avant l’abandon du filon épuisé.

Matthieu Duperrex, Voyage en sols incertains (Wildproject, 2019). Une enquête autour des paysages contemporains des deltas du Rhône et du Mississippi, ces territoires hybrides et emblématiques, aux enjeux écologiques, historiques, industriels, sociologiques et politiques. Une série de 31 récits placés sous le signe d’espèces animales et végétales où les vivants s’entrelacent. (Existe également en version numérique augmentée de photos et vidéos publiée par La Marelle).

Nassira EL MOADEM, Les filles de Romorantin (L’iconoclaste, 2019).

Jean-Paul ENGELIBERT, Fabuler la fin du monde. La puissance critique des fictions d’apocalypse (La Découverte, 2019).

Amitav GHOSH, Gun Island (John Murray, 2019).

Amy HASSINGER, La crue (Rue de l’échiquier, 2019).

Lieke MARSMAN, Le contraire d’une personne (Rue de l’échiquier, 2019).

Nastassja MARTIN, Croire aux fauves (Verticales, 2019). Une rencontre violente entre une anthropologue, spécialiste de l’animisme, et un ours dans les montagnes du Kamtchatka. La rencontre, qui aurait pu être fatale, avec cette figure centrale des mythologies locales ouvre l’autrice à un autre monde, métamorphose son regard sur la relation entre humain et non-humain.

Nicolas MICHELIN, Amer et autres contes (Les Productions du Effa, 2019).

Guido MINA DI SOSPIRO, Mémoires d’un arbre (Hugo New Life, 2019).

Richard POWERS, L’Arbre Monde (Le Cherche-Midi, 2018 et 10/18, 2019).

Richard POWERS, The Overstory (W.W. Norton & Company, 2019).

Luis SEPULVEDA, Histoire d’une baleine blanche (Métailié, 2019).

Rivers SOLOMON, L’incivilité des fantômes (traduction, Aux forges de Vulcain, 2019).

NUMERIQUE

Michel DESMURGET, La Fabrique du crétin digital. Les dangers des écrans pour nos enfants (Seuil, 2019).

James LOVELOCK, Novacene: The Coming Age of Hyperintelligence (MIT Press, 2019).

Eric VIDALENC, Pour une écologie numérique (Editions Les Petits Matins, 2019). Une illustration de l’ambivalence du numérique : à la fois un atout et un frein de la transition écologique. L’ouvrage invite à remettre le numérique à sa place en prônant la «sobriété numérique» qui revient à éliminer le numérique des espaces où il est inutile, transformant ainsi les usages et les politiques.

PHILOSOPHIE

Dominique BOURG, Le marché contre l’humanité (PUF, 2019). Un état des lieux de notre démocratie face à l’émergence de groupes transnationaux surpuissants et aux enjeux écologiques. Un appel à l’écologisation de la démocratie et à l’unité du vivant pour sauver nos libertés politiques, à commencer par la liberté de continuer à vivre sur une planète habitable.

Vinciane DESPRET, Habiter en oiseau (Actes Sud, Mondes sauvages, 2019).

Cynthia FLEURY, Le soin est un humanisme (Gallimard, Tracts, 2019).

Émilie HACHE, Ce à quoi nous tenons. Propositions pour une écologie pragmatique (La Découverte, 2019).

Ludger SCHWARTE, Philosophie de l’architecture (La Découverte, 2019).

Joëlle ZASK, Quand la forêt brûle. Penser la nouvelle catastrophe écologique (Premier Parallèle, 2019). Bienvenue dans le Pyrocène ! La philosophe s’empare de l’objet « mégafeu » pour penser la catastrophe écologique. Symptôme d’une société malade, les mégafeux illustrent l’impasse de notre rapport à la nature : une nature à la fois idéalisée, sanctuarisée et que l’on veut dominer jusqu’à la détruire.

PLANETE

Holly Jean BUCK, After Geoengineering: Climate Tragedy, Repair, and Restoration (Verso, 2019).

Kregg HETHERINGTON (ed.), Infrastructure, Environment, and Life in the Anthropocene (Duke University Press, 2019). Un ouvrage collectif qui explore des lieux de l’Anthropocène où les éléments naturels et construits sont devenus inextricables (des digues construites en huîtres, des rivières souterraines creusées par des tuyaux qui fuient, des quartiers partiellement submergés par la marée montante etc.). Ces situations illustrent le défi de l’Anthropocène : il désarçonne notre compréhension socio-scientifique de la planète et interroge notre manière d’imaginer l’avenir.

David WALLACE-WELLS, La Terre inhabitable — Vivre avec 4°C de plus (Robert Laffont, 2019).

SOCIETE

Philippe BIHOUIX, Le bonheur était pour demain. Les rêveries d’un ingénieur solitaire (Seuil, 2019).

Julien DOSSIER, Renaissance écologique. 24 chantiers pour le monde de demain (Actes Sud, 2019).

Christian GOLLIER, Le climat après la fin du mois (PUF, 2019).

Valérie GUILLARD (dir.), Du gaspillage à la sobriété. Avoir moins et vivre mieux ? (Éditions De Boeck, 2019).

Razmig KEUCHEYAN, Les besoins artificiels. Comment sortir du consumérisme (Zone, La Découverte, 2019).

Michel LALLEMENT, Un désir d’égalité : vivre et travailler dans des communautés utopiques (Seuil, 2019).

Adam MINTER, Secondhand: Travels in the New Global Garage Sale (Bloomsbury, 2019).

Jonathan SAFRAN FOER, L’Avenir de la planète commence dans notre assiette (L’Olivier, 2019).

Efrén SANDOVAL-HERNANDEZ, Martin ROSENFELD, Michel PERALDI, La fripe du Nord au Sud. Production globale, commerce transfrontalier et marchés informels de vêtements usagés (PETRA, 2019).

Julien VIDAL, Ça va changer avec vous (First, 2019).

Laetitia VITAUD, Du labeur à l’ouvrage (Calmann-Levy, 2019).

URBAIN

Samuel CHALLEAT, Sauver la nuit (Premier Parallèle, 2019).

François CHIRON, Audrey MURATET, Manuel d’écologie urbaine (Les presses du réel, collection Al Dante, 2019). Ouvrage de deux écologues et un photographe, ce manuel propose un état de l’art du fonctionnement de la nature en milieu urbain. Il souligne les dimensions sociologiques, urbanistiques et politiques du lien entre le vivant et la ville.

Benoit COQUARD, Ceux qui restent. Faire sa vie dans les campagnes en déclin (La Découverte,2019).

Matthew DESMOND, Avis d’expulsion. Enquête sur l’exploitation de la pauvreté urbaine (Evicted. Poverty and Profit in the American City), traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Paulin Dardel (Lux, 2019).

Mickaël LABBE, Reprendre place. Contre l’architecture du mépris (Payot, 2019).

Marlène LEROUX, Terres chinoises. Mutations et défis urbains en milieu rural de (MétisPresses, 2019).

Olivier RAZEMON, Comment la France a tué ses villes (Rue de l’Echiquier, coll. L’écopoche, 2019).

Richard SENNETT, Bâtir et habiter : pour une éthique de la ville (Albin Michel, 2019). Une analyse de la relation entre la ville — ce lieu construit — et la manière dont nous l’habitons. Ce lien plaide pour une éthique de la ville qui concilie justice et mixité et tient en un mot : l’ouverture ; à la fois, celle du bâti et celle des habitants.

Vaclav SMIL, Growth: From Microorganisms to Megacities (MIT Press, 2019).

Anthropocene 2050

Un blog de recherche de l’Ecole Urbaine de Lyon pour réfléchir sur la dimension urbaine de l’Anthropocène. // A Lyon Urban School’s research blog to reflect on the urban dimension of the Anthropocene.

berenice gagne

Written by

Anthropocene 2050

Un blog de recherche de l’Ecole Urbaine de Lyon pour réfléchir sur la dimension urbaine de l’Anthropocène. // A Lyon Urban School’s research blog to reflect on the urban dimension of the Anthropocene.

More From Medium

More on Anthropocene from Anthropocene 2050

More on Anthropocene from Anthropocene 2050

More on Anthropocene from Anthropocene 2050

La lumière à l’heure de l’Anthropocène

More on Anthropocene from Anthropocene 2050

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade