3 bonnes raisons de renoncer définitivement au paiement par chèque

Designed by Louis Mornaud

Si l’on s’en réfère aux chiffres publiés par la Banque de France en 2017, le chèque ne représente plus que 2,3 milliards de transactions et 1 173 milliards d’euros par an. Le chèque reste majoritairement utilisé pour des paiements d’un montant moyen de 507 euros. En Europe, la France reste de loin le pays qui utilise le plus le chèque, avec 69,4 % du nombre de chèques émis dans l’Union européenne, loin devant le Royaume-Uni (17,3 %) et l’Italie (6,4 %). Et pourtant, le chèque est un moyen de paiement en voie d’extinction pour plusieurs raisons :

Raison N°1 : Trop de contraintes !

Déposer un chèque sur votre compte, cela prend du temps ! Renseigner le bordereau de remise de chèque, endosser le chèque, numériser le bordereau de remise pour conserver une trace comptable, vous rendre à la banque… En résumé le chèque, c’est fastidieux !

Raison N°2 : Une sécurité limitée

Si vous êtes commerçant, indépendant ou même en tant que particulier, le chèque présente pour inconvénient majeur de ne pas offrir de garantie que la somme soit effectivement créditée sur votre compte. En fait, lorsque vous déposez un chèque sur votre compte, même s’il apparaît comme crédité dans les 48 à 72 heures, il peut très bien disparaître dans les 2 à 3 semaines qui suivent, si l’émetteur du règlement ne disposait pas de la provision nécessaire et suffisante…

Raison N°3 : Le chèque n’est pas écoresponsable

Chaque année des millions de chèques sont mis en circulation… Autant de papier consommé pour un document dont la durée de vie est limitée, représente un gâchis considérable. Ajoutez à cela le coût en CO² pour vous faire parvenir vos chéquiers, pour détruire les chèques traités, pour les déplacer d’un centre traitement à un autre et vous renoncerez sans peine au chèque !