Corinne C, Devenir propriétaire

Directrice d’établissement, célibataire , citadine, locataire de son appartement, elle souhaite devenir propriétaire pour ne plus payer un loyer à fond perdu, mais elle n’a pas les moyens d’acheter où elle souhaite car elle n’a pas l’apport suffisant.

Son projet se réalisera quand même…

Désespérée après plusieurs mois de recherche, 
Corinne ne trouve pas l’appartement dans le quartier qu’elle souhaite 
et pas question pour elle de changer de quartier, 
à la limite l’arrondissement d’à coté mais pas plus loin.

Résultat : 
Il lui fallait 2 fois plus que son loyer, en remboursement d’emprunt.
Autrement il fallait qu’elle se loge dans 2 fois plus petit et là non plus ce n’était pas possible

Après l’analyse de la situation, elle a pris conscience que dans l’état actuel elle ne pouvait pas réaliser son projet.

Par ailleurs, la triste réalité que la mensualité de ces impôts allait bientôt dépasser le montant de son loyer et cela devenait inacceptable aussi.

La stratégie a donc été la suivante :

En investissant dans un bien immobilier neuf, en bénéficiant du dispositif Pinel, elle va pouvoir d’une part commencer à se constituer du patrimoine immobilier et d’autre part agir sur sa fiscalité.

Le remboursement de son crédit se fera:
 à 50% par le loyer qu’elle percevra d’un locataire
 à 30% par la réutilisation de ces impôts
et elle n’interviendra qu’à hauteur de 300€/mois pour équilibrer le tout.

A la fin de l’engagement de location, au bout de 9 ans dans le cas d’une revente de son appartement, elle se sera créé un capital suffisant pour lui permettre d’avoir un apport conséquent pour enfin acheter sa résidence principale avec des échéances équivalentes à un loyer.

Mais qui sait, d’ici là Corinne ne sera peut être plus célibataire, 
elle aura quand même investi dans l’immobilier, 
bénéficié des conditions de financement avantageuses, 
agit sur sa fiscalité et quoi qu’elle en fasse, 
elle aura su créer un capital de 80 000€ qui lui servira toujours.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Atlive’s story.