L'homme au double visage

Qui n'a jamais rêvé de ne pas vieillir ? Mettre fin à la chute du corps au moment où il est le plus resplendissant. La beauté merveilleuse s'inscrit dans la longévité. Jamais les rides ne fendent le visage, jamais le temps ne teint les cheveux d'une couleur grisonnante. La beauté éternelle pour une jeunesse intarissable. Le rêve irréalisable de Dorian Gray se concrétise. Le portrait révèle le secret d'une jeunesse bien cachée.

La beauté de cette personne est telle qu'elle inspire un artiste. Basil Hallward, peintre, créé une représentation de Dorian à la perfection. Mais la beauté de l'œuvre émeut le jeune homme qui pense à cet instant précis que le tableau sera toujours plus beau que lui : “Comme c'est triste! Je vais devenir vieux, horrible, effrayant. Mais ce tableau restera éternellement jeune”, s'exclame Dorian Gray en contemplant son portrait. Lorsqu’il exprime le désir ardent de conserver les traits de sa jeunesse jusqu’à la fin de sa vie, il est plongé dans l’innocente vertu de l’aube de sa vie.

Une jeunesse éternelle

Il finit par désirer une beauté éternelle : “Il n’aura jamais [le tableau] un jour de plus qu’en cette journée de juin… Si seulement ce pouvait être le contraire ! Si c’était moi qui restais toujours jeune, et que le portrait, lui vieillît ! Pour obtenir cela, pour l’obtenir je donnerai tout ce que j’ai ! Oui, il n’y a rien au monde que je refuserais de donner ! Je donnerais mon âme pour l’obtenir !”

Soudain son rêve se réalise. A trente huit ans, il conserve un visage innocent d'adolescent. Aucun événement de vie ne laisse son empreinte sur son doux visage : “Les étés se succédaient, les jonquilles jaunes fleurissaient et se fanaient bien des fois, les nuits d'horreur redisaient l'histoire de leur infamie, mais lui restait inchangé. Nul hiver n'abîmait son visage ni ne flétrissait son teint de fleur.”

Le secret de l'art

Cette beauté navrante pour ceux qui vieillissent autour de lui et ne le voient pas bouger d’une ride, n’imaginent pas ce qui se cache derrière ce visage de jeune adulte qui masque la réalité.

Le portrait de Dorian Gray ressemble à tel point à la réalité du visage qu’il devient la représentation de son âme. Son visage ne se transforme pas, laisse croire que la beauté est l'élégance et que l'horreur est infamie. Mais l'horreur de ses actes est bien présente sur son portrait. Ainsi nul être ne doute de la gentillesse de Dorian qui commet les pires atrocités vêtu d'un gant de soie. Tous les mauvais agissements du modèle modifient le visage du portrait. Ainsi “Quand le sang se serait retiré de ce visage pour n’y laisser qu’un masque de craie blafard aux yeux de plomb, lui-même conserverait tout le charme de l’adolescence. Pas une seule des fleurs de sa beauté ne se fanerait jamais.”

Abusant de tous les plaisirs charnels de la vie, il en devient lui-même abusé puis se lasse de sa quotidienneté. Car si la beauté est mensonge, l'art peint la réalité. L'horreur des actes commis par le personnage principal déforme peu à peu le visage et corrompt les mains. L'art reste fidèle à ce qu'il représente : l'aspect physique du modèle mais également son âme.

Le beau et le laid

Dans ce monde où l’argent coule à flots, la beauté est associée à la pureté tandis que la méchanceté est liée à la laideur. Ainsi tous les êtres deviennent mauvais en vieillissant puisque personne ne réussit à échapper à cette dégradation physique qui va de mal en pis. Concernant Dorian, nulle dégradation s’affiche sur son visage. Ainsi, la vieillesse ne venge pas les péchés de Dorian. La peinture quant à elle présente la véritable valeur de son âme: l’œil de plomb, la main ensanglantée, le visage défait, impossible de reconnaître le modèle…

“Impossible que ces doigts aux formes si délicates eussent jamais pu saisir un couteau dans une intention pécheresse, que ces lèvres souriantes eussent jamais pu insulter Dieu et le bien.” Ainsi la vie de l’âme et la vie du corps sont distinctes chez Dorian Gray. Il admire cette vie du corps, cette beauté qui s’affiche dans les soirées mondaines, puis soudain le poids de l’âme semble lui peser après avoir usé de tous les plaisirs de la vie. Car le tableau lui montre en pleine face toutes les horreurs qu’il a commises. Et jamais rien ne pourra la laver, les traces de sang sont incrustées dans la teinte du tableau. L’âme est brisée et son poids devenu insupportable…