☕️ Se préparer à l’entretien d’embauche

Tu peux te préparer à toutes les questions du monde, si tu ne t’es pas préparé mentalement, tu peux paniquer, avoir un blanc ou bredouiller,…

Faisons déjà le point sur quelques inquiétudes que tu peux avoir…

Je ne connais pas ce langage/cette techno.

Et rappelle-toi que ça t’est déjà arrivé durant ta formation BeCode. On t’a attribué des projets avec des consignes et une deadline et tu t’en es sorti. En stage, sois une solution. Si c’est un reproche qu’un employeur te fait, tu peux tout à fait lui expliquer ou lui rappeler le concept de BeCode qui est d’apprendre au travers de projets. Tu sais que tu sais résoudre des problèmes, tu l’as fait pendant 7 mois.
Au final, la question qui serait plus pertinente, ce n’est pas de savoir si tu connais ou non un langage ou une technologie mais si tu penses que le projet de l’employeur est intéressant, pédagogiquement pertinent pour toi et si l’ambiance de travail te correspond.

Je ne maîtrise réellement rien.

Et je vais te confier un secret : c’est le cas de tout le monde. Personne ne maîtrise réellement quelque chose. Même les experts peuvent se tromper. Et en même temps, si tu es face à un employeur honnête, jamais on ne te demandera d’être un expert. Encore moins dans le cadre d’un stage. Si un employeur a besoin d’un expert, il cherche un employé ou un freelance mais pas un stagiaire. Soyons sérieux deux instants.

Les employeurs cherchent des gens qui savent, pas des gens qui apprennent

  1. Ces employeurs ne sont pas honnêtes. Un stage, c’est pour apprendre, pour acquérir de l’expérience, pas pour exploiter de la main d’oeuvre. Un travail mérite un salaire.
  2. Quelque part, tu sais déjà. Mais effectivement les employeurs ne se rendent pas encore compte que les apprenants de BeCode sortent de la formation avec 6 mois d’expérience sur le terrain.

Un stage, c’est sérieux, c’est plus de la rigolade.

Le savais-tu ? En suivant la formation BeCode, tu as signé un contrat de stage. Tu es donc déjà stagiaire. 
Peut-être as-tu même eu l’opportunité de travailler sur un projet pour un client. 
Dans tous les cas, tu as travaillé pour tes coachs en suivant des briefings, en prenant en charge des projets et en les réalisant seul(e) ou en groupe, avec une deadline et des impératifs à remplir. Tu as dû rendre des comptes, tu as reçu des feedbacks, on t’a demandé d’améliorer tes projets.
Chez BeCode, tu étais à la fois apprenant et stagiaire. Tu as appris autant que tu as travaillé. C’est pour ça qu’en face d’un employeur, tu peux dire honnêtement que tu as de l’expérience, que tu n’as pas peur d’apprendre une nouvelle techno en travaillant sur un nouveau projet parce que c’est comme ça que tu as appris ce que tu sais aujourd’hui.

Et si je stresse ?

Les bons trucs et astuces pour diminuer son stress, c’est :

  • respirer : parce que ça détend, que ça oxygène ton cerveau, que ça te permet de gagner du temps. On dit souvent que quand on respire profondément, ça donne l’impression que le temps ralentit autour de soi.
  • faire des pauses : quand on te pose une question difficile, affiche sur ton visage une expression pour montrer à ton interlocuteur que tu réfléchis et prends ton temps pour répondre. Ne serait-ce que pour appliquer le premier conseil, te détendre et reprendre le contrôle de ta pensée.
    Si tu sens que tu prends trop de temps, tu peux éventuellement dire “je cherche les mots exacts pour répondre”. Même si tu dis un truc banal derrière, au moins tu auras pris du temps pour mieux répondre que si tu avais été pris de panique.

Les questions techniques ?

L’employeur peut choisir de te poser des questions techniques ou même de te soumettre à un test technique. Rappelle toi de bien respirer pour éviter de stresser et fais de ton mieux. C’est pas grave si tu ne sais pas. 
D’ailleurs, c’est plus intéressant si tu démontres que tu as compris comment il faudrait faire plutôt que si tu sais quoi faire sans savoir pourquoi. Dans ce cas-là, montre que tu as compris la logique de l’exercice.

Et si je ne suis pas à la hauteur ?

Prends ce conseil de la part d’un être humain d’1m58 qui n’arrive jamais à attraper les bouteilles de citron dans les magasins : c’est pas grave.

C’est pas grave parce que comme pour les lettres de motivation et les CV, il n’y a pas d’entretiens parfaits. Chacun a sa personnalité, sa façon de s’exprimer, on ne peut clairement pas plaire à tout le monde. N’importe qui peut se faire recaler, même les candidats qui semblent irréprochables. Le plus important, c’est d’essayer. Chaque “non” te rapproche d’un “oui” ! À force d’essayer, on se rend compte des erreurs qu’on fait, on pense à une autre manière de tourner certaines phrases autrement. C’est aussi un entraînement en soi.

L’entretien de l’employeur

Rappelle-toi que tu es un être humain et que tu n’es pas parfait. Au même titre que les êtres humains qui te reçoivent en entretien sont également des êtres humains et ne sont pas parfaits. Même eux peuvent se planter. Car l’employeur te fait passer un entretien pour savoir si tu conviens à ses attentes mais tu vas également à l’entretien pour savoir si les propositions, les projets, et même l’attitude de l’employeur te conviennent. Tu peux dire “non” à un employeur qui souhaite te recruter.

Je te conseille d’aller à l’entretien avec une série de questions. Ça peut aller des technos qu’ils utilisent, des méthodologies de travail utilisées en interne, à s’ils organisent des teambuildings. Personnellement, si un employeur me plaît, je lui demande plus de détails sur l’organisation des repas. Y a-t-il une cuisine avec un frigo, une table où manger tous ensemble ? Est-ce que vous mangez ensemble ? J’espère montrer à l’employeur que je me vois déjà dans l’équipe et ça me permet de sonder si l’équipe est soudée et conviviale ou si chacun fait sa vie dans son coin.

TL;DR

En gros, respire, prends ton temps et réfléchis avant de parler. Et n’oublie pas que tu passes un entretien mais tu fais aussi passer un entretien à l’employeur.