👨‍💻 Les aventures d’un coach BeCode, partie 1 : la formation de formateur

Ce post est la suite du précédent (haha).

Juillet / Août 2018

On est en juillet 2018. Après une rencontre sympa avec Cédric, et un échange de mails, on décide de voir si je matche avec le projet, via une petite journée en classe, en mode observation/immersion (comme les sous-marins, mais sans la flotte, et c’est dommage, parce qu’il faisait vachement chaud).

Me voilà donc à Bruxelles pour rencontrer les élèves et les formateurs de la promotion Johnson, …

La journee c’est bien passée, je suis dans mon element, le courant passe bien, blablabla, c’est décidé, je vais devenir formateur chez BeCode.

De plus, mon rôle sera double : je serai à la fois formateur mais aussi campus manager – à moi de m’assurer que BeCode s’intègre bien dans son environnement Liégeois : logistique, relationnel… plein de chouettes perspectives.

Mais avant ça, je vais passer une petite semaine à Paris, début septembre, dans la maison-mère (Simplon), pour une formation à la méthodologie interne.

Je vous cache pas qu’avant ça, j’ai lu à peu près tout ce qui était public sur Simplon et BeCode, et ça n’a fait que renforcé mon envie d’en être.

À vrai dire, la seule vraie appréhension avant cette formation à Paris, c’est de me séparer de mon épouse et mon fils de 2 ans pendant une semaine : je suis un papa-poule, un vrai, et depuis une naissance qu’on peut qualifier de mouvementée, je ne me suis jamais séparé d’eux.

DĂ©but Septembre 2018

Ahhh, Paris… sa Tour Eiffel, son Arc de Triomphe, sa butte Montmartre… rien qu’on ait vu en ce début du mois de septembre lors de la formation Simplon, et pour cause, nous étions à Montreuil. Un quartier qui m’a étonné par son ambiance et son accueil (sans compter qu’en se perdant hors des rues principales, on tombe sur des trucs franchement sympas).

Mais bref, l’objectif de cette semaine à Paris, c’était la «formation de formateur» chez Simplon. J’y allais avec beaucoup d’appréhension : d’une part, le sujet est vaste, et une semaine me semblait court, et surtout j’avais peur de tomber sur une formation un peu ronflante, avec des formateurs rigides qui parlent pendant des heures.

Heureusement, rien de tout ça : la formation consistait en une série d’ateliers en petits groupes. Hormis les rares ateliers spécifiques à la société Française (qui n’avaient donc que peu d’intérêt pour nous), c’était super intéressant. De plus, la formation a réuni des profils des quatre coins de France et de plus loin encore : hormis notre petite délégation Belge, nous étions accompagnés de Sénégalais, d’Ivoiriens, Algériens, Suisse… une super semaine, très enrichissante.

Et une chouette occasion de connaître et tisser des liens avec mes deux nouveaux collègues m’accompagnant : Valerian, nouveau coach BeCode pour Bruxelles, et Arnaud, nouveau coach BeCode pour Charleroi. Les deux sont d’anciens apprenants BeCode, j’ai énormément appris à leur contact. Mention spéciale au sang-froid d’Arnaud, qui a subit sans broncher pendant une semaine de mes ronflements d’artilleur.


De retour de Paris, on entrait en phase critique : tout préparer pour le début de la formation, s’installer dans les locaux et sélectionner nos apprenants.

Mais ça… ça sera pour un prochain article.