Un Challenge pas comme les autres

Ô BeCode, ô toi notre mère du code, n’as-tu point de pitié pour tes enfants !

Il y a deux semaines, un challenge de codage informatique a eu lieu chez BeCode en partenariat avec la Banque Degroof-Petercam. Le but de ce challenge était de créer une application mobile qui permettrait à chaque employé, grâce à un système de sélection, de passer vingt-quatre heures par an à offrir à des associations et entreprises leurs compétences spécifiques : comptabilité, ressources humaines, management, finances, informatique.

Nous avions 3 jours pour réaliser cette appli à but philanthropique. Autant dire que le mot challenge n’a jamais été aussi explicite dans nos têtes. Nous avions vraiment l’impression d’être cinq fourmis devant une montagne. Toutefois, l’impossible n’est pas à l’ordre du jour chez BeCode. Après 5 mois passés au sein de ce centre de formation, la débrouille était notre seule fidèle alliée face à ce défi.

Nous avions eu, la semaine précédente, une initiation aux langages React, React Native et au programme Expo. La logique voulait que l’on utilise ces langages pour créer cette appli. En effet, les autres groupes se sont lancés dans l’installation de ces langages. Partout autour de nous, on entendait que lamentations et soupirs, à pester contre ces langages qui ne fonctionnaient pas à mesure de leur espoir. Ayant les mêmes soucis, mais ne suivant pas les conventions, nous avons décidé d’utiliser un nouvel outil qui selon un membre de notre groupe était l’outil indispensable qu’il nous fallait pour arriver à sortir quelque chose en 3 jours : Android Studio. Nous l’installons sur nos machines et effectivement à première vue cela semblait nous faciliter la tâche, car de la rédaction du code au déploiement de l’appli, tout est inclus dans le même environnement de développement. Il était temps de partager les tâches. Ainsi, deux membres se sont occupés du front-end, deux autres du back-end et enfin le dernier de la base de données via Firebase et Firestore.

Horreur ! Alors que nous voguions sur cet outil prometteur, telle ne fut pas notre surprise quand nous nous sommes aperçus que le langage utilisé par une application Android était Java et Kotlin. Ils nous étaient à tous inconnus. Réunion de groupe ! Que faire ? Retour arrière avec React ou braver la tempête. Nous avons décidé d’un commun accord de poursuivre notre périple dans un monde complètement inconnu.

Les heures défilaient et à notre grand étonnement nous nous adaptions aux conditions certes plus difficiles, mais ô combien fascinantes, pouvoir comprendre et dompter ces nouveaux langages. Certains du groupe arrivaient à maitriser la bête rapidement et d’autres à l’apprivoiser selon leur rythme. Tous galéraient et néanmoins ils n’abandonnaient pas cette lutte acharnée. La force du groupe était sa motivation, ses capacités adaptatives et son soutien à ceux qui baissaient les bras.

Le dernier jour, nous arrivions enfin à un résultat. Un design est sorti de l’équipe front-end, une première page d’appli fonctionnelle pour le back-end et une base de données est mise en place et liée à l’appli. Nous devions mettre nos parties de travail en commun, mais hélas, nous n’avions plus le temps, le gong retenti, 3 jours se sont écoulés.

Mon groupe et moi-même étions conscients qu’en trois jours, il était ardu de finaliser complètement le projet. Cependant, nous sommes arrivés à présenter quelque chose. Nous n’avons pas eu de place sur le podium de ce challenge, mais cela ne fait rien, car nous en avons appris plus sur nous-mêmes : nos capacités à nous débrouiller, trouver des solutions et s’adapter rapidement à une situation difficile.

Nous étions fiers de notre groupe et même si nous n’avons pas remporté le trophée, notre victoire a été de s’en être sorti grandi et prêt pour un nouveau challenge.

L’équipe n°5 alias les Coin-coins de Paname