Donnons-nous le temps

Parce qu’on ne peut pas résoudre tous les problèmes du monde avec un brainstorming de deux heures

Vite fait, bien fait (Daniel Oines)

De Frankenstein…

Saviez-vous que c’est par un beau jour de l’été 1816, près du Lac Léman, que nait le personnage de Frankenstein ?

Bon, en vrai, il ne s’agit d’un jour particulièrement beau. Comme une bonne partie de cette année-là, le ciel est maussade et un groupe de vacanciers anglais commence à s’ennuyer sévère. 
Ce séjour se fait à l’initiative de Lord Byron, un grand poète romantique, qui a alors de nombreuses de raisons de s’éloigner pour un temps du royaume. Et une certaine Mary Godwin, qui accompagne Percy Shelley, un autre grand poète de son époque, fait partie du voyage.

Le temps était donc mauvais. Et pour patienter jusqu’à l’apparition du prochain rayon de soleil, l’équipe décide de se lancer dans un jeu : écrire une histoire qui fait peur.

Mary Godwin est inexpérimentée mais elle se prend au jeu. En se nourrissant de ses dernières lectures et de l’atmosphère étrange de cet été-là, elle fait germer l’idée de ce personnage “irréaliste” d’un savant suisse qui cherche à donner la vie à une créature artificielle.

Encouragée par son entourage à aller plus loin, elle terminera son livre l’année qui suivra pour publier alors Frankenstein ou le Prométhée moderne.

…au GPS

Vous doutiez-vous que l’un des outils de navigation les plus utilisés aujourd’hui est né lors d’une conversation à la machine à café ?

4 Octobre 1957. Spoutnik gravite autour de la Terre et c’est un jour difficile pour les États-Unis : les Russes ont été les premiers à envoyer un objet dans l’espace. Cela amuse pourtant deux chercheurs dans un laboratoire du Maryland, William Guier et George Weiffenbach. Ensemble, ils vont alors prendre sur leur temps libre pour capter le signal audio envoyé par le satellite.

Ils vont vite se rendre compte que la fréquence du signal change en fonction de la position du satellite. Normal, me direz-vous, effet Doppler ! C’est le fameux effet qui par exemple vous donne l’impression que le bruit du gyrophare d’une ambulance devient plus aigu au fur et à mesure qu’elle se rapproche de vous. Cet effet permet de relier, pour faire simple, la vitesse, la position et le son émis pour une source et un émetteur. Grâce à cette information sur la fréquence, nous deux amis vont alors cartographier la trajectoire du satellite autour de la Terre.

Quelques mois plus tard, lorsqu’un de leur collègue prend connaissance de ces travaux, il pose alors une question très intéressante. Ici, on a pu grâce à la connaissance de notre position sur Terre déterminer la trajectoire du satellite. N’est-il pas possible de faire l’inverse : à partir de la trajectoire (dès lors connue) trouver où l’on se trouve sur Terre ?

A la base, l’idée était de pouvoir déterminer précisément la position d’un sous-marin nucléaire au milieu de l’océan.
Histoire de calculer la trajectoire d’un missile à sa cible.
Pas super vendeur tout ça.

Mais grâce à cette rencontre entre un travail de pure curiosité et une problématique jusque là sans réponse, un outil formidable est né.
Ce n’est qu‘à partir des années 60 que le projet fut développé à plus grande échelle.

Continuer à pouvoir raconter de belles histoires

On ne compte plus aujourd’hui les communautés qui fleurissent de toute part pour apporter des solutions à des problèmes complexes lors de session de créativité/discussion/brainstorming/insérez ici votre solution à base de post-it.

BeyondLab Lille s’inscrit d’une certaine façon dans cette dynamique. Car nous croyons aussi que de la diversité et de l’échange peuvent émerger de belles et intelligentes choses.

Mais comme nous le montre ces deux exemples (et comme nous commençons à le comprendre après près de deux ans d’organisation d’événements sur la métropole lilloise), ce n’est pas en deux heures que nous allons changer le monde.

Se fixer des contraintes et mélanger plusieurs éléments issus d’univers différents : voici les deux principaux moteurs de la nouveauté. Et nous les avons déjà bien intégrés dans notre philosophie. Mais une seule rencontre ne suffit pas.

Nourrir de nouveaux liens.
Repérer les nouveautés.
Comprendre les failles du système actuel.
Recenser les besoins.
Partager les contacts et les réseaux.

Tout ceci demande un temps beaucoup plus long que celui d’une simple rencontre. Et bien que cette rencontre soit indispensable pour donner envie d’aller plus loin dans l’échange, nous proposons aujourd’hui à toutes celles et tous ceux qui sont intéressés par notre action de venir nous rejoindre pour réfléchir ensemble.

BeyondLab Lille expérimente aujourd’hui, avec le soutien de Jamespot, sa plateforme de veille collaborative.
Afin de vous permettre de continuer à creuser les discussions que vous avez pu avoir lors de nos événements.
Afin de vous permettre de continuer à dessiner une vision plus précise des domaines qui vous intéressent.
Afin de vous permettre de continuer à prendre conscience de l’extraordinaire potentiel d’innovation dont regorge nos laboratoires de recherche.

On se dit à tout de suite ?


Pour en savoir plus sur les activités de BeyondLab Lille : notre page Facebook

Pour en savoir plus sur la plateforme Jamespot : leur site web

Pour rejoindre notre plateforme : envoyez-nous un petit mail à lille.beyondlab@gmail.com pour qu’on puisse vous y inviter


Sources : ici pour l’origine de Frankenstien et pour le GPS