Comment écrire un tube de l’été ?

Car il n’y a aucune raison que ce morceau énervant qui vous assiège pendant 2 mois ne soit pas le votre.


Après un passage amusant chez l’ami Nico Prat et son émission de radio No Fun consacrée à l’épineux problème des tubes de l’été, nous est venu l’idée d’écrire ici un petit guide de la discipline.

Au sommet de son art dans les années 90, cette vénérable institution a peu à peu perdu en omniprésence médiatique ce qu’elle a gagné en fun ironique.
Et c’est là que se trouve votre ouverture.


Tout groupe disposant en effet d’assez de second degré dans son ADN peut aujourd’hui prétendre à sa place dans le panthéon de la noble lignée des immortelles Lambada, Macarena ou autres Dragostea din tei.

Dans la course au titre de l’été 2015, nous votons pour l’excellente Pizza Yolo de Total Warr.

Attention, on ne se lance cependant pas à l’assaut des plages et des campings sans respecter un cahier des charges finalement assez précis. Que vous maîtriserez au bout de ces cinq minutes de lecture.

Satisfait ou remboursé.


Au programme

C’est l’été, notre traditionnelle quatrième partie est en congés. C’est déjà les vacances.

  • Partie 1 — Les bases techniques. Où l’on passera en revue les canons de ce genre exigeant. Lol.
  • Partie 2 — Les thèmes. Où l’on les Beach Boys nous montreront le chemin.
  • Partie 3 — Le packaging. Où l’on verra comment l’emballer. Votre tube.

→GO!←


Première partie — Les bases techniques


La bonne nouvelle pour les moins doués d’entre nous est que le tube de l’été, dans son apparente diversité, est un exercice de style assez codifié.
Sa recette calquant les standards pop les plus éhontément FM.

Commençons par le rythme. Assez rapide (~120bpm) pour que le morceau réponde à l’humeur festive du Plagiste. Assez pourvu en groove pour qu’il donne à ses pieds un minimum d’envies libératoires.

Plaquer ensuite là n’ssus une grille bateau de 3 ou 4 accords majeurs.
On l’a entendu mille fois? Tant mieux. Le tube de l’été n’est pas le lieu des bravades harmoniques et des accords de septièmes diminuées.

Teinter l’accompagnement de synthés très bright et de séquences fleurant bons les 80s / 90s (parfum au choix). Les sonorités sombres et les reverbes d’entrepôts n’ont, elles, pas leur place à une ‘pool party’.

Surmonter de mélodies simples, répétitives et enrichies en voyelles, le tout dans un registre assez aigu, pour l’énergie. Éviter les phrasés complexes.
Les 90s affectionnaient une partie rappée bien kitsch: on s’en dispensera.

Yakalelo: la prime à l’exotisme

Enfin gros bonus points pour une touche d’exotisme solaire. Flûtes de pan, percus “brazil”, didjeridoos… Rester simples et clichouille.

Vous tenez vos 8 mesures? Bien: répétez-les une douzaine de fois. Bim, un refrain. Épurez l’instru, étoffez d’un poil une mélodie transposée à l’octave inférieure. Bam, un couplet. Virez le kick et filtrez la mélodie pour faire planant. Boom, un bridge.

Ce sera tout. Avec une durée de vie aussi courte au programme, on ne va pas trop se donner sur la compo…


Deuxième Partie —
Les Thèmes.


Le but de la manœuvre du tube de l’été est de servir de toile de fond à un maximum de moments d’euphorie socialement convenue chez le Vacancier. Beach. Surf. Fun. Girls. TOUT est dans la disco des Beach Boys.

Il convient donc de bien rappeler à l’auditeur qu’il est en vacances. Ce génial monde parallèle loin des emmerdes urbaines, des horaires de bureaux et des promesses de fidélité.

L’heure est donc à la gaudriole. Parlons d’amour sous les tilleuls, de frites au ketchup, de sorties toute la nuit en quête de chance, de don de gaieté à son corps (hé Macarène), de tes souhaits qui sont mes commandements*…
Tout sujet inconséquent a droit de cité.

Si après 10 minutes d’écriture instinctive vous n’avez pas de quoi signer votre tube, reste l’éventualité d’inventer une langue bidon. Voire -ultime pied de nez- d’assumer dire n’importe quoi. Ça s’est déjà vu.

Si le tube de l’été est traditionnellement voué au 1er degré le plus superficiel, injecter une dose de 2nd degré rafraîchissant peut se faire. Versez alors par exemple dans une lubricité de bon ton (Sea, sex and sun) ou un catastrophisme camouflé de refrains m’en-foutistes (Vamos a la playa).

Bref, rester absolument léger.


Troisième partie —
Le Packaging.


Peut-être l’aspect le plus compliqué de l’exercice. Le succès de l’opération reposant sur la crédibilité de son univers summer, l’emballage doit parfaitement incarner cet esprit. Tout en lui offrant un nouveau tour…

A peu près la seule finesse du truc.


Soyons clairs. Sauf à justifier d’une carrière préalable solide et respectable, l’auteur d’un tube de l’été moderne périt généralement avec son tube, aux 1ers jours de Septembre. Un 2nd single étant plus gênant qu’autre chose.

In finé, le savoir ouvre l’esprit. Permet de ne pas se prendre trop au sérieux. Offre une distance aussi bienvenue que nécessaire afin d’être indulgent avec sa créature.

Le champs des possibles s’ouvre alors à l’infini. Des costards fluos au bord de la piscine? Mais certainement. Un rap en sarouel/dreadlocks dans une médina saharienne? Stylé! Un retour en grâce du mambo? Génial!

Sky is the limit. Et ça c’est assez grisant.


Le Clip

La légère ‘hipsterisation’ du tube de l’été a apporté un renouveau stylistique heureux à la discipline. On a par exemple vu Breakbot se fendre d’une merveille faite main, tout en aquarelle. Et Malca nous tuer avec son clip tout en détournement de pop-culture marocaine.

Toutefois, il existe là aussi certains canons difficilement négligeables. Le vidéoclip du tube de l’été s’est toujours nourri de deux mamelles fécondes: danse de groupe et paysages estivaux. Histoire de maximiser le cliché.

Sauf contre-proposition géniale, quiconque souhaite s’essayer au clip de l’été se doit d’y envoyer quelques pas de danse un peu suggestifs. De préférence avec une troupe de danseurs. D’où l’omniprésence de Mia Fry.

Relativisez. Si c’est bon pour Shakira, Pharell, les Daft ou Kiesza, ça l’est pour vous.

La Choréographie

L’apanage des Grands. Depuis les Lambada ou Macarena, références absolues de chorés reprises par tous, beaucoup s’y sont essayés avec plus ou moins de succès, dans le but d’être les rois de l’été.

Ca rate souvent, mais l’impact culturel quand ça prend vaut toutefois la chandelle.

Vas-y gamin, elle est pour toi la béké.

Conclusion

Vous êtes maintenant parés pour conquérir les plages et les clubs du littoral. Ne reste plus qu’à trouver 2–3 bricoles comme une signature Universal, un annonceur et une diffusion massive sur TF1. Après le 13h de JP Pernaut.

Ou alors débrouillez vous pour vous faire intensément playlister par vos copains DJ superstars. Ça peut aider ça aussi.

D’ici là n’oubliez pas de vous hydrater et de mettre de la crème solaire toutes les deux heures.

Bonnes vacances à tous,

La bise — Mathieu & Jérémy, pour Brass.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.